La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


dimanche 19 janvier 2014

Ting ting ting !!! Ou quand une sonnette peut améliorer de beaucoup l'ambiance familiale...

Un avant-après particulier pour aujourd'hui... 
dû à l'arrivée d'une super-sonnette-superchouette dans notre foyer...

AVANT :
Aaaaaa taaaaable !!!! On mannnnnnnngggggeeee !!!!! 
AAAAAA TAAAAAABLLLLEEEE !!!!
AAAAAA TAAAAAAABBBLLLLLLEEEEEE ! !!!!!&%?%=*!ç&&+???!*&§!!!

Voilà. Après maints efforts et énervement... et déplacement des premiers jusqu'à la chambre à la porte fermée et pleine de musique des derniers pour les avertir qu'on mange... nous étions petit à petit tous réunis autour de la table... PFFFFFF... Et ceci 3 fois par jour. 365 jours par an. De quoi vieillir prématurément.

Puis, une amie-maman de 4 enfants, donc expérimentée sur ce sujet, et que je remercie du tréfond de mon p'tit coeur, m'a conseillé LA sonnette....

Alors, pendant des mois j'ai cherché. Comme je suis assez pinailleuse, elle devait aller dans ma déco, et avoir un son bien sonnant-trébuchant-interpellant-convainquant. Je parlais de ma recherche assidue à mon homme. Ça ne lui plaisait pas. Ça fait trop armée. Qu'il disait. (moui, disons que quand j'appelle et réappelle mes gens pour venir se remplir la panse, on me traite parfois de caporal, alors je ne sais que dire sur cet argument...). Donc, en femme soumise j'ai continué à chercher...

Et c'est par hasard que j'ai trouvé, en cherchant des cadeaux de Noël sur le net, une sonnette de comptoir ou de table, à 12.90 frs. A moindre prix. Pour améliorer l'ambiance familiale.  Ça valait le coup d'essayer.


ADAPTATION : Le jour où elle est arrivée dans mon foyer, je l'ai sortie précautionneusement de son carton et... je l'ai fait tintée pour la première fois, craignant qu'elle fasse juste un petit tintement poussif.

  TING !!!
Yessss, ça m'avait l'air pas mal du tout du tout. Puis, je l'ai présentée à ma descendance, assez enthousiaste mais pas franchement totalement convaincue que ça marcherait avec les miens. Mes gens non plus n'avait pas l'air convaincu. Il a fallu que je me lance seule, contre vents et marrées... oui, seule contre tous (merci de verser une larme contre cette injustice flagrante). Ma sonnette a pris illico sa place sur mon bar. Les premiers jours, malgré mes sonneries intensives à l'heure H, ça ne fonctionnait qu'à moitié. Il a fallu utiliser ma voix de militaire aussi, en complément. J'étais un peu désespérée. Il arrivait tout de même que ça marche, mais c'était surtout quand un de mes ados l'essayait, pour rigoler, pour voir comment ça faisait, et pas à l'heure des repas. Et tout le monde s'énervait, de s'être déplacé pour rien, outré qu'il n'y ait rien à se mettre sous la dent. C'était pas gagné. J'ai persévéré tout de même. Car moi, franchement marre d'érailler ma voix 3 fois par jour depuis.... euhhhhhhh.... 15 ans ? Mon amie m'a encouragée, elle m'a dit : "Tu verras, ils vont tous arriver en même temps, un jour, comme chez moi." Moui, j'y croyais franchement pas trop... 

APRÈS : il a fallu une bonne semaine pour que cette amélioration notoire commence à fonctionner correctement et que je sois ENFIN récompensée de mes efforts. !!!! Tout à coup, ça a fonctionné perfectly ! INCROYABLE ! Les tintements émis avec une assurance grandissante 3x par jour eurent un effet miraculeux !!! Vous n'imaginez pas, pauvres mamans qui n'utilisez ENCORE pas ce merveilleux outil, comme c'est jouissif de taper 3 coups énergiques sur une sonnette et de SAVOIR, être CONVAINCUE que TOUTE la famille sera réunie dans les 30 secondes suivantes ! 

TING TING TING !

Ce bruit traverse corridor, murs, portes, musique, écouteurs, duvets, cheveux long, poils d'oreille, pour arriver en grande pompe dans leur cerveau... où cela doit faire une incroyable étincelle car mes z'ados sortent de leur léthargie-concentration sur leurs devoirs-rêveries-téléphone-facebook-minecraft-rangement de chambre et font fonctionner leurs jambes sans crier gare.... c'est tout juste s'ils réalisent ce qui se passent, et les voilà devant leurs assiettes en train de manger (en face d'une maman remise à neuf, toute zen, paisible, et pleine d'amour pour ses poussins) !!!

Pour la petite histoire vécue d'un membre de ma descendance :
Manana 1ère est allée "chez mon amie à la sonnette", mère de son amie. La sonnette à retenti, à l'heure de midi. Les deux se sont levées et mises en marche d'un même mouvement pour aller en direction de la cuisine. Elles se sont fait la réflexion que c'est incroyable comme ça devient un réflexe d'entendre cette sonnerie et presque inconsciemment de commencer à se déplacer dans la bonne direction... ça fait presque peur. En fait.

Un p'tit mot de moi en plus : nous avons utilisé notre nouvel outil en présence d'un invité. Il en a été époustouflé. De l'effet sonnette. Comme nos enfants étaient incroyablement obéissants car rapidement à table. De quoi rouler nos mécaniques. J'vous dis. Et vous, maman désespérée, ça vous dit ?

PEAUFINAGE : me voilà en train de rêver. Et si je commençais à utiliser ma sonnette-télécommande comme du morse ? Genre 3 longs coups, 1 petit, puis 2 longs ce serait : merci de ranger votre chambre, même sous le lit, svp. Ou 2 petits coups : venez essuyer la vaisselle. Ou 4 grands tintements : on éteint tous les écrans et... dodo. etc etc. Ohhhhhhh, plein d'idées s'entrechoquent dans mon cerveau, ça j'vous dis.

En tout cas. Ça marche. Alors, si ça vous branche, d'avoir plus de paix dans vos familles (on sait jamais), vous pouvez me faire un mail privé, et je vous donnerai le lien où j'ai trouvé ma super-sonnette (il y en a de toutes les couleurs pour que ça aille dans votre déco)
C'est fabuleux j'vous dis. FABULEUX !!! (et j'exagère même pas !) 
Ma sonnette superchouette. Je t'aime. 1 minutes de silence pour elle. Merci.

PS : mon mari doit être terrorisé par l'armée, car il ne s'y habitue décidément pas, même en voyant comme ça marche. Je comprends pas. Il aimait peut-être mon côté caporal. Par contre, moi, quand je la fais tinter, ça me fait penser plutôt à une grande maison d'enfants, pleine de rires et de joie... d'enfants qui ne laissent pas traîner leurs chaussettes, d'enfants qui savent à quoi servent une poubelle... d'enfants qui ne grignotent JAMAIS dans leur chambre... bref. Mon p'tit moment de rêve à moi.
Une maison plein de vie et de bonheur.

                                                                                       Signé : une ex-caporale

mercredi 1 janvier 2014

De l'utilité de la lumière, d'une vue distincte et d'un bon sens de l'orientation.

Pour cette nouvelle année,  un p'tit retour de moi car j'avais envie de vous raconter 3 petites histoires.  Alors voili. Sont-elles vraies ou issues de mon imagination ? Hi hi hi !

Histoire n°1 : 7h15. Il fait nuit. Sur le parking, je sors de ma voiture. Sans attendre, je suis en marche rapide pour le travail. Déjà, je me mets la pression. Je suis encore à moitié endormie. Je reçois un SMS. Je ne ralentis pas, le regard fixé sur mon écran.  Je réponds à mon mari qui est en voyage de retour. Toujours concentrée sur mon écran, mon pouce court lui aussi, mais sur les touches de mon I-phone à moi. Une masse de travail m'attend, je reste fixée sur mon but : sortir à temps pour aller chercher ma moitié à la gare. Impensable de diminuer le rythme de ma marche. IMPENSABLE ! AÏE  ! Me voilà stoppée.  Dans une haie. Toujours debout, mais bien loin de ma trajectoire initiale. Premier réflexe : regarder derrière moi si quelqu'un a vu ça ! La honte ! Ouf, une personne est là mais trop loin, j'espère. En plus il fait nuit. Puis je ris, mais m'inquiète soudain en commençant à sentir un peu de douleur sur mon visage. Je touche, pas de boursouflure. Regarde mes mains, pas de trace de sang. En passant la réception de l'hôpital où je travaille, aucune réaction de mes collègues choquées sur mon éventuel visage défiguré. Ouf. J'aurais eu l'air fin de devoir expliquer ce qui s'est passé. Je ris intérieurement. Mon stress s'est un peu envolé. Je marche plus lentement, en regardant où je vais. Mon i-phone rangé. Vaut mieux.

Histoire n° 2 : 23h : Réveil au milieu de la nuit (oui, je me couche tôt !) pour aller aux toilettes. Je ne veux pas réveiller mon mari... je presse sur l'écran de mon i-phone à moi pour qu'il illumine un peu mon trajet aller-retour. Aller : OK. Retour : pas OK. Il s'est éteint. Il fait nuit noire. Je suis glauque, dans mon premier sommeil. Je visualise clairement dans mon esprit mon lit à un endroit précis. Sûre de moi dans mon demi-sommeil, je plonge, me laissant aller de tout mon poids, les mains en avant, dans mon cocon chaud et duveteux. AAAAAÏÏÏEEEEEEE !!!! Un CHOC, un craquement : mon nez vient de s'écraser sur le coin du lit, juste avant que mes mains touchent le sol.  Je hurle. (C'est raté, mon mari est réveillé). Dans son premier sommeil il est plus que perdu. Je suis couchée sur mon lit, assaillie par une douleur comme il y a longtemps plus. Je tiens mon nez. ça me sonne dans la tête.
- "J'ai le nez dans quel état, il est dans quel état ?" que j'demande en tremblant. 
Mon mari allume la lampe, me dit, tremblant de partout car extirpé trop rapidement de son sommeil sain et profond : 
- "Ohhhhhhhhhhhh, tu saignes !" 
Incapable de me lever, la tête encore entourée d'étoiles et de pleeeeiiiinnnns de petits oiseaux piaillants, je lui demande d'aller chercher le miroir... Je me vois déjà aux urgences, en train de me faire recoudre, le nez "maillé", bleu, ensanglanté. Bôôôô le nez ! Le miroir en main je l'approche et vois.... UNE goutte de sang. Mon mari avait raison, je saigne. Mais bon. C'est pas vraiment une hémorragie gravissime. Une goutte. Une douleur pareille, et même pas de trace. Nul. Franchement nul. Je me lève avec toujours quelques oiseaux à ma suite, vais chercher de la glace et me l'applique en douceur sur mon nez, qui ne deviendra ni bleu, ni rouge, ni jaune par la suite, mais qui me fait encore mal après 3 semaines et vient de finir de "grincer" quant je le touche. C'est pas MARRANT !

Histoire n°3 : 10h du matin. Là, je suis réveillée. Mes sens en éveil. Je suis chez IKEA. Des lits partout, mais qui ne me tentent pas cette fois-ci. J'ai bien mieux à faire. "Beuiller". "Schneuker". J'aime. A en oublier mon nez. Mon mari m'attend à la caféteria. Voilà quand même 5 mois que je ne m'y étais plus promenée (!). Mon caddie se remplit petit à petit des articles de ma liste tirée directement du site internet IKEA. Une ampoule par ci. Une lampe par là. Des étiquettes TROP belles... et Hop. Non non, je ne fais pas de pub. Mais c'est top IKEA. Donc je regarde à ma gauche, à ma droite. M'arrête, me faufile dans les couloirs sans mon caddie pour aller plus vite. Le reprend. Continue de regarder milles choses qui m'interpellent. Je ne sais pas pourquoi, mais à un moment donné mon regard a filé vers mes articles  (ça devait être vers le coin bébé, je me sens plus trop concernée). Et à part des piles que je me souvenais avoir mis dedans, ben, j'en ai pas trop reconnu  le contenu. OK. J'ai compris. Je fais demi-tour, et recherche MON caddie. Le chemin est long, tortueux. Pfff. Voilà longtemps que je me promenais avec le mauvais caddie. Ahhhhh.... en voilà un tout seul au milieu du couloir. Moui. C'est l'mien. Je regarde autour de moi, telle une voleuse. Et échange les "paniers roulants". Discretos. En même temps, j'aperçois un homme, pas tout près, entre les étalages, qui apparemment cherche quelque chose, tourne sur lui-même, se met sur la pointe des pieds, re-tourne la tête dans tous les sens. Il a l'air un peu agité. Et je crois pas qu'il fait de la gym. Au moment de redémarrer avec mes achats, je vois du coin de l'oeil son visage s'éclairer en voyant ce que j'ai laissé derrière moi. Je file dans l'autre sens, retrouver mon mari, la tête dans les épaules, d'une discrétion à toute épreuve. Toute honteuse de ne pas m'être fait connaître au monsieur en question. Et je rigole intérieurement. C'que je suis bête.

Question : Laquelle de ces histoires est vraie ???? (réponse tout en bas du post)

  • Petite application spi  :
Les yeux servent à VOIR. A nous guider. Bref. C'est vachement pratique. Que sommes-nous heureux nous qui voyons distinctement, avec ou sans lunettes !!! Mais même avec des lunettes et une bonne vue... sans LUMIERE ça ne sert à RIEN (expérience faite, ça j'vous dis, essayez pour voir : avec votre casque de ski, de vélo, de hockey, de trottinette freestyle, c'est égal mais casqué !).
Que ferions-nous sans lumière ?
Jésus dit : 
"Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura au contraire la lumière de la vie." Jean 8 : 12

Ne restez pas dans vos ténèbres loin de la lumière qu'est Jésus, de son Amour, de son Pardon (parce que moi j'en ai très souvent besoin), de sa Paix. C'est pas marrant, on voit rien, on stresse, on ne sait pas où on va et qu'est-ce qu'on fait dans cette vie,  et on peut vraiment se casser le nez. Et ça fait mal. Très. Regardez à Jésus, laissez-vous éclairer par Lui, jusqu'au tréfonds de vous. Gardez les yeux fixés sur Lui, un guide sûr dans les bons comme les mauvais jours. Et il y en a 365 qui s'annoncent là, en 2014.

A quoi rime cette vie ?  A quoi sert cette vie ? A quoi sert notre passage éclair sur terre ? Lisez la Bible ! Moi, j'y ai trouvé un sens à ma vie (comme les flèches par terre chez Ikea pour nous guider), et malgré les fautes de parcours (comme lors de l'histoire du caddie), le mal que je peux faire, je peux continuer d'avancer grâce à l'Amour et au Pardon de Jésus.  Je sais qu'après cette vie, il y en a encore une. Plutôt pas mal longue celle-là.  Et parfaite. Sans douleur. Sans problème de caddie. Sans stress. Sans ténèbres. Jamais. Dans l'Amour parfait. Ce qu'on cherche inlassablement sur terre mais qu'on y trouvera jamais. 

"L'Éternel est ma lumière et mon salut: De qui aurais-je crainte? L'Éternel est le soutien de ma vie : de qui aurais-je peur?" Psaume 27 :1

Bonne année bénie à toutes et tous !


Réponse : Ben les trois. Elle se sont toutes passées en décembre. Et on ne rit pas. Merci.