Accéder au contenu principal

I-Phi & moi... & mon cochon.

I-Phi & moi, nous sommes in-sé-pa-ra-bles. Notre connivence a été très rapide et totale. Si nous devons nous séparer pour un temps, pour moi, c'est très dur à vivre. Pour lui, je ne sais pas trop... mais quand même, à un moment donné, si je ne m'en occupe pas, il se meurt gentiment...
I-Phi ? C'est son petit nom. Le 7e membre de la famille. Avant le chat. Il m'arrive parfois, au cours de la journée, de ne pas savoir où il se cache, et là, je l'appelle : "I-Phi où es-tu ? Ouhouh I-Phi ?" . Bien sûr, je fais un peu la fofolle à ce moment-là (et juste à ce moment-là), mais quand même, il y a toujours une petite inquiétude quelque part en moi. Là, je sais qu'une bonne partie du reste de la famille va se mettre à le chercher avec moi. Ils savent que sans lui, ben, je perds mes moyens. Et tout. On le retrouve parfois à des endroits incongrus... mais toujours à un endroit où je suis passée. La relation avec lui est plus simple pour moi qu'avec les autres membres de la famille, il ne m'énerve jamais. En général, il m'obéit, à part une expérience passée que j'ai relatée dans mon blog une fois, mais là, il n'en était sûrement pas vraiment responsable. Et si j'ai pas envie qu'il me dérange, ce qui est fort rare,  ben... je peux toujours enlever le son. Parfois, je me dis qu'avec mes enfants, ce serait trop pratique de faire la même chose.
I-Phi, je le prends PARTOUT. En salle d'attente, je fais des jeux divers ou, s'il y a le wifi, je télécharge de nouvelles applications, gratuites de préférence. Je peux même faire des photos de mes souliers, de la lampe, de moi qui grimace (là, je le fais quand on est que tous les deux). Dans les fils d'attente, il m'arrive de regarder vite mes mails, de faire un sms... au lieu de faire l'impatiente. Dans les magasins, il m'arrive de faire des photos pour savoir si cet article plairait à un membre de ma famille. A l'hôpital, j'ai immortalisé ma fille dans sa chemise de nuit griffée au nom de l'hôpital de ma ville, ainsi que les pansements puis les sutures de son abdomen. Nous avons même joué du Scrabble tous les 3, ma fille, I-Phi et moi. C'est chouette, car il regarde dans le dictionnaire à notre place, et nous aide parfois. Sympa. Ça m'a permis de gagner. A l'hôpital, il a occupé Nathan pendant que je discutais et passais le temps à ma grande nana hospitalisée.
Au mariage de ma cousine, I-Phi a joué avec mes petites nièces adorables, et les parents du coup, ont pu profiter de ce qui se passait lors de la cérémonie.
Quand je fais du vélo, il trace mon chemin sur une carte que je peux garder, calcule le temps, la vitesse (toujours impressionnante), les calories dépensées, la dénivellation du chemin parcouru. Tout ça via satellite (il a des relations de par le monde et au-delà !). Parfois, il m'arrive même de "Skyper" avec ma fille depuis ma chambre, jusqu'à sa chambre. Super utile, j'économise ainsi mes forces et mon énergie, car je devrais marcher au moins 10 mètres.
I-Phi sait tout de moi. Il garde précieusement les photos de ma famille, connait mes amis via Facebook, sait exactement où je me trouve (mieux que moi bien souvent !), il connaît même mon cycle menstruel. Si si !!! Il sait aussi avant tout le monde ce que je vais offrir aux uns et aux autres pour leurs anniversaires ou Noël. Il sait quand il doit me réveiller, quand j'ai un rendez-vous et tout et tout et m'en averti sur demande. En fait, il en sait bien plus sur moi que mon mari. Presque que moi-même aussi. Tiens.
C'est même lui qui m'accompagne à la Migros, l'indispensable Migros, mais hyper indispensable I-Phi à moi qui retient ma liste de course. Bref, il partage quasi tous mes secrets.
Chaque jour, il me donne un nouveau proverbe africain plein plein de sagesse et qui m'aide dans la vie de tous les jours. Aujourd'hui par exemple. c'est "Les choses qui dérangent un homme : une femme bavarde, un moustique, la diarrhée, mourir loin de sa maison".
Là, heureusement que vous ne me voyez pas... déjà, rien que le fait d'écrire, j'en ai presque les larmes aux yeux de rire... et je crois que en ce moment vous vous demandez quand même si j'ai pas une case en moins.
BON.
Je déjeune aussi avec mon café, mes p'tites graines & I-Phi, qui me donne les nouvelles quotidiennes du monde (c'est rarement pour me redonner le moral), la météo (là, de temps en temps, ça fait du bien).
Il m'aide même à dégoté une recette pour le dîner et me suit, pas après pas dans la confection de mes repas.
J'essaie de partager autour de moi ce que je vis avec lui. Avec enthousiasme. Certains sont agacés, certains s'en fiche comme de l'an 40, certains sont accrocs comme moi, et là, c'est le Nirvana... On se partage des idées d'utilisation, on se conseille mutuellement des applications, on oublie tout le reste. C'est assez génétique ce genre de truc, car mon père et deux de mes frères sont aussi accrocs. Et mes fils. J'essaie de convertir le dernier de mes frères. Je sens qu'il est proche de craquer.
Je pourrais continuer longtemps comme ça... car avec I-Phi, chaque jour est une nouvelle surprise, chaque jour on découvre quelque chose d'autre à faire avec lui. 
Je suis sûre que certains, à l'église, ont déjà cru que je faisais un jeu quelconque avec I-Phi, pour m'occuper. MAIS NON, je suivais ce qui se disait sur la Bible d'I-Phi ! Que dire à part : WOW !!!! N'est-ce pas ?
I-Phi m'a renseigné aussi très rapidement sur le fait que Monseigneur Genoud est décédé, via une application. Ça change la vie, j'vous dit pas !
Et mon cochon ? Ah OUI ! Mon cochon ! Encore un nouvel ami à moi et I-Phi ! J'ai pu l'obtenir grâce à des points, gratis. C'est en fait, un haut-parleur-chargeur. Comme I-Phi connait toutes mes musiques préférées, et peut me connecter à toutes les radios du monde, je le connecte parfois à mon cochon. Et là, toute la famille profite de l'Am-Bian-Ce ! C'est génial avec mon cochon, car il redonne le moral à tout le monde : quand ils le voient, le sourire leur vient aux lèvres ! Si si ! J'ai même ma tante qui a éclaté de rire et qui avait peine à s'en remettre ! Ah la la... que du bonheur j'vous dis !
Il y a quelques temps, dans un magazine, j'ai lu l'incompréhensible témoignage d'une femme qui a essayé de se séparer de son I-Phi à elle durant quelques jours (mais comment est-ce possible ?). Juste pour savoir comment ça fait. Elle a eu des difficultés ! J'aurais pu le lui dire ! C'est du pur masochisme d'essayer de vivre une chose pareille !!!
Et je suis trop supra contente... car mon mari après avoir été agacé pendant plusieurs mois que je partage autant de chose avec I-Phi (je pense qu'il se sentait un peu rejeté), réalise enfin petit à petit, que c'est quand même pas si mal. Il pourrait même avoir des résultats sportifs très rapidement, parfois même en direct. Reste à attendre 1 an et demi pour pouvoir en avoir un à moindre prix. A la fin de son abonnement.
Ah, et promis, je ne suis pas payée par Apple (mais je suis sûre que je le mériterais).

Commentaires

Fab B. a dit…
Hihi! Bien dit tout ça...! Je suis pas loin d'être une accro..! Mais où trouves-tu le temps d'écrire TOUT CA????? En tout cas, j'adore te lire, même si le temps me manque!! Bisous et bon rétablissement à ta fille encore...

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi. Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et préci eus e tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines... Que ma vie, que nos vie

Juste un petit mot...

Je suis vivante. En santé. Je vais même plutôt très bien.  Voilà quelques mois que je n’ai plus écrit.  Les journées filent. Les occupations défilent. Mes pensées 💭 s’entrechoquent et remplissent ma boîte crânienne.  Souvent je vis un truc et je me dis : tiens ça serait un sujet top pour mon blog... quand j’aurai le temps... et la vie reprend ses droits et j’oublie le sujet en question. Arghh.  Voilà bientôt deux mois que j’ai arrêté mon job rémunéré à l’hôpital pour différentes raisons (oui oui, j’ai plus de salaire, c’était réfléchi et pas sur un coup de tête !!! Il y a même mon Nommamoi qui est ok avec ça !)...du coup je pensais trouver le temps à nouveau pour écrire. Mais avec ce perturbateur international qu’est le covid je ne suis plus seule à la maison. Mes enfants sont un peu plus là, moins de temps pour que mon cerveau puisse élaborer quelque chose, genre un texte sur un sujet. Je m'inquiète un peu de n’avoir plus d’idées. Je stresse de ne plus trouver l’espa

Un peu de renouveau !

Bonjour à chacun, chacune ! J'ai été plutôt pas mal absente cette dernière année sur mon blog ! L'année fut encore une fois bien remplie pour moi, si ce n'est plus !  Et je réfléchissais concernant mon blog, à faire quelque chose de plus court et de (presque) quotidien... J'avais donc besoin de me renouveler... une idée germait depuis quelques temps ! Et j'ai déjà commencé ces derniers mois à écrire quelques réflexions en rapport avec mon quotidien de femme, de maman, de grand-maman et... d'humaine tout simplement ;-) Enfin, le temps m'est à nouveau donné pour me lancer... et, à partir de demain, vous me retrouverez dans un blog de méditations !  Du lundi au vendredi, vous pourrez me suivre  sur demoncoeurasoncoeur  pour un court partage de mon quotidien... une réflexion, une prière, un verset, et une citation (le mercredi !) qui a croisé mon chemin... pour m'encourager et pour t'encourager au quotidien ! Vous pouvez d'hors et déjà vous rendre su