La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


vendredi 24 octobre 2014

Mon p'tit vendeur d'oeufs.

Mon p'tit der, je l'aime.
Les autres aussi. Tout pareils.
Mais lui, c'est mon p'tit vendeur d'oeufs. Il n'y en n'a point d'autres.

Depuis peu, il s'est trouvé une passion. Gagner de l'argent
Il en a une autre. Les écrans. Minecraft de préférence. Surtout.
Mais pour ses différents achats : souris perfectionnée, tapis de souris perfectionné (!), et pourquoi pas ordi perfectionné, il a besoin d'un certain pécule.
Il tond le gazon. Chez nous. En été. Comme ça papa peut se reposer. Et mon p'tit der. Gagner des piécettes.
Et maintenant. En plus. Chaque semaine. 1-2 fois. Il vend des oeufs, de portes en portes. Dans notre quartier. 
Et il amasse des p'tits sous.
Parfois les gens sont plus généreux que d'autres. S'il fait froid. S'il fait nuit. Avant Noël. Les acheteurs ont pitié, ou sont super reconnaissants et lui donnent un p'tit pourboire. Il aime.
De porte en porte il va. Avec ses oeufs tout frais. De la ferme.
Il rencontre des gens sympas. Des profs à lui. Des gens qui ont des chatons qu'il voit grandir de semaine en semaine. Des gens qui ne sentent pas vraiment la rose. Aussi.
Il passe, pas rassuré, dans des recoins sombres. Doit monter, épuisé, beaucoup d'escaliers. Glisser la boite d'oeufs dans des boites aux lettres. Ou sonner aux portes. Ne pas se tromper.
Et il amasse des p'tits sous.
Le travail,  nous le savons bien, nous, gens expérimentés que nous sommes, c'est pas toujours agréable. Cela peut nous apporter de la joie. Mais cela demande des efforts aussi. 
Lui apprend la valeur du travail. Et la récompense du travail.
Mon p'tit vendeur d'oeufs. 

Et durant ce temps. Il n'est pas devant les écrans. Il apprend à connaître la vie. La vraie. Le contact avec des personnes de tous styles. Il apprend à avoir une patronne. 

La patronne s'appelle Madame "Ecran".
Nous rigolons en en parlant avec lui. Toi, mon p'tit der, tu ne pouvais qu'avoir une patronne avec un nom pareil. Impossible qu'elle se nomme Madame "Chambrerangée",  Madame "Mebrosserlesdentsjelefaistoujours", Madame "Déoquotidien"... 
Ah. Oui. Mon p'tit der. Il n'est plus si p'tit. Il est ado. Un vrai. 14 ans déjà.
"Si quelqu'un ne veut pas travailler qu'il ne mange pas non plus" 2 Thessaloniciens 3 : 10 
"Tout ce que vous faites, faites-le de tout votre coeur comme pour le Seigneur et non pour des hommes" Colossiens 3 : 23 
"Tu profites alors du travail de tes mains, tu es heureux, tu prospères" Psaume 128 : 2
 "Et mêmes, si un homme  a reçu de Dieu des richesses et des biens, s'il lui a donné le pouvoir d'en manger, d'en prendre sa part et de se réjouir au milieu de son travail, c'est un cadeau de Dieu"   Ecclésiastes 5 :18

Mais attention, mon p'tit der doit aussi apprendre, rapidement, à avoir un juste équilibre car :
"L'amour de l'argent est la racine de tous les maux !" 1 Timothée 6 :10  

mercredi 8 octobre 2014

Elle m'a donné sa clé. La clé de notre maison.

Elle m'a donné sa clé. La clé de sa maison. La clé de notre maison. Puis elle s'est envolée.

C'était il y a 2 mois.
Elle est partie pour 2 ans. Ou plutôt pour 25 mois.
C'est Manana 1ère. 18 ans. Diplômée depuis peu. Et libre.
Depuis 10 ans qu'elle le dit. Qu'elle va partir de la maison à 18 ans. Fou. Tout de même.

Telle une hémorragie. Notre descendance s'en va. Petit à petit. Déchirement. Amputation.
La maison devient trop calme par moment. Coup d'blues. C'est parfois dur d'être maman. Je ne savais pas à l'époque que ça le sera toute ma vie. Pas seulement pendant 20 ans.

Elle vient de naître. Elle vient de sortir de mon ventre. Le cordon est à peine coupé. Elle s'en va. Loin.
Là. Elle est à 10'000 km de moi. Au milieu d'un océan. Inconnu de moi.

Je suis triste. Mais heureuse pour elle.
Car elle, elle est heureuse.
Sur son paquebot.
Accompagnée de plusieurs centaines de "nouveaux-nés" comme elle de plusieurs dizaines de nationalités différentes (même des suisses allemands !!! Oups !) qui ont fait le même "coup" à leur maman d'amour.
Elle apprend l'anglais.
Elle fait du social.
Elle est un Angel. (C'est comme ça que ça s'appelle les "putzeuses" du bateau ! C'est bô ça !) Donc elle apprend à nettoyer...
Elle est dans un milieu chouette, chrétien.
Elle ne continue pas ses études, elle ne sait pas où se diriger.
Mais elle en apprend bien plus. Sur la vie. Sur elle. Sur d'énormes quantités de cultures différentes. Sur la géographie (elle en a bien besoin). Sur comment gérer un mal de mer.
Elle apprend l'anglais. Son rêve.

Reconnaissante. Je suis. Elle fait de bons choix. De vie.
Nous aussi nous expérimentons. Nous apprenons. Ce que ça fait quand un de nos enfants s'en va après avoir vider sa chambre... pour qu'on l'utilise comme bon nous semble.
J'apprends même la géographie de l'Asie... incroyable...
J'ai même commencé des cours d'anglais. Enfin. Ce que je voulais depuis toujours mais sans oser me lancer une bonne fois.
Je suis motivée. A donf.
Car nous irons la voir.
En famille.
Sur son paquebot.
J'espère de tout coeur. C'est un rêve à présent. Nous espérons que ça puisse devenir réalité.

Oui. Mes enfants. Je ne les fais pas pour moi. Je le savais. En théorie. Maintenant je l'apprends. En pratique. Et suivant les jours c'est plus ou moins difficile.
Je dois apprendre la confiance. Le lâcher-prise total. Elle est entre de bonnes mains. Terrestres. Ou plutôt maritimes. Et surtout entre de bonnes mains célestes. Et c'est le plus important. Rien ne peut l'éloigner de Lui !

"Eternel, tu m'examines et tu me connais, tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, tu discernes de loin ma pensée. Tu sais quand je marche et quand je me couche, et toutes mes voies te sont familières.... Tu m'entoures par-derrière et par-devant, et tu mets ta main sur moi... Où pourrais-je aller loin de ton Esprit, où pourrais-je fuir loin de ta présence ? Si je monte au ciel, tu es là; si je me couche au séjour des morts, te voilà. Si je prends les ailes de l'aurore pour habiter à l'extrémité de la mer, là aussi ta main me conduira, ta main droite m'empoignera."
(Psaume 139, extraits)

Joyeuse. Je suis. Quand un petit rendez-vous Skype a lieu. Nous tchatchons pendant 1 heure. Comme au bon vieux temps. Je ne peux juste pas la serrer dans mes bras, lui passer un cookies (hein, Manana ?). Elle me fait visiter le bateau. Avec son ordi. Consolée. Un peu. Quand elle m'écrit, étonnée, que sa famille lui manque plus qu'elle n'aurait pensé. Heureuse. Je suis. Quand je reçois un mail. Ou découvre une de ses photos sur Instagram.
Fabuleux le progrès. Cela aide. Tellement. Parole de maman.

mardi 7 octobre 2014

Une p'tite histoire...

Aujourd'hui, au cabinet médical où je travaille, un patient régulier d'un âge certain, me salue, tout sympa :

- Bonjour jeune fille de bonne famille !
Je le remercie chaudement pour le terme "jeune fille".

Il me répond :
- Mais vous êtes jeune,..... Euhhhh, 26 ans ?

- Hahaha. C'est vraiment gentil. Non. 43.

Il me regarde avec de gros yeux vraiment étonnés :
- Ahhhh oui. C'est vrai que j'aurais dit un peu plus...

Moi, j'pense : " Oh non... Ça faisait tellement du bien !"

Il continue :
-... Mais pas la trentaine quand même !!

C'est devenu d'un coup mon patient préféré.
Même s'il ne m'a pas apporté du chocolat aujourd'hui.

Au moment de partir après sa consultation, il m'annonce, tout fier :
- Moi, j'ai bientôt mon anniversaire, j'aurai le double de vous !

Moi, je réfléchis  : "Euhhhhh 52 ou 86 ? Je penche tout de même pour 86, même s'il ne les paraît pas vraiment."

Mince. Il a retenu mon âge.