Accéder au contenu principal

Paris. En pratique.

Nous sommes de retour. A l'heure. Crevées. Abîmées des orteils aux cuisses, mais entières. 

Et fières. Yehhhh.
- On ne s'est pas perdues dans les dédales souterrains du métro, tels une fourmilière, comme l'a surnommé ma fille.
- On n'a pas loupé notre TGV de retour
- On nous a souvent demandé le chemin, en pleine ville. (Bon, on n'a pas pu les renseigner, mais ça veut dire qu'on avait pas l'air de... touristes !!!)
- On a appris plein plein de choses sur Paris, son histoire, lors de la visite guidée à vélo. C'était trop trop bien (www.parisvelosympa.com) !
- On a pu se débrouiller avec la langue (oui, bon, c'est vrai, c'est francophone aussi)
- On a presque rien acheté (incroyable mais vrai, on a quasi rien ramené à part des chaussettes pour Manana 1ère et des gants pour moi !)

On a bien rigolé :
- Au spectacle Cher Trésor avec Gérard Jugnot
- Lorsqu'un petit Ken (comme l'a surnommé ma fille) d'une quarantaine d'année, dans le métro, se repeignant dans vitre, à tout à coup fait quelques pas rapides de danse juste à mes pieds, surpris qu'il a été d'un mouvement brusque... Comme il l'a si bien dit en rigolant après coup : "J'ai failli atterrir sur vos genoux !".
- Lorsqu'au premier étage des Galeries Lafayette, on s'est retrouvée d'un coup au Japon... A part les articles, bien de notre coin de pays, TOUS les humains étaient asiatiques (vendeuses et acheteurs), fou.

On a été touchées :
- Par les quémandeurs d'argent
- Par la petite mendiante toute voilée de noire, de 13-14 ans, là, dans l'métro
- Par les personnes qui n'ont plus qu'à griller du maïs sur un caddie pour gagner leur vie !
- Bref, par la misère qu'il y a, dans cette ville Lumière

On a été impressionnées :
- Par la richesse historique, par le nombre des bâtiments plein d'histoire...
- De rencontrer un de mes groupes préférés vu dans l'émission de X-Factor, à Montmartre, qui jouait... on a échangé 2-3 mots, on leur a acheté un CD (les Presteej). Super sympa.
- Par le fait que les comédiens qui jouaient dans la pièce, nous les connaissions quasi tous (mais pas l'inverse, malheureusement ☺), les ayant vu jouer dans des films.
- Comme on est proche de Paris : 3h de TGV depuis Bâle, c'est rien du tout.

On n'a pas aimé :
- Les courants d'air dans le métro
- Puis la chaleur dans l'métro
- Nos habits imprégnés par l'odeur du métro
- Le quartier pas très rassurant du marché aux Puces de St-Ouen, nous y sommes arrivées trop vite, juste à l'ouverture, nous y étions aussi les seules européennes, ou presque.
- Le musée Grevin. Cher. Pour ce que c'est.
- Mes cloques aux orteils... aïe aïe aïe
- La crypte du Sacré-Coeur. Angoissant.
- Le bruit incessant

On a super aimé :
- La rue Montorgueil et ses cafés
- Le quartier de Montmartre et monter dans la coupole du Sacré-Coeur
- Se retrouver comme ça, par hasard, sur les Champs-Elysées
- Mes deux applis mentionnées dans le poste précédent. Indispensables.
- Le Marais
- Le Louvre et la Joconde (et les japonais)
- La crypte du Panthéon
- La FNAC, comme d'hab.
- Le calme du foyer tout simple où on a logé
- Le quartier juif et ses écritures en hébreux
- L'ambiance super sympa de notre balade guidée à vélo dans Paris... TOP !
- Les paninis, les paninis, et les paninis.
- Et vivre ça ensemble, mère et fille. Vivre ça bien. Cadeau.
-.....

C'était quasi parfait. Comme peut l'être parfois la vie. Mais une fois, énervée un peu contre ma fille qui rangeait toujours trop bien à mon goût son billet de métro au lieu de le mettre dans sa poche comme moi (oui, il m'arrive de m'énerver pour quasi rien. C'est bizarre. D'autant plus que je m'énerve en général parce que mes enfants ne rangent PAS ASSEZ bien... ?!!), on a pris le métro dans le mauvais sens. Une fois. Une seule. Et on a vite corrigé ça. Comme des pros.
Merci Seigneur pour ces bons moments !


PS : et ceux qui sont restés à la maison ? Ils se sont débrouillés comme des pros eux aussi !!! Par contre, ils n'ont pas mangé QUE des paninis. Eux. Et mon mari est fier. Il a fait la lessive. Comme un pro. Comme quoi. On pourra continuer parfois d'échanger les rôles !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …