Accéder au contenu principal

C'est mercredi...

... et le mercredi ben...les enfants ont congé l'après-midi. Ou presque. Parce que d'abord, il faut faire les devoirs. Vite et bien, pour en être débarrassé, libéré, soulagé. Et ça va pas toujours tout seul. Mais aujourd'hui fut un bon jour.
Bon, d'abord, ce que je n'ai toujours pas compris, c'est que chez moi, plus mes enfants sont grands, moins ils y passent du temps.
 Voilà, j'voulais vous l'dire, juste comme ça.
Mais normalement, vers 15h, nous sommes tous li-bé-rés.
Après 2h de boulot pour certain/e et moi.

Nathan, 4e année, a fait ses devoirs en 30 minutes chrono et a filé à  sa leçon de guitare... Avant et après il a déjà répondu à 4 demandes via téléphone de "collègues" de sa classe qui avaient oublié différents devoirs ou infos.
Et oui, comme tous les mercredis, le téléphone n'arrête pas de sonner entre 13h et 14h : invitations diverses, demandes concernant les devoirs... rien qui ne me concerne. J'ai décidé, je ne cours plus vers cet engin. C'est jamais pour moi. Puis ça frappe à la porte. Pour les mêmes raisons. Et en avant les photocopies, les prêts divers. C'est parfois enquiquinant dirais-je, d'être tout le temps interrompus durant les devoirs. Mais bon, ça rend bien service, vu que l'école est interdite d'accès... après l'école. 
Nathan, lui, avait oublié son voc. Il a pu prendre celui de sa soeur qui a le même. Ouf. Et mon aîné de fils, dans les petites classes oubliait au moins 1 chose chaque jour. Donc perte de 30 minutes chaque fois pour avoir les infos ou le matériel nécessaire. Le top. Zen que j'étais. Moui. Evident.
Ema, 4e année, a finit assez rapidement. Ouf. 1h30. Dans les temps. J'ai pas trop insisté aujourd'hui, car les 2 jours précédents elle a fait 2 bonnes heures chaque jour. Et il faut la et me ménager. Je pourrais encore répéter l'une ou l'autre chose, elle en aurait besoin, mais bon, il n'y a pas que l'école dans la vie, non ? Ça c'est bien passé. Presque dans la bonne humeur. Elle le mérite donc. Kdô. De moi. Pour elle. Pour moi.
Simon, 7e année, est rentré de la "popote" en vélo, avec en équilibre sur la main... gauche (je suppose) une bonne tarte aux pruneaux qui a terminé sa course par terre... pas grave, il est encore très beau (le gâteau) et il a fini ses leçons de guitare (mon fils), et il a filé avec ses potes (le fils sans le gâteau. Yesss). Moi, je me lèche les babines... quand pourrais-je l'attaquer (la tarte bien sûr) ? Et... j'y pense. A-t-il fait ses devoirs, lui ?
Salomé, 9e année, est très vite délivrée de cette charge terrible que sont les devoirs. Hum. Elle est rapide et je ne comprends pas trop comment elle fait. Mais bon, si les notes suivent, c'est ok. Pendant que je dictais des mots de vocabulaire à Ema sur la table de la salle à manger, elle était en train de cuisiner, derrière moi. Un gâteau moelleux au chocolat. Avec sa copine.  Ou plutôt elle avait posé son netbook à la cuisine, sur le vitrocéram (!), et lui envoyait des commentaires par skype. Sur l'avancement de son moelleux je suppose. Ou sur la mère extraordinaire qu'elle a. Sûr.  Bon, j'ai quand même été soulagée, car d'abord j'ai cru qu'elle était en "vidéo-conférence" avec elle. Ah ! Ces jeunes ! Je me rappelle pas du tout avoir fait ça de mon temps !  Là, elle est partie pour la voir en VRAI. Ça soulage, ça existe encore.

Et voilà, je me retrouve donc seule à la maison car tous ont retrouvé des copains. Ah non, Ema, farfouille encore dans la boite à biscuits... à ce que j'entends. Mais maintenant elle va filer elle aussi.
Et mon job du mercredi après les devoirs ? C'est être là, dispo. Je surveille les allées-venues des uns et des autres, accompagnés ou non. Parfois je nourris et abreuve quelques estomacs vides qui m'appartiennent ou non. J'essaie de mémoriser ce que ma descendance a prévu de faire, dans quel quartier ils sont allés, quand ils ont prévu de rentrer (à 18h au plus tard de toute façon). Une fois seule, je me demande presque, euh... ben... si je sers encore à quelque chose, là, hein ?
Snif ! Moi j'ai froid. Il fait gris. Les fenêtres sont donc fermées. Le feu crépite dans la cheminée, et le silence est pesant. Je me retrouve seule. Isolée. Abandonnée. J'ai un peu le cafard. Mais ça va pas durer.
Mon copain à moi vient vers 17h30. Ouf. Quand même. Moi aussi j'y ai droit.
 Ah !? Le copain ? C'est mon mari à moi. Ben oui ;-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi. Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et préci eus e tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines... Que ma vie, que nos vie

Juste un petit mot...

Je suis vivante. En santé. Je vais même plutôt très bien.  Voilà quelques mois que je n’ai plus écrit.  Les journées filent. Les occupations défilent. Mes pensées 💭 s’entrechoquent et remplissent ma boîte crânienne.  Souvent je vis un truc et je me dis : tiens ça serait un sujet top pour mon blog... quand j’aurai le temps... et la vie reprend ses droits et j’oublie le sujet en question. Arghh.  Voilà bientôt deux mois que j’ai arrêté mon job rémunéré à l’hôpital pour différentes raisons (oui oui, j’ai plus de salaire, c’était réfléchi et pas sur un coup de tête !!! Il y a même mon Nommamoi qui est ok avec ça !)...du coup je pensais trouver le temps à nouveau pour écrire. Mais avec ce perturbateur international qu’est le covid je ne suis plus seule à la maison. Mes enfants sont un peu plus là, moins de temps pour que mon cerveau puisse élaborer quelque chose, genre un texte sur un sujet. Je m'inquiète un peu de n’avoir plus d’idées. Je stresse de ne plus trouver l’espa

Un peu de renouveau !

Bonjour à chacun, chacune ! J'ai été plutôt pas mal absente cette dernière année sur mon blog ! L'année fut encore une fois bien remplie pour moi, si ce n'est plus !  Et je réfléchissais concernant mon blog, à faire quelque chose de plus court et de (presque) quotidien... J'avais donc besoin de me renouveler... une idée germait depuis quelques temps ! Et j'ai déjà commencé ces derniers mois à écrire quelques réflexions en rapport avec mon quotidien de femme, de maman, de grand-maman et... d'humaine tout simplement ;-) Enfin, le temps m'est à nouveau donné pour me lancer... et, à partir de demain, vous me retrouverez dans un blog de méditations !  Du lundi au vendredi, vous pourrez me suivre  sur demoncoeurasoncoeur  pour un court partage de mon quotidien... une réflexion, une prière, un verset, et une citation (le mercredi !) qui a croisé mon chemin... pour m'encourager et pour t'encourager au quotidien ! Vous pouvez d'hors et déjà vous rendre su