Accéder au contenu principal

Ding Dong Ding Dong !!!


Lundi 
Ding dong ding dong  !!! C'est l'facteur qui sonne !!!
Tiens un paquet. Ahhhh, pas c'que j'espérais. Ça c'est les médicaments pour Mon Nommamoi.

Mardi 
Ding dong ding dong !!! C'est l'facteur qui sonne !!!
Oups. Le café. De Georges. Merci l'facteur. Je lui souris. C'était vite là, j'l'ai commandé hier.

Mercredi 
Ding dong ding dong !!! C'est l'facteur qui sonne !!! Qui va ouvriiiiiir ?
Manana 1ère : - J'y vais ! C'est p'têtre mon paquet, c'est p'têtre mon paquet...
Tiens maman, un paquet d'LaPedoute... Grrr, pas encore reçu ma nouvelle coque iphone trop belle des USA.

Jeudi 
Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Pffff. Encore ?
Mais où est l'facteur ? Ahhhh, derrière ces paquets !!!! Je le découvre, avec un sourire... ahhhhhh, je vois pourquoi : il s'attend à ça :
- HIIIIIIIIIIIIIII !!!! Ce sont les chaussuuuuuuuuuuuuuures !!!!!!!! (ne pas oublier de crier dans ces cas-là, d'autant plus que cet énorme carton en contient 8 paires. A l'essai bien sûr. Port gratuit, on en profite !)
Non, ça c'étais dans mon imagination. A la place, j'ai un sourire crispé de ma part au facteur. Mal à l'aise, que je suis. Il me tend un paquet après l'autre. Ting. Je signe. Ting. Je resigne. Ting. Je reresigne. Et je distribue. 1 paquet Salando dans la chambre de Manana1ère. 1 énorme paquet Salando pour certains pieds de la famille. Un gros sachet LaPedoute pour relooker mon fils (non, je l'habille pas en sachet, mais il y avait quelque chose dedans). Et mes bouquins tant attendus d'Anazon.

Vendredi 
Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Je n'y vais pas, je n'y vais pas !!! Non non, je me cache, c'est trop la honte !!!!
- Vas-y Manana 2e, et tu sais signer.  Si si, tu sais. Elle y va.... Ting. Ting. Ting. La porte claque.  C'est bon, il est loin ? Quoi ? Encore un paquet de Salando pour Manana 1ère ? Et ça, c'est quoi ? Ahhhh, oui le cadeau pour fiston 2e. Pfffff. Ah oui... mon nouvel aspirateur. Ça c'est chouette.
Mais c'est décidé. Je ne commande plus rien pour un moment.

Bon, profitez bien de votre weekend m'sieur l'facteur !!!

Le pire, le pire c'est qu'on les retourne presque complètement pleins. Tout ça pour rien. Ou presque.
Mon cher facteur,

Je me sens dans l'obligation expresse de vous écrire concernant mes faits et gestes.

Je sais. Je sais que vous connaissez TROP bien le chemin pour venir chez nous. Et les prénoms de certains de ses habitants. Certaines surtout. Oui, vous êtes bien gentil car vous ne nous faites pas la tête. En tout cas c'est pas visible. Il faut dire que je n'ai pas trop l'temps de vous regarder durant les quelques secondes que je vous vois car je dois vous débarrasser de tous nos achats, et signer avec ce stylo qui n'en est pas un sur votre appareil de facteur  (j'ai toujours pas compris comment ils peuvent avoir confiance dans les hiéroglyphes qui apparaissent sur votre écran en guise de signature. Bref.). Mais voilà. Ne croyez surtout pas que je suis une dépensière inconsidérée.  Et puis là, c'est l'automne. Et les anniversaires commencent. Et mes enfants ont grandis pendant les chaleurs de l'été et ont besoin d'avoir des habits à leur taille. Je travaille pas mal et n'aime plus trop aller en ville faire les magasins pour habiller toute ma smala. Je préfère occuper mon temps à écrire des trucs sur mon blog par exemple, ou à nettoyer les WC de la maison, ou même à ramasser les trognons de pommes pourries dans les poubelles de mes descendants et surtout à voir mes amies. Bref. Voilà pourquoi vous n'arrêtez pas de venir chez nous, encombré comme pas possible. 
Comme vous avez toujours une mine assez joviale, je me dis peut-être que vous êtes reconnaissants envers nous, car ainsi vous n'êtes pas prêt à perdre votre travail. Peut-être qu'en fait vous croyez qu'on fait une BA. Ça ce serait top. Je dois avouer tout de même que parfois j'espace un peu mes commandes, pour que vous ayez du répit. Et moi aussi. Mais c'est malheureusement  dans cet espace-temps où je résiste et me dis que si mon fils n'a plus de jeans, ça peut attendre, que Manana 1ère découvre quelque chose d'indispensable et d'urgent sur internet, ou que mon homme arrive au bout de ses médicaments. Ou moi du café. Et pis là. Ben voilà. On s'revoit quoi.

Alors, mon cher facteur, merci de continuer de nous livrer. Sans faire la tête. Ça nous simplifie la vie. Mais sachez que je ne viendrai jamais 3 jours de suite vous ouvrir. 2 c'est assez. 3 c'est la honte. Tout de même. Et pis ne vous en faites pas, là, j'ai bientôt tout pour affronter l'hiver.
Tout d'bonne matinée. Et à tout à l'heure.Probablement.
                                                                     
                                                                          La dame aux paquets.

Une p'tite appli spi :
Pas de honte à avoir. On peut sans arrêt "déranger" Dieu. Il est là. Toujours. Il livre 7j/7j, 24h/24h. Mais juste ce dont nous avons besoin. On peut faire des commandes, exposer nos besoins, mais bon, on recevra juste ce qu'il nous faut. Ni plus. Ni moins. Il fait ça avec amour. Lui. Pas pour être payé. Pas pour qu'on l'aime. Mais parce qu'Il nous aime. Non stop. Comme de bons parents. En plus, ça sert à rien de se cacher. Car Il nous voit. Ça ne sert à rien de cacher quoique ce soit de nous. Car il sait tout. Nos besoins. Nos hontes. Même nos dépenses inconsidérées. Bon.

Ding dong ding dong !!!! C'est l'facteur qui sooooooonnne !!!! Allez. J'vous laisssse !!!!

PS : petit rappel : à votre droite sur mon blog, il est possible d'inscrire son adresse mail pour recevoir mes posts chez vous. N'oubliez pas de confirmer lorsque vous avez reçu le mail de Feedburner dans votre boite ! Vous pouvez aussi, à droite sur l'onglet Facebook, aimer ma ma page. 

Commentaires

C'est rassurant de se dire que Dieu est là, non stop, à chaque instant, chaque seconde... Merci pour cette piqûre de rappel ! Bonne nuit ! Bises, Marie-Jo

Posts les plus consultés de ce blog

Un héros chez moi

J'ai un héros chez moi.
Qui m'a déjà sauvé la vie tant de fois. Encore et encore.
Qui arrive en courant à chaque cri. A chacun de mes appels à l'aide.
En roulant les mécaniques. Sûr qu'il va pouvoir, encore une fois, me sortir de la terreur.

Il est vrai que j'ai quelques "serial killer" chez moi : je retrouve dans mon jardin, des corps vivants amochés, des cadavres, ou des morceaux de cadavres plus ou moins vieux, plus ou moins odorants, plus ou moins jolis à voir. Musaraignes, mulots, chauve-souris, grenouilles, oiseaux... Merci Chatnana et Chatmec. C'est pas drôle et ça fait mal au coeur.  J'ai même retrouvé un dinosaure se délectant d'une tête de souris. J'ai parlé de ma tortue. Dégueu.

Non, je n'ai pas peur de ces "serial killer". Ils sont même plutôt sympas, même s'ils ont tendance à miauler pour rien et à ne pas comprendre qu'ils n'ont pas besoin de pleurnicher derrière la fenêtre pour rentrer si la porte à …

Monotone.

Ben ça n'a pas duré. J'ai écrit le texte ci-dessous fin août. J'ai hésité à le publier. C'était trop beau pour être vrai. Rien. Plat. Alors faut pas que je me plaigne à présent si cette période a duré à peine deux semaines. Depuis lors, nouvel engagement de bénévolat qui me booste, et différents soucis qui nous sont tombés d'ssus. Haha. La vie quoi. Mais je vous laisse avec mon texte d'un autre temps... :
Monotone. Ne trouvez-vous pas que parfois la vie est monotone ? Une période de la vie houleuse s’en est allée. Les vacances tant attendues sont derrière. Certains soucis importants deviennent tout mignons ou on a enfin réussi à les lâcher et à s'exclamer avec confiance : - Seigneur occupe-t-en ! Tu fais mieux que moi ! La vie reprend, avec son train-train quotidien : se lever, réfléchir aux courses, faire les repas, les lessives, aller chaque dimanche au culte, essayer de prendre un moment chaque matin pour son culte personnel, s’occuper du jardin qui pousse to…

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi.
Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et précieuse tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines...
Que ma vie, que nos vies ont totalem…