Accéder au contenu principal

Ding Dong Ding Dong !!!


Lundi 
Ding dong ding dong  !!! C'est l'facteur qui sonne !!!
Tiens un paquet. Ahhhh, pas c'que j'espérais. Ça c'est les médicaments pour Mon Nommamoi.

Mardi 
Ding dong ding dong !!! C'est l'facteur qui sonne !!!
Oups. Le café. De Georges. Merci l'facteur. Je lui souris. C'était vite là, j'l'ai commandé hier.

Mercredi 
Ding dong ding dong !!! C'est l'facteur qui sonne !!! Qui va ouvriiiiiir ?
Manana 1ère : - J'y vais ! C'est p'têtre mon paquet, c'est p'têtre mon paquet...
Tiens maman, un paquet d'LaPedoute... Grrr, pas encore reçu ma nouvelle coque iphone trop belle des USA.

Jeudi 
Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Pffff. Encore ?
Mais où est l'facteur ? Ahhhh, derrière ces paquets !!!! Je le découvre, avec un sourire... ahhhhhh, je vois pourquoi : il s'attend à ça :
- HIIIIIIIIIIIIIII !!!! Ce sont les chaussuuuuuuuuuuuuuures !!!!!!!! (ne pas oublier de crier dans ces cas-là, d'autant plus que cet énorme carton en contient 8 paires. A l'essai bien sûr. Port gratuit, on en profite !)
Non, ça c'étais dans mon imagination. A la place, j'ai un sourire crispé de ma part au facteur. Mal à l'aise, que je suis. Il me tend un paquet après l'autre. Ting. Je signe. Ting. Je resigne. Ting. Je reresigne. Et je distribue. 1 paquet Salando dans la chambre de Manana1ère. 1 énorme paquet Salando pour certains pieds de la famille. Un gros sachet LaPedoute pour relooker mon fils (non, je l'habille pas en sachet, mais il y avait quelque chose dedans). Et mes bouquins tant attendus d'Anazon.

Vendredi 
Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Je n'y vais pas, je n'y vais pas !!! Non non, je me cache, c'est trop la honte !!!!
- Vas-y Manana 2e, et tu sais signer.  Si si, tu sais. Elle y va.... Ting. Ting. Ting. La porte claque.  C'est bon, il est loin ? Quoi ? Encore un paquet de Salando pour Manana 1ère ? Et ça, c'est quoi ? Ahhhh, oui le cadeau pour fiston 2e. Pfffff. Ah oui... mon nouvel aspirateur. Ça c'est chouette.
Mais c'est décidé. Je ne commande plus rien pour un moment.

Bon, profitez bien de votre weekend m'sieur l'facteur !!!

Le pire, le pire c'est qu'on les retourne presque complètement pleins. Tout ça pour rien. Ou presque.
Mon cher facteur,

Je me sens dans l'obligation expresse de vous écrire concernant mes faits et gestes.

Je sais. Je sais que vous connaissez TROP bien le chemin pour venir chez nous. Et les prénoms de certains de ses habitants. Certaines surtout. Oui, vous êtes bien gentil car vous ne nous faites pas la tête. En tout cas c'est pas visible. Il faut dire que je n'ai pas trop l'temps de vous regarder durant les quelques secondes que je vous vois car je dois vous débarrasser de tous nos achats, et signer avec ce stylo qui n'en est pas un sur votre appareil de facteur  (j'ai toujours pas compris comment ils peuvent avoir confiance dans les hiéroglyphes qui apparaissent sur votre écran en guise de signature. Bref.). Mais voilà. Ne croyez surtout pas que je suis une dépensière inconsidérée.  Et puis là, c'est l'automne. Et les anniversaires commencent. Et mes enfants ont grandis pendant les chaleurs de l'été et ont besoin d'avoir des habits à leur taille. Je travaille pas mal et n'aime plus trop aller en ville faire les magasins pour habiller toute ma smala. Je préfère occuper mon temps à écrire des trucs sur mon blog par exemple, ou à nettoyer les WC de la maison, ou même à ramasser les trognons de pommes pourries dans les poubelles de mes descendants et surtout à voir mes amies. Bref. Voilà pourquoi vous n'arrêtez pas de venir chez nous, encombré comme pas possible. 
Comme vous avez toujours une mine assez joviale, je me dis peut-être que vous êtes reconnaissants envers nous, car ainsi vous n'êtes pas prêt à perdre votre travail. Peut-être qu'en fait vous croyez qu'on fait une BA. Ça ce serait top. Je dois avouer tout de même que parfois j'espace un peu mes commandes, pour que vous ayez du répit. Et moi aussi. Mais c'est malheureusement  dans cet espace-temps où je résiste et me dis que si mon fils n'a plus de jeans, ça peut attendre, que Manana 1ère découvre quelque chose d'indispensable et d'urgent sur internet, ou que mon homme arrive au bout de ses médicaments. Ou moi du café. Et pis là. Ben voilà. On s'revoit quoi.

Alors, mon cher facteur, merci de continuer de nous livrer. Sans faire la tête. Ça nous simplifie la vie. Mais sachez que je ne viendrai jamais 3 jours de suite vous ouvrir. 2 c'est assez. 3 c'est la honte. Tout de même. Et pis ne vous en faites pas, là, j'ai bientôt tout pour affronter l'hiver.
Tout d'bonne matinée. Et à tout à l'heure.Probablement.
                                                                     
                                                                          La dame aux paquets.

Une p'tite appli spi :
Pas de honte à avoir. On peut sans arrêt "déranger" Dieu. Il est là. Toujours. Il livre 7j/7j, 24h/24h. Mais juste ce dont nous avons besoin. On peut faire des commandes, exposer nos besoins, mais bon, on recevra juste ce qu'il nous faut. Ni plus. Ni moins. Il fait ça avec amour. Lui. Pas pour être payé. Pas pour qu'on l'aime. Mais parce qu'Il nous aime. Non stop. Comme de bons parents. En plus, ça sert à rien de se cacher. Car Il nous voit. Ça ne sert à rien de cacher quoique ce soit de nous. Car il sait tout. Nos besoins. Nos hontes. Même nos dépenses inconsidérées. Bon.

Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Allez. J'vous laisssse !!!!

PS : petit rappel : à votre droite sur mon blog, il est possible d'inscrire son adresse mail pour recevoir mes posts chez vous. N'oubliez pas de confirmer lorsque vous avez reçu le mail de Feedburner dans votre boite ! Vous pouvez aussi, à droite sur l'onglet Facebook, aimer ma ma page. 

Commentaires

C'est rassurant de se dire que Dieu est là, non stop, à chaque instant, chaque seconde... Merci pour cette piqûre de rappel ! Bonne nuit ! Bises, Marie-Jo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …