La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


jeudi 24 octobre 2013

Paris. En pratique.

Nous sommes de retour. A l'heure. Crevées. Abîmées des orteils aux cuisses, mais entières. 

Et fières. Yehhhh.
- On ne s'est pas perdues dans les dédales souterrains du métro, tels une fourmilière, comme l'a surnommé ma fille.
- On n'a pas loupé notre TGV de retour
- On nous a souvent demandé le chemin, en pleine ville. (Bon, on n'a pas pu les renseigner, mais ça veut dire qu'on avait pas l'air de... touristes !!!)
- On a appris plein plein de choses sur Paris, son histoire, lors de la visite guidée à vélo. C'était trop trop bien (www.parisvelosympa.com) !
- On a pu se débrouiller avec la langue (oui, bon, c'est vrai, c'est francophone aussi)
- On a presque rien acheté (incroyable mais vrai, on a quasi rien ramené à part des chaussettes pour Manana 1ère et des gants pour moi !)

On a bien rigolé :
- Au spectacle Cher Trésor avec Gérard Jugnot
- Lorsqu'un petit Ken (comme l'a surnommé ma fille) d'une quarantaine d'année, dans le métro, se repeignant dans vitre, à tout à coup fait quelques pas rapides de danse juste à mes pieds, surpris qu'il a été d'un mouvement brusque... Comme il l'a si bien dit en rigolant après coup : "J'ai failli atterrir sur vos genoux !".
- Lorsqu'au premier étage des Galeries Lafayette, on s'est retrouvée d'un coup au Japon... A part les articles, bien de notre coin de pays, TOUS les humains étaient asiatiques (vendeuses et acheteurs), fou.

On a été touchées :
- Par les quémandeurs d'argent
- Par la petite mendiante toute voilée de noire, de 13-14 ans, là, dans l'métro
- Par les personnes qui n'ont plus qu'à griller du maïs sur un caddie pour gagner leur vie !
- Bref, par la misère qu'il y a, dans cette ville Lumière

On a été impressionnées :
- Par la richesse historique, par le nombre des bâtiments plein d'histoire...
- De rencontrer un de mes groupes préférés vu dans l'émission de X-Factor, à Montmartre, qui jouait... on a échangé 2-3 mots, on leur a acheté un CD (les Presteej). Super sympa.
- Par le fait que les comédiens qui jouaient dans la pièce, nous les connaissions quasi tous (mais pas l'inverse, malheureusement ☺), les ayant vu jouer dans des films.
- Comme on est proche de Paris : 3h de TGV depuis Bâle, c'est rien du tout.

On n'a pas aimé :
- Les courants d'air dans le métro
- Puis la chaleur dans l'métro
- Nos habits imprégnés par l'odeur du métro
- Le quartier pas très rassurant du marché aux Puces de St-Ouen, nous y sommes arrivées trop vite, juste à l'ouverture, nous y étions aussi les seules européennes, ou presque.
- Le musée Grevin. Cher. Pour ce que c'est.
- Mes cloques aux orteils... aïe aïe aïe
- La crypte du Sacré-Coeur. Angoissant.
- Le bruit incessant

On a super aimé :
- La rue Montorgueil et ses cafés
- Le quartier de Montmartre et monter dans la coupole du Sacré-Coeur
- Se retrouver comme ça, par hasard, sur les Champs-Elysées
- Mes deux applis mentionnées dans le poste précédent. Indispensables.
- Le Marais
- Le Louvre et la Joconde (et les japonais)
- La crypte du Panthéon
- La FNAC, comme d'hab.
- Le calme du foyer tout simple où on a logé
- Le quartier juif et ses écritures en hébreux
- L'ambiance super sympa de notre balade guidée à vélo dans Paris... TOP !
- Les paninis, les paninis, et les paninis.
- Et vivre ça ensemble, mère et fille. Vivre ça bien. Cadeau.
-.....

C'était quasi parfait. Comme peut l'être parfois la vie. Mais une fois, énervée un peu contre ma fille qui rangeait toujours trop bien à mon goût son billet de métro au lieu de le mettre dans sa poche comme moi (oui, il m'arrive de m'énerver pour quasi rien. C'est bizarre. D'autant plus que je m'énerve en général parce que mes enfants ne rangent PAS ASSEZ bien... ?!!), on a pris le métro dans le mauvais sens. Une fois. Une seule. Et on a vite corrigé ça. Comme des pros.
Merci Seigneur pour ces bons moments !


PS : et ceux qui sont restés à la maison ? Ils se sont débrouillés comme des pros eux aussi !!! Par contre, ils n'ont pas mangé QUE des paninis. Eux. Et mon mari est fier. Il a fait la lessive. Comme un pro. Comme quoi. On pourra continuer parfois d'échanger les rôles !

mercredi 16 octobre 2013

Paris. En théorie.

Aujourd'hui c'est l'anniversaire de fiston 2ème et je pars à Paris. Sans lui. 

Me voilà donc présentement dans le TGV où je vis une totale new expérience : écrire un billet sur les rails à 300km/h. Non, c'est pas juste pour vivre ça que je m'en vais à Paris. J'y vais avec Manana 1ère qui fête ses 18 ans dans quelques jours. Nous voilà donc en partance pour la ville Lumière pour vivre pleins d'expériences inédites durant 4 jours. Tourisme à vélo, à pieds. Musées, spectacle(s), shopping, flâneries dans les rues, cryptes, tombeaux des stars d'antan... (qui ne sera j'espère pas notre tombeau... ;0b. Si on zappe l'heure de fermeture on est mal).

Tout ça SANS homme ! Sans mon Nommamoi qui normalement, outre me soutenir moralement et me tenir la main, fait office de GPS, de guide... Bref voilà 20 ans que dans mes voyages hors d'Helvétie, je me repose entièrement sur lui. Mais là, inversion totale des rôles  : je l'ai laissé à la maison où il s'occupera de gérer nos 3 descendants restants. De gérer même la fête de l'anniversaire des 13 ans de fiston que j'ai abandonné en ce jour, avec une certaine culpabilité que j'essaie de taire en moi (Il a osé dire en rigolant que c'était un cadeau que je parte !!! J'ai préféré ne pas savoir si c'était du lard ou du cochon. Parfois, vaut mieux se protéger. N'est-ce point.).
Voilà donc que depuis des semaines j'étudie cartes, guide, applications GPS, fonctionnement du métro. Car si j'avais écouté mes craintes, je ne serais pas partie, alors autant en savoir le max. Voilà des semaines que je réserve et achète via internet des billets de théâtre, de musée, que j'ai dégoté un endroit où dormir à moindre prix, que je me renseigne sur les dangers de la ville, que je lis des guides. J'en rêve la nuit. J'y pense le jour. Je ne parle plus que de ça avec Manana 1ère. À en barber les autres membres de la famille. Bref, me voilà imbattable à présent et en THÉORIE sur les endroits à voir et où ils se trouvent et comment y arriver, où avoir du wifi (indispensable pour les geeks que nous sommes), sur les meilleures applis (Pocket Paris & Paris métro) pour remplacer mon GPS de mari. Le montant des frais déjà prévus est calculé (aïe !). La dernière version de notre programme est tiré, distribué à mon Nommamoi qu'il puisse aussi nous suivre à distance. Ma fille se repose entièrement sur moi. Mon mari nous a rendu service pour le tirage au sort du théâtre que nous irons voir, nous étions dans l'impossibilité de faire un choix : et la main innocente de mon Nommamoi à tiré  : Cher trésor avec Gérard Jugnot (Mince, on aurait presque préféré l'autre !).
Bref tous ces préparatifs pour être au top, pour ne pas perdre du temps inutilement, pour profiter au maxxx de ce temps pour découvrir le mieux possible cette ville. 

Notre challenge pour ces quelques jours : ne pas avoir l'air de touristes ! Je sais tellement bien ma théorie que ça devrait jouer non ?
Je vous tiendrai au courant du comment nous avons vécu le côté pratique dans quelques jours. 

Petite appli spi : j'ai préparé dans les moindre détails ce voyage de quelques jours, j'ai réfléchi, soupesé, écouté les conseils, les recommandations des gens plus expérimentés que moi, essayé d'accomplir les vœux de ma bientôt majeure de fille, tout ça dans les limites de notre budget. Est-ce que j'en fait autant pour ma vie ? Quels sont mes buts ? Mes rêves ? Est-ce que la peur m'arrête pour accomplir mes rêves ? Qu'est-ce que j'aimerais accomplir dans ma vie pour n'avoir aucun regret plus tard ? Est-ce que j'écoute les paroles de sagesse des personnes plus expérimentées que moi pour réussir le mieux possible mon voyage sur cette terre ? Ou est-ce que je ne veux pas penser à cette fin inéluctable qui nous attend tous ? Est-ce que je vis comme je le veux sans penser aux implications pour plus tard ? Oui, nous avons quelques années à vivre ici-bas. Avec l'aide de Dieu, sur Les conseils de Sa Parole, vivons-les le mieux possible ! 

lundi 14 octobre 2013

Un bouquin : Vous avez dit oui à quoi ?

J'ai lu un bouquin très chouette dernièrement sur un sujet qui intéresse bien du monde... le mariage !

Le voici : 

Pour vous en mettre l'eau à la bouche, en voici quelques extraits :

  • Un mariage basé sur le romantisme s'attache à un mensonge idéalisé  (l'amour passion) et rompt ensuite avec la réalité, dès qu'elle apparaît. Un mariage basé sur Jésus-Christ nous invite à rompre avec le mensonge (l'image idéalisée de notre conjoint) pour épouser la réalité (deux individus pécheurs qui luttent pour préserver un engagement à vie). Le défi n'est pas de continuer à aimer la personne que nous pensions avoir épousée, mais d'aimer la personne que nous avons réellement épousée.
  • Quand nous comprenons que les êtres humains ne pourront jamais nous apporter tout l'amour dont nous avons envie et besoin, le mariage est là pour nous rappeler notre besoin de Dieu.
  • Le christianisme ne nous ordonne pas de rechercher la bonne personne, il nous demande de le devenir.
  • Le mariage limite la quantité de ce que nous pouvons accomplir, mais il augmente notre potentiel de transformation intérieure.
  • Si de nombreux mariages se soldent par un divorce, c'est peut-être en grande partie parce que l'un des partenaires, sinon les deux, fuyait au moins autant la révélation de ses propres faiblesses que celles de son conjoint. Les couples échouent généralement par manque de repentance bien plus que par manque d'amour. Le péché, les mauvaises dispositions de coeur et les manquements que l'on n'a pas osé regarder en face, tout ceci sape lentement la relation. Les grandes promesses faites du temps de la passion sont attaquées et finissent par se briser.
  • Le mariage est l'une des dimensions les plus altruistes dans lesquelles un chrétien peut entrer. Nous mourrons à nos attentes, nos exigences et nos craintes. Nous ressuscitons pour les compromis, le service et le courage.
  • Comment un mari ou une femme peut-il utiliser son temps ou son argent, non pour manipuler ou dominer l'autre, mais pour le servir ? En appréciant le conjoint et en cherchant à le comprendre, en s'oubliant soi-même et en refusant de supposer que son propre travail, son temps et ses besoins ressentis sont plus importants que tout.
  • Ne soyons pas naïf au point de penser que le mariage serait un havre de paix protégé des effets de la chute... les luttes les plus intenses de la vie auront lieu au sein de la relation prioritairement affectée par la Chute : le mariage.
  • Maris, vous êtes mariés à une femme déchue dans un monde déchu. Femmes, vous êtes mariées à un homme pécheur dans un monde pécheur. Il ne fait aucun doute que votre conjoint péchera contre vous, vous décevra, et aura des limites physiologiques qui seront pour vous sources de frustration et de tristesse. Votre mari peut rentrer à la maison plein de bonnes intentions et se mettre en colère malgré tout. Votre femme peut être remplie de désir mais n'avoir plus d'énergie.
  • Jamais vous ne trouverez de conjoint qui ne soit affecté d'une manière ou d'une autre par la réalité de la Chute. Si vous ne parvenez pas à respecter ce conjoint parce qu'il est sujet à certaines faiblesses, vous ne pourrez jamais respecter aucun conjoint.

Voili ! J'ai aimé cette façon de voir un peu différente de beaucoup de bouquins que j'ai pu lire sur le sujet ! Je vous conseille donc expressément de le lire en entier si vous ne vivez pas un conte de fée constant dans votre couple ! ☺

A bientôt !

mercredi 2 octobre 2013

Ding Dong Ding Dong !!!


Lundi 
Ding dong ding dong  !!! C'est l'facteur qui sonne !!!
Tiens un paquet. Ahhhh, pas c'que j'espérais. Ça c'est les médicaments pour Mon Nommamoi.

Mardi 
Ding dong ding dong !!! C'est l'facteur qui sonne !!!
Oups. Le café. De Georges. Merci l'facteur. Je lui souris. C'était vite là, j'l'ai commandé hier.

Mercredi 
Ding dong ding dong !!! C'est l'facteur qui sonne !!! Qui va ouvriiiiiir ?
Manana 1ère : - J'y vais ! C'est p'têtre mon paquet, c'est p'têtre mon paquet...
Tiens maman, un paquet d'LaPedoute... Grrr, pas encore reçu ma nouvelle coque iphone trop belle des USA.

Jeudi 
Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Pffff. Encore ?
Mais où est l'facteur ? Ahhhh, derrière ces paquets !!!! Je le découvre, avec un sourire... ahhhhhh, je vois pourquoi : il s'attend à ça :
- HIIIIIIIIIIIIIII !!!! Ce sont les chaussuuuuuuuuuuuuuures !!!!!!!! (ne pas oublier de crier dans ces cas-là, d'autant plus que cet énorme carton en contient 8 paires. A l'essai bien sûr. Port gratuit, on en profite !)
Non, ça c'étais dans mon imagination. A la place, j'ai un sourire crispé de ma part au facteur. Mal à l'aise, que je suis. Il me tend un paquet après l'autre. Ting. Je signe. Ting. Je resigne. Ting. Je reresigne. Et je distribue. 1 paquet Salando dans la chambre de Manana1ère. 1 énorme paquet Salando pour certains pieds de la famille. Un gros sachet LaPedoute pour relooker mon fils (non, je l'habille pas en sachet, mais il y avait quelque chose dedans). Et mes bouquins tant attendus d'Anazon.

Vendredi 
Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Je n'y vais pas, je n'y vais pas !!! Non non, je me cache, c'est trop la honte !!!!
- Vas-y Manana 2e, et tu sais signer.  Si si, tu sais. Elle y va.... Ting. Ting. Ting. La porte claque.  C'est bon, il est loin ? Quoi ? Encore un paquet de Salando pour Manana 1ère ? Et ça, c'est quoi ? Ahhhh, oui le cadeau pour fiston 2e. Pfffff. Ah oui... mon nouvel aspirateur. Ça c'est chouette.
Mais c'est décidé. Je ne commande plus rien pour un moment.

Bon, profitez bien de votre weekend m'sieur l'facteur !!!

Le pire, le pire c'est qu'on les retourne presque complètement pleins. Tout ça pour rien. Ou presque.
Mon cher facteur,

Je me sens dans l'obligation expresse de vous écrire concernant mes faits et gestes.

Je sais. Je sais que vous connaissez TROP bien le chemin pour venir chez nous. Et les prénoms de certains de ses habitants. Certaines surtout. Oui, vous êtes bien gentil car vous ne nous faites pas la tête. En tout cas c'est pas visible. Il faut dire que je n'ai pas trop l'temps de vous regarder durant les quelques secondes que je vous vois car je dois vous débarrasser de tous nos achats, et signer avec ce stylo qui n'en est pas un sur votre appareil de facteur  (j'ai toujours pas compris comment ils peuvent avoir confiance dans les hiéroglyphes qui apparaissent sur votre écran en guise de signature. Bref.). Mais voilà. Ne croyez surtout pas que je suis une dépensière inconsidérée.  Et puis là, c'est l'automne. Et les anniversaires commencent. Et mes enfants ont grandis pendant les chaleurs de l'été et ont besoin d'avoir des habits à leur taille. Je travaille pas mal et n'aime plus trop aller en ville faire les magasins pour habiller toute ma smala. Je préfère occuper mon temps à écrire des trucs sur mon blog par exemple, ou à nettoyer les WC de la maison, ou même à ramasser les trognons de pommes pourries dans les poubelles de mes descendants et surtout à voir mes amies. Bref. Voilà pourquoi vous n'arrêtez pas de venir chez nous, encombré comme pas possible. 
Comme vous avez toujours une mine assez joviale, je me dis peut-être que vous êtes reconnaissants envers nous, car ainsi vous n'êtes pas prêt à perdre votre travail. Peut-être qu'en fait vous croyez qu'on fait une BA. Ça ce serait top. Je dois avouer tout de même que parfois j'espace un peu mes commandes, pour que vous ayez du répit. Et moi aussi. Mais c'est malheureusement  dans cet espace-temps où je résiste et me dis que si mon fils n'a plus de jeans, ça peut attendre, que Manana 1ère découvre quelque chose d'indispensable et d'urgent sur internet, ou que mon homme arrive au bout de ses médicaments. Ou moi du café. Et pis là. Ben voilà. On s'revoit quoi.

Alors, mon cher facteur, merci de continuer de nous livrer. Sans faire la tête. Ça nous simplifie la vie. Mais sachez que je ne viendrai jamais 3 jours de suite vous ouvrir. 2 c'est assez. 3 c'est la honte. Tout de même. Et pis ne vous en faites pas, là, j'ai bientôt tout pour affronter l'hiver.
Tout d'bonne matinée. Et à tout à l'heure.Probablement.
                                                                     
                                                                          La dame aux paquets.

Une p'tite appli spi :
Pas de honte à avoir. On peut sans arrêt "déranger" Dieu. Il est là. Toujours. Il livre 7j/7j, 24h/24h. Mais juste ce dont nous avons besoin. On peut faire des commandes, exposer nos besoins, mais bon, on recevra juste ce qu'il nous faut. Ni plus. Ni moins. Il fait ça avec amour. Lui. Pas pour être payé. Pas pour qu'on l'aime. Mais parce qu'Il nous aime. Non stop. Comme de bons parents. En plus, ça sert à rien de se cacher. Car Il nous voit. Ça ne sert à rien de cacher quoique ce soit de nous. Car il sait tout. Nos besoins. Nos hontes. Même nos dépenses inconsidérées. Bon.

Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Allez. J'vous laisssse !!!!

PS : petit rappel : à votre droite sur mon blog, il est possible d'inscrire son adresse mail pour recevoir mes posts chez vous. N'oubliez pas de confirmer lorsque vous avez reçu le mail de Feedburner dans votre boite ! Vous pouvez aussi, à droite sur l'onglet Facebook, aimer ma ma page.