Accéder au contenu principal

Gros mots

Bon. J'ai appris dernièrement par une remarque dans l'carnet d'mon p'tit gars, qu'il n'était pas parfait. Voilà.
Il faut que je reprenne bien ma respi(ration) pour continuer ce post. C'est dur.
Mon fils me raconte en rentrant de l'école, pas très fier mais-pour-pas-l'montrer-trop-quand-même-avec- un-p'tit-sourire-car-il-a-son-égo-perso : 
- Maman... J'ai une remarque du prof dans mon carnet.
Ok. L'année scolaire commence bien. A peine 3 semaines d'école et... Voilà. Tout nouveau prof. Nouvel classe. Mon fils fait des points. Supeeeeer !
Moi, d'une zénitude palpable (ça ne sert à rien de s'énerver, car je vois bien en voyant la mine de mon garçon qu'il essaie de cacher sa honte... et que la remarque en question a déjà fait son plein effet)
- Ahhhhhh. Ok. Pourquoi ?
- Ben.... j'ai dit un mot vulgaire.
Ouhhhhh là là. Vulgaire. Déjà le premier choc est qu'il utilise justement ce terme : vulgaire. Dans notre famille, de classe moyenne, on utilise peu ce terme. Ou pas. Ok. Zen ma vieille. Zen.
- Quoi comme mot ? (aïe aïe aïe)
- Ben, j'peux pas l'dire sinon tu vas m'gronder !
Oui, là, je suis assez d'accord avec lui. Chez nous, on ne dit pas de vilain mot. Bien sûr.

Bon, je dois tout d'même avouer que moi, en mère imparfaite, parfois "Selles" m'échappe, en cas de force majeure (c'est-à-dire "Merde", je fais l'effort de trouver des synonymes ici pour ceux que ça pourrait choquer)
Parfois même, si je suis vraiment au bout de mes ressources patientesques, je dis euhhhhh : "Ohh ! Tu m'fais aller au WC" (c'est-à-dire "t'es chiant" pour la traduction au cas où). Oui, je sais, c'est pas sympa.
Mais c'est vrai que ça s'arrête là. Au niveau des intestins. 
En règle générale.
Mais apparemment, la grossièreté utilisée venait encore plus des bas-fonds (si c'est possible. Moui)
- Mais non, j'vais pas t'gronder, juste cette fois tu peux me le dire..."
- Ben uhm, j'ai dit "ta gueule" (ah, non, c'était plus haut).
D'accccccoooooordddd. Et je lui demande à qui.... j'ai pas trop suivi, mais apparemment, c'est un copain, à la gymnastique qui l'a énervé, et le terme est sorti. Ou  c'est lui qui l'a énervé, parce que ben... bon. Ils se sont énervés. Quoi.
- Eh ben j'suis trop trop super contente !
Il me regarde assez interloqué disons.
- Ben oui, il a eu super raison d'écrire une remarque, ton prof. J'ai envie de lui écrire MERCI.. On ne parle pas comme ça à quelqu'un, même si tu ne le supportes pas. C'est tout.
Et là, le déballage commence. Frère, soeur présents, de leur second job "police secrète", me disent que ça lui arrive assez souvent , qu'il dit parfois " ta bouche", même "péripatéticienne" (bon, vous avez compris). Mon fils est dans ces tout p'tits souliers.
Bon, je suis pas naïve. Pour ça au moins. Je sais même que c'est pas l'seul de mes enfants qui parle comme ça des fois. Donc je ne suis pas vraiment surprise. Je suis parfois arrivée pas loin d'un d'mes fistons qui était avec ses copains, et j'ai vaguement entendu ce genre de mot sortant de la bouche contenant mes gênes. Pas beau. Et dès qu'on voit sa génitrice, regards mal à l'aise jetés en coin sur maman, regards prudents, un peu apeurés (elle a entendu ou non ? Qu'est-ce qu'elle va dire ?). 
Des fois, j'me contente de dire :"Eh ben, c'est beau !", parfois je sermonne dur (selon le degré de vulgarité du mot en question) et redonne un cours de vocabulaire intensif. 
Je crois que le pire mot que j'ai entendu, franchement, c'est quand mon aîné de fils à l'âge de 6-7 ans était avec des potes, me croyant hors de portée d'ouïe, et qu'il a parlé de moi en m'appelant "ma mèrrrrrrre, d'un air détaché, cool et adulte (qui n'a plus besoin de maman).
ARGHHHHH !!!! Bon, depuis, je l'ai digéré. Mais ce fut presque un traumatisme pour moi.
Et j'essaie depuis toujours de cadrer  le langage de mes gars, qui sont noyés à l'école dans ce langage  moche et pas sympa. Depuis tout petits, dès que j'entends un de ces mots sortir de leur bouche, je leur fais la traduction (pour péripatéticienne, j'ai pas utilisé ce terme là, soyez certains...), en espérant que ça les freine dans leurs élans langagemiques. Voilà. 
Mais maintenant, ils ont aussi appris la prudence. 
Quand le chat est loin, les souris dansent.

Et je suis trop contente que le prof soit sévère sur ce point là. Merci, prof ! Vous m'aidez bien.
Et si mes enfants m'appellent "mère", ben voilà, quoi. C'est vrai que j'suis leur mère. C'est déjà pas mal qu'ils me nomment ainsi. Il pourrait m'appeler "Cette femme-là, qui fait mon ménage...", "C'te dame qui m'dit c'que j'dois faire..." "C'te gonzesse qui m'ordonne de faire mon lit et ramasser mes chaussettes" bon, c'est vrai que le terme "mère" implique tout ça.
Ou, j'y pense, ils pourraient me nommer pire encore : "LA mère". Ouais, là, l'horreur.
Mais le terme "maman", implique l'affection, l'amour en plus, non ?
Bon, toilette ! (chiotte), l'heure passe...

Je me suis bien amusée en écrivant ce post. 
Mais promis, je monterai dans de plus hautes sphères pour les prochains ☺.
Ah, si vous croisez mon fils, 
merci de ne pas mentionner le sujet de ce post ! Merci !

Commentaires

Allison a dit…
:D Oh, COURAGE! xoxoxoxo

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi. Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et préci eus e tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines... Que ma vie, que nos vie

Juste un petit mot...

Je suis vivante. En santé. Je vais même plutôt très bien.  Voilà quelques mois que je n’ai plus écrit.  Les journées filent. Les occupations défilent. Mes pensées 💭 s’entrechoquent et remplissent ma boîte crânienne.  Souvent je vis un truc et je me dis : tiens ça serait un sujet top pour mon blog... quand j’aurai le temps... et la vie reprend ses droits et j’oublie le sujet en question. Arghh.  Voilà bientôt deux mois que j’ai arrêté mon job rémunéré à l’hôpital pour différentes raisons (oui oui, j’ai plus de salaire, c’était réfléchi et pas sur un coup de tête !!! Il y a même mon Nommamoi qui est ok avec ça !)...du coup je pensais trouver le temps à nouveau pour écrire. Mais avec ce perturbateur international qu’est le covid je ne suis plus seule à la maison. Mes enfants sont un peu plus là, moins de temps pour que mon cerveau puisse élaborer quelque chose, genre un texte sur un sujet. Je m'inquiète un peu de n’avoir plus d’idées. Je stresse de ne plus trouver l’espa

Un peu de renouveau !

Bonjour à chacun, chacune ! J'ai été plutôt pas mal absente cette dernière année sur mon blog ! L'année fut encore une fois bien remplie pour moi, si ce n'est plus !  Et je réfléchissais concernant mon blog, à faire quelque chose de plus court et de (presque) quotidien... J'avais donc besoin de me renouveler... une idée germait depuis quelques temps ! Et j'ai déjà commencé ces derniers mois à écrire quelques réflexions en rapport avec mon quotidien de femme, de maman, de grand-maman et... d'humaine tout simplement ;-) Enfin, le temps m'est à nouveau donné pour me lancer... et, à partir de demain, vous me retrouverez dans un blog de méditations !  Du lundi au vendredi, vous pourrez me suivre  sur demoncoeurasoncoeur  pour un court partage de mon quotidien... une réflexion, une prière, un verset, et une citation (le mercredi !) qui a croisé mon chemin... pour m'encourager et pour t'encourager au quotidien ! Vous pouvez d'hors et déjà vous rendre su