Accéder au contenu principal

PiercingS

Oui. Je sais déjà ce que vous allez penser en lisant ce qui suit. "Elle n'est pas mûre", "Elle n'assume pas son âge", "Elle est atteinte de jeunisme aigu", "Elle a peur de vieillir", et patati, et patata. Je ne peux pas absolument nier que je suis parfois immature, que j'ai parfois de la peine avec ce 4 en première position de 2 chiffres, que j'ai des épisodes  de crise de jeunisme ou qu'il m'arrive d'avoir quelques craintes devant mon Moi vieillissant... MAIS ! 
Ce n'est pas ça qui m'a poussée à faire un... PIERCING il y a 2 petites semaines ! OK ? En plus, j'étais encore bien jeune à l'époque, à peine 40 ans (depuis, j'ai déjà fêté mes 41, là, oui, peut-être qu'on aurait pu dire quelque chose...).
Bref.
1. Ma fille aînée rêve d'un piercing au nez depuis quelques années. Voilà quelques mois qu'on cherche concrètement où le faire (oui, au nez, ça on sait, mais dans QUEL lieu on va trouver quelqu'un pour faire ce TROU). Parce que c'est pas si simple. Le/la perceur/se ne doit pas avoir le pistolet-perceur-d'oreille (par crainte d'exploser le cartilage) mais un outil spécial perceur-de-nez, ou une aiguille. Eventuellement.
2. Ma fille n'étant pas encore majeure, je dois être présente pour signer un papier. Ben ouais. Ma fille a encore besoin de moi. Yehhhh.
3. Une fois nous allons zà Lôzanne. On s'était renseignée sur internet pour trouver DES lieux où ça se faisait. Déjà un doute percing perçait dans mon esprit en voyant leurs sites internet décrivants les endroits du corps possibles pour des piercings. Et ce sont TOUS les endroits du corps. Quand je dis TOUT, c'est TOUT. Bon. Ces sites zinternet sont affublés de têtes de pirates, de têtes de mort. Pas super joli joli. Pas vraiment à mon goût.  Plus qu'un peu mitigée d'y laisser ma fille. Bon. Nous voilà donc marchant à Lôzanne, mais avant de trouver ces fameux endroits, on monte un super plan : "On passe devant, on regarde dedans et si ça ne nous plaît pas, on continue tout droit, l'air de rien. OK ?". Futes-Futes les filles, hein ? Je voulais être prudente, vu ce que j'avais vu sur internet, n'est-ce pas...Je sais bien qu'on ne risquait rien mais bon. Et ben, on n'a pas poussé une seule porte, et sans se concerter.  C'était trop "space" comme on dit.
4. Les semaines passèrent. Ma fifille, en discutant avec des amies, découvre LA bijouterie où il y a une dame qui fait cela dans les règles, et qui s'y connaît. En plus dans le village de mon enfance. Elle s'empresse de prendre rendez-vous.
5. Et vendredi il y a 10 jours, on y va. Depuis qu'elle a pris rendez-vous, moi, je me demande si je ne vais pas le faire aussi. Voilà 10 ans au moins que l'envie est là. Mais mon homme n'étant pas chaud-chaud à cette idée, j'ai un peu zappé mon envie. Je dois avouer aussi que le manque de courage par peur de la douleur (et j'ai adoré mes accouchements pourtant) me freinait aussi.
Moi, gênée un peu à cette idée envers mon ado de fille, qui-elle-est-une-ado-pas-moi, je lui en parle : "Ça ferait quand même vraiment bête que je le fasse en même temps que toi, non ?" Et elle de me dire que non, il n'y a pas de soucis, et qu'en plus je ne mettrai pas la même boucle qu'elle de toute façon... Ouais. Mais je me dis que je suis aussi limite vieille pour ça, même à tout juste 40 ans....
6. Jour J. Je l'accompagne. Avec une de ses amies qui vient juste regarder. Moi, je sais toujours pas. Je veux déjà voir quelle tête elle fait quand on la transperce. Si elle a mal, hein. Je signe le papier. Elle monte à l'échafaud. "Mais ça fait rien du tout !" qu'elle dit juste après, "Juste l'impression qu'on presse fort le nez !" Voilà, c'est beau, c'est là, le trou est fait.
7. Et moi j'hésite. ça fait vraiment bof si j'y vais aussi. Mais devant mon indécision, ses deux ados que  j'aime beaucoup m'encouragent "Maintenant tu y vas !! Vas-y !!".  Alors me voilà quelques secondes plus tard en train d'essuyer une larme, piercing au nez. C'est fait (la larme, j'en peux rien, c'est l'effet que ça fait quand on nous perce le nez, allez-y pour voir !).
8. Me voilà donc, toute contente, vraiment, de l'avoir fait. C'est ce que j'aime. C'était la dernière occasion.  Même mon homme a très bien accepté. Comme quoi, on se bonifie en vieillissant. N'est-ce pas.
Mon nez. Son nez.

9. Et OUI, je peux toujours me moucher ! NON, ça ne dérange plus après quelques jours d'adaptation.
10. Et vous savez quoi ? c'est que maintenant que je l'ai, il me semble que la moitié des femmes de ma ville en ont. Impressionnant. Rares sont les personnes qui ont remarqué ce bijou supplémentaire que j'arbore à présent.  Ou elles n'aiment pas, donc ne disent rien. Ou elles pensent fortement les phrases que j'ai citées plus haut. Sur ma fille c'est autre chose, c'est moins discret. Là, ça se voit. Bien plus. Et elle a reçu des compliments. Mais pas que.
Allez, un petit challenge pour vous pour la semaine qui vient : essayez de compter les nez percés que vous rencontrez, la quantité en est  surprenante quand vous y faites attention ! Si, si !
Nous méritons admiration de votre part, nous, les courageuses !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi. Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et préci eus e tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines... Que ma vie, que nos vie

Juste un petit mot...

Je suis vivante. En santé. Je vais même plutôt très bien.  Voilà quelques mois que je n’ai plus écrit.  Les journées filent. Les occupations défilent. Mes pensées 💭 s’entrechoquent et remplissent ma boîte crânienne.  Souvent je vis un truc et je me dis : tiens ça serait un sujet top pour mon blog... quand j’aurai le temps... et la vie reprend ses droits et j’oublie le sujet en question. Arghh.  Voilà bientôt deux mois que j’ai arrêté mon job rémunéré à l’hôpital pour différentes raisons (oui oui, j’ai plus de salaire, c’était réfléchi et pas sur un coup de tête !!! Il y a même mon Nommamoi qui est ok avec ça !)...du coup je pensais trouver le temps à nouveau pour écrire. Mais avec ce perturbateur international qu’est le covid je ne suis plus seule à la maison. Mes enfants sont un peu plus là, moins de temps pour que mon cerveau puisse élaborer quelque chose, genre un texte sur un sujet. Je m'inquiète un peu de n’avoir plus d’idées. Je stresse de ne plus trouver l’espa

Un peu de renouveau !

Bonjour à chacun, chacune ! J'ai été plutôt pas mal absente cette dernière année sur mon blog ! L'année fut encore une fois bien remplie pour moi, si ce n'est plus !  Et je réfléchissais concernant mon blog, à faire quelque chose de plus court et de (presque) quotidien... J'avais donc besoin de me renouveler... une idée germait depuis quelques temps ! Et j'ai déjà commencé ces derniers mois à écrire quelques réflexions en rapport avec mon quotidien de femme, de maman, de grand-maman et... d'humaine tout simplement ;-) Enfin, le temps m'est à nouveau donné pour me lancer... et, à partir de demain, vous me retrouverez dans un blog de méditations !  Du lundi au vendredi, vous pourrez me suivre  sur demoncoeurasoncoeur  pour un court partage de mon quotidien... une réflexion, une prière, un verset, et une citation (le mercredi !) qui a croisé mon chemin... pour m'encourager et pour t'encourager au quotidien ! Vous pouvez d'hors et déjà vous rendre su