Accéder au contenu principal

Chocolat je t'aime, j't'aime plus. J'crois.

C'était il y a quelques semaines. 
Effarée par toutes les plaques que j'achetais chaque semaine, et surtout affolée car ce même chocolat disparaissait dans nos 6 estomacs au même rythme... et ayant  fait un rapide calcul des frais astronomiques occasionnés par ces achats... (même si je profite fort souvent des -30% sur le prix de la plaque pour en faire quelques réserves pour les semaines suivantes...), je pris une décision historique de mémoire de famille à nous. 
Donc, au vu des points ci-dessus, je décidai ceci, et je procédai comme cela : 
Un jour à table, devant ma famille réunie, pompeusement et très prudemment avec des pincettes faites exprès pour ça mais avec l'autorité tout d'même que me confère mon rôle de mère es famille, je déclarai :
"FERTIG, FINITO, KALASS, THE END, quand il n'y aura plus de chocolat, vous saurez, j'en achèterai pas de sitôt... La prochaine fois que nous aurons de cet aliment vital chez nous, Helvètes en puissance, ce sera à Pâques, dans 2-3 semaines. OK ?"
"QUOI ?!" Qu'on m'a répondu, choqué... mais avec un p'tit doute tout d'même sur la véracité de mes propos. J'appuyai ma décision en leur expliquant le prix hebdomadaire de cet achat en gros. 
Bon... le pire n'a même pas été à cet instant-là, mais plutôt quand il n'y eu vraiment plus de chocolat nulle part à la maison. C'est-à-dire quand l'incroyable arriva.
Le traditionnel bout'd'choc après le repas de midi a été d'un jour à l'autre ter-mi-né. Vous auriez dû voir leurs mines dépitées... : "Alors, on prend quoi comme dessert ?". "Ben rien", que j'réponds. Quand même. Fastoche.
Mais, un matin, à la maison, je fus interrogée par mon comportement bizarroïde... 1-2-3-4 fois, j'allai à la cuisine, ouvrai le frigo, et le refermai aussitôt (et j'avais mieux à faire que ça, j'vous dis)... les premières fois je fis semblant de rien, mais ce geste étrange et incontrôlable se répétant, j'en réalisé tout à coup la raison et j'en fus fort humiliée. D'un coup. A cette vérité crue :  j'avais une fringale de choc, et il y en avait PAS ! Et s'il y en avait eu, j'en aurais MAN-GE !
Et je réalisai que dans le passé pas si lointain que ça, j'accusais souvent injustement les autres membres de la famille (surtout 1, le plus vieux, dont je tairai le nom par égard pour sa personne que j'aime, d'autant plus que lui c'est généralement justement. Que je l'accusais.) en découvrant le chocolat diminuant à vitesse grand V. 
En fait, j'en étais moi aussi, fort possiblement, responsable.
BREF ! Ce furent tout de même des débuts difficiles... mais petit à petit, ce symptôme de manque fait : "BLI !" ! (il faiblit donc), et nous vivâmes heureux et sans la guéguerre quotidienne suivante :
quoi-cette-plaque-est-déjà-finie ?, l'autre-est-meilleure-j'aime-pas-le-chocolat-noir !, lui-il-en-a-eu-plus !, eh-maman-t'as-vu-combien-il-en-a-prit ?, qui-c'est-qu'a-piqué-de-mon-meilleur-chocolat ?, etc. 
Bref, des jours de quiétude et de BONHEUR suivirent
Mais, mais, MAIS, MAIS...
Pâques arriva... bien vite... et la chasse aux oeufs, transformée dans ma belle-famille en chasse aux lapins-en-chocolat entre autres mets subtils arriva. Juste un truc,  dans ce fatra de traditions, nous n'avons pas oublié tout de même ce qu'est la fête de Pâques. Mais bon. 
Donc. Nous rentrâmes avec 3x4 lapins pour nos enfants + 1x1 gros lapin pour mon homme (qui, quelques jours avant avec des yeux du chat dans Schrek 1, me dit qu'il aimerait recevoir un lapin lui aussi)... C'est-à-dire, sous-total : 13 lapins. Sans compter les 1x4 déjà reçus quelques jours auparavant, +1 lapin de luxe de mon homme reçu au boulot (ouiiiiiii, vous vous rendez compte ??? De vrais grands enfants ses hommes !!!), + 1 énorme lapin de mon mari, salaire pour un service qu'il a rendu à quelqu'un. Et moi. + 0. ZÉRO !!! No Comment. No tout compris. Vengeance peut-être. Mais non.
Donc, cette année, nous nous sommes retrouvés avec... 19 lapins !
Et la guéguerre reprit de plus belle : eh-t'as-vu-tout-c'qu'il-a-pris ? , non-on-casse-pas-mon-lapin !, c'est-moi-qui-veut-l'oreille !, eh-il-a-cassé-mon-lapin !, non-pas-de-lapin-dans-la-chambre, ne-laisse-pas-ton-lapin-au-soleil, non-on-ne-saute-pas-à-pieds-joints-sur-le-lapin-pour-le-casser-.... BREF.
Petit à petit, là, au rythme d'un lapin disparu par... jour, et d'un kg pris par... jour (je dis 1 kg pour 6...), j' me dis que je vais organiser plus souvent 1 mois-bonheur. C'est-à-dire 1 mois de quiétude familiale, où je n'achèterai point de chocolat. 1 mois où les dépenses-chocolat pourrait être données ailleurs, ou mises de côté pour un projet familial. 
J'me dis que ce serait pas si mal. Et sage. Vais-je résister à la tentation en parfaite helvète que je suis ? Suspense donc.

Et pour finir, pour vous les fins gourmets, un truc de moi : Le chocolat dans l'frigo : j'adooooore le craquement du chocolat bien dur sous les dents, en plus c'est moins écoeurant et on peut en manger plus ! Si si... Problème, oui, pas d'miracles, les calories gardent leur puissance gonflante.

Commentaires

Allison a dit…
Eh bien... je venais d'acheter le lapin désiré de chaque enfant. (chez nous, c'est UN lapin par personne, voyons!). J'ouvre soigneusement la porte de la voiture... toute stressée depuis que je les ai pris dans mon caddie à la Migros (presque fait une crise d'angoisse... où sont mes médics quand j'en ai besoin?) quand hors de la porte tombe un grand lapin blanc... parterre. :(

Oh! Il a cassé en milles miettes. Faut retourner! Je commence à stresser. Je désespère quand fils et copain viennent au secours...

"Nous le mangeons pour toi, maman." Et whap! Il pose une peche en pleine poire du pauvre lapin (que je crois toujours est presque vivant tout de même) et le chocolat vol dans tous les sens.

:(

C'est trop. On ramasse tout et ils sont obligé de tout bouffé même les morceaux parterre.... le prochain lapin que je ramène (cette fois de la Coop) est bien assis devant avec une ceinture de sécurité!

Combièn de jours avant Paques 2012? Misère. :D
Evi a dit…
J'ai lu dernièrement que les suisses sont de véritable gloutons de chocolat! Je me suis souvent demandée si je contribuais à faire grimper le pourcentage de consommation. Du coup, en lisant ce récit, je crois que je ne suis pas la seule :D:D:D
Bon appétit! Mmh... trop bon le chocolat et trop drôle les histoires de Pâques. Mon fils s'est amusé à tirer sur ses deux petits lapins (en chocolat ;) ) avec son flingue. Mais où on va ???! Et où il a le respect de la nourriture ?
J'vous l'dmande ?! ;)

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi. Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et préci eus e tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines... Que ma vie, que nos vie

Juste un petit mot...

Je suis vivante. En santé. Je vais même plutôt très bien.  Voilà quelques mois que je n’ai plus écrit.  Les journées filent. Les occupations défilent. Mes pensées 💭 s’entrechoquent et remplissent ma boîte crânienne.  Souvent je vis un truc et je me dis : tiens ça serait un sujet top pour mon blog... quand j’aurai le temps... et la vie reprend ses droits et j’oublie le sujet en question. Arghh.  Voilà bientôt deux mois que j’ai arrêté mon job rémunéré à l’hôpital pour différentes raisons (oui oui, j’ai plus de salaire, c’était réfléchi et pas sur un coup de tête !!! Il y a même mon Nommamoi qui est ok avec ça !)...du coup je pensais trouver le temps à nouveau pour écrire. Mais avec ce perturbateur international qu’est le covid je ne suis plus seule à la maison. Mes enfants sont un peu plus là, moins de temps pour que mon cerveau puisse élaborer quelque chose, genre un texte sur un sujet. Je m'inquiète un peu de n’avoir plus d’idées. Je stresse de ne plus trouver l’espa

Un peu de renouveau !

Bonjour à chacun, chacune ! J'ai été plutôt pas mal absente cette dernière année sur mon blog ! L'année fut encore une fois bien remplie pour moi, si ce n'est plus !  Et je réfléchissais concernant mon blog, à faire quelque chose de plus court et de (presque) quotidien... J'avais donc besoin de me renouveler... une idée germait depuis quelques temps ! Et j'ai déjà commencé ces derniers mois à écrire quelques réflexions en rapport avec mon quotidien de femme, de maman, de grand-maman et... d'humaine tout simplement ;-) Enfin, le temps m'est à nouveau donné pour me lancer... et, à partir de demain, vous me retrouverez dans un blog de méditations !  Du lundi au vendredi, vous pourrez me suivre  sur demoncoeurasoncoeur  pour un court partage de mon quotidien... une réflexion, une prière, un verset, et une citation (le mercredi !) qui a croisé mon chemin... pour m'encourager et pour t'encourager au quotidien ! Vous pouvez d'hors et déjà vous rendre su