Accéder au contenu principal

J'veux un lapin !

C'est pas parce qu'on a 10 ans, qu'on est nourrit, logé, blanchi et aimé qu'on ne peut pas avoir un gros gros manque dans sa vie. Énorme même. Un manque poilu qu'on pourrait dire. Ben ouais. Là, je vous parle (encore) de mon cadet de fils et de ses rêves cassés par sa "mère" que je suis.
J'aime les animaux, sans en être complètement gaga quand même. Il y a 2 ans, nous nous sommes séparés après maintes réflexions d'une lapine naine bélier très sympa que nous avions depuis 2 ans. Nous l'avons "abandonnée" dans un magasin d'animaux qui lui a retrouvé une bonne famille (selon leurs dires), où il allait enfin vivre avec un ami du même genre animalier. Elle s'appelait Titoune. Était vénérée par mon fiston. 
Chaque jour, on la mettait en liberté une bonne heure dans l'appartement, et elle n'attendait que le moment où notre porte de la terrasse s'ouvre enfin, pour filer dehors... Heu-reu-se qu'elle était notre Titoune ! Car dans sa cage, elle devenait gaga, rongeait les barreaux, elle avait besoin de liberté ! Comme je la comprends ! 
MAIS. Elle ne réalisait pas vraiment, elle, allant d'une dent-de-lion à une fleur autour de notre immeuble ou de l'autre côté de la rue goudronnée, le danger qu'elle courait  : les renards affamés si elle n'était pas dedans pour la nuit, les voitures (les conducteurs ne se sont pas privés de téléphoner fâchés à nos voisins pour leur dire que leur lapin risquait de provoquer un accident  ! J'ai pas dit que c'était l'nôtre à ces conducteurs... merci les voisins de nous avoir couverts ;-)), les voleurs de lapins et le temps et l'énergie qu'il nous fallait quotidiennement à plusieurs, pour la ramener dans sa douce et étroite et malodorante demeure. 
Expérience faite, je peux vous dire sans hésiter que c'est beau un lapin qui court en liberté, adorable, mais in-cre-va-ble aussi. 
Vous avez compris, j'en ai eu marre. Marre de cette grande cage qui puait vite et encombrait notre appartement en hiver, marre de lui courir après chaque soir, armée d'un bâton non pour le taper (quand même, qu'imaginez-vous ?), mais pour lui montrer le chemin du bercail (qu'elle connaissait parfaitement, mais elle le prenait quand elle le voulait !). Bon, je dois avouer que, quand me revient l'image de 3 membres de notre famille pestant et courant après un lapin dans tous les coins du quartier pendant 15-30 minutes chaque soir, je rigole intérieurement. 
Voilà. Bien que je l'ai averti du fait que nous allions la redonner, le jour où Nathan est rentré de l'école sans trouver sa Titoune a été terrible. 1 an après, il avait encore des coups de blues et en pleurait parfois. Et depuis, il nous réclame régulièrement un lapin. Et je dis non, toujours non.  Cela me fait mal au coeur de le voir si triste... mais, chez nous, là, maintenant, c'est pas possible.
Ces derniers mois, ça a recommencé de plus belle. La lapine naine de son copain ayant mis bas deux petits. J'aimerais tant pouvoir craquer et lui dire oui. SI on pouvait mettre un grand enclos autour de chez nous, SI on avait pas cette grande cage en hiver dans notre appartement SI... mon fiston avait assez de sous pour financer tout ça... (quand même)
le mot "mère" m'a fait rire mais m'inquiète aussi
Ses adorables petits boules de poils ont malheureusement grandi et ont eu l'âge d'être donnés...
  • Voilà pourquoi en deux semaines j'ai reçu :

- 4-5 bouquets de fleurs de Nathan
- plusieurs mails désespérés de Nathan
- des lettres de Nathan
  • Voilà pourquoi depuis quelques semaines dans la chambre de mon fils :

- des dessins de lapins jonchaient le sol
- une feuille A4 a été affichée à sa fenêtre avec texte à l'extérieur : Je cherche lapin & notre numéro de     téléphone
  • Voilà pourquoi ces derniers temps ça me fait mal au coeur de ne pas pouvoir accomplir ses désirs... vous comprenez, là, vous les mamans ?
  • Voilà pourquoi ces dernières semaines j'essaie de le faire rire ainsi (ça marche franchement pas toujours je dois l'avouer) :
Nathan, accablé : "Maman, pour mes bonnes notes, je peux avoir un lapin ?"
Moi : "Mais bien sûr mon fils, au chocolat blanc ou au chocolat noir ?"

Oui, je sais, je suis infecte, sans coeur, horrible. 
Il faut quand même que je vous explique le topo : à force de lui dire qu'un NON est un NON depuis des années, et que ça ne marche pas, et qu'il revient à la charge, je ne sais plus quoi faire...  Là, je deviens un peu usée quoi. 
J'ai beau aussi lui expliquer que j'aimerais tellement lui faire ce plaisir, mais que pour le moment c'est non, j'ai beau lui dire que quand il sera adulte, il fera ce qu'il veut (je crois qu'il n'arrive pas à s'imaginer adulte)... PFFFFFF.
Et l'humour cache mon désespoir de le voir si désespéré et m'empêche aussi de m'é-ner-ver ! (si si, ça pourrait éventuellement m'arriver je le sens)
Voilà, depuis 2 jours, les adorables lapins de son copain ont trouvé preneur, donc il me semble qu'il se calme un peu. Mais pour combien de temps ?
Et moi, dans ma tête, j'essaie de trouver une solution... mais pour le moment j'en vois pas. 
La meilleure est que mon fiston accepte cet état de fait. Une fois pour toute. 
Le problème, c'est qu'il a une tête dure. Comme celle de sa mère. Qui va gagner ? 
(j'ai une faiblesse, j'aime bien les lapins et pas seulement ceux en chocolat, il doit la sentir, cette faiblesse, c'est pour ça qu'il ne lâche pas)
Suspense donc, pour le moment, c'est moi qui ai le dessus ! Yesss ! On verra la suite au prochain round !
Et je me dis que c'est comme ça qu'on grandit, quand on n'a pas toujours ce qu'on veut.
Mais c'est trop duuuuur pour tous les deux !!!
Ah... et si vous croisez mon fiston, je vous en serez reconnaissante de veiller à ne pas mettre le mot "lapin" dans vos phrases... à moins qu'il ne soit venu de lui-même sur le sujet...
(lapin en chocolat ? interdit. le pain ? très risqué)

Commentaires

Allison a dit…
Bon. Je disais la même chose avant l'anni à Meagane... quand elle a reçu... un lapin nain! Oh! Je vais souvent le prendre dans mes bras, il est si doux et agréable... et en plus, il ne sent pas du tout comme DES RATS! :)
zesca a dit…
Et chez les grands parents, y'a un jardin et comme ça c'est l'occasion de passer du temps avec eux????
Moi aussi je veux un lapin ces temps mais après avoir lu ton post, euh, j'me tate??????
Bisous
Christine C. (la fille de PP)
Evi a dit…
Alors là, je ne trouve pas qu'Alli vienne à ton secours. La vilaine! Moi par contre je te comprends. Nous on a trois clapiers à l'extérieur (mon mari a d'ailleurs exigé qu'on les peigne en noir et blanc pour faire moins tache à côté de la maison) !. En hiver on les mets à la cave parce que l'eau gèle. Je dois toujours rappeler aux enfants qu'il faudrait changer les litières. Pour rien au monde je voudrais une cage dans mon ménage. Beurk! Moi, les animaux domestiques je les aime et je les déteste en même temps. Tu me comprendras peut-être?

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi. Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et préci eus e tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines... Que ma vie, que nos vie

Juste un petit mot...

Je suis vivante. En santé. Je vais même plutôt très bien.  Voilà quelques mois que je n’ai plus écrit.  Les journées filent. Les occupations défilent. Mes pensées 💭 s’entrechoquent et remplissent ma boîte crânienne.  Souvent je vis un truc et je me dis : tiens ça serait un sujet top pour mon blog... quand j’aurai le temps... et la vie reprend ses droits et j’oublie le sujet en question. Arghh.  Voilà bientôt deux mois que j’ai arrêté mon job rémunéré à l’hôpital pour différentes raisons (oui oui, j’ai plus de salaire, c’était réfléchi et pas sur un coup de tête !!! Il y a même mon Nommamoi qui est ok avec ça !)...du coup je pensais trouver le temps à nouveau pour écrire. Mais avec ce perturbateur international qu’est le covid je ne suis plus seule à la maison. Mes enfants sont un peu plus là, moins de temps pour que mon cerveau puisse élaborer quelque chose, genre un texte sur un sujet. Je m'inquiète un peu de n’avoir plus d’idées. Je stresse de ne plus trouver l’espa

Un peu de renouveau !

Bonjour à chacun, chacune ! J'ai été plutôt pas mal absente cette dernière année sur mon blog ! L'année fut encore une fois bien remplie pour moi, si ce n'est plus !  Et je réfléchissais concernant mon blog, à faire quelque chose de plus court et de (presque) quotidien... J'avais donc besoin de me renouveler... une idée germait depuis quelques temps ! Et j'ai déjà commencé ces derniers mois à écrire quelques réflexions en rapport avec mon quotidien de femme, de maman, de grand-maman et... d'humaine tout simplement ;-) Enfin, le temps m'est à nouveau donné pour me lancer... et, à partir de demain, vous me retrouverez dans un blog de méditations !  Du lundi au vendredi, vous pourrez me suivre  sur demoncoeurasoncoeur  pour un court partage de mon quotidien... une réflexion, une prière, un verset, et une citation (le mercredi !) qui a croisé mon chemin... pour m'encourager et pour t'encourager au quotidien ! Vous pouvez d'hors et déjà vous rendre su