Accéder au contenu principal

Elle m'a donné sa clé. La clé de notre maison.

Elle m'a donné sa clé. La clé de sa maison. La clé de notre maison. Puis elle s'est envolée.

C'était il y a 2 mois.
Elle est partie pour 2 ans. Ou plutôt pour 25 mois.
C'est Manana 1ère. 18 ans. Diplômée depuis peu. Et libre.
Depuis 10 ans qu'elle le dit. Qu'elle va partir de la maison à 18 ans. Fou. Tout de même.

Telle une hémorragie. Notre descendance s'en va. Petit à petit. Déchirement. Amputation.
La maison devient trop calme par moment. Coup d'blues. C'est parfois dur d'être maman. Je ne savais pas à l'époque que ça le sera toute ma vie. Pas seulement pendant 20 ans.

Elle vient de naître. Elle vient de sortir de mon ventre. Le cordon est à peine coupé. Elle s'en va. Loin.
Là. Elle est à 10'000 km de moi. Au milieu d'un océan. Inconnu de moi.

Je suis triste. Mais heureuse pour elle.
Car elle, elle est heureuse.
Sur son paquebot.
Accompagnée de plusieurs centaines de "nouveaux-nés" comme elle de plusieurs dizaines de nationalités différentes (même des suisses allemands !!! Oups !) qui ont fait le même "coup" à leur maman d'amour.
Elle apprend l'anglais.
Elle fait du social.
Elle est un Angel. (C'est comme ça que ça s'appelle les "putzeuses" du bateau ! C'est bô ça !) Donc elle apprend à nettoyer...
Elle est dans un milieu chouette, chrétien.
Elle ne continue pas ses études, elle ne sait pas où se diriger.
Mais elle en apprend bien plus. Sur la vie. Sur elle. Sur d'énormes quantités de cultures différentes. Sur la géographie (elle en a bien besoin). Sur comment gérer un mal de mer.
Elle apprend l'anglais. Son rêve.

Reconnaissante. Je suis. Elle fait de bons choix. De vie.
Nous aussi nous expérimentons. Nous apprenons. Ce que ça fait quand un de nos enfants s'en va après avoir vider sa chambre... pour qu'on l'utilise comme bon nous semble.
J'apprends même la géographie de l'Asie... incroyable...
J'ai même commencé des cours d'anglais. Enfin. Ce que je voulais depuis toujours mais sans oser me lancer une bonne fois.
Je suis motivée. A donf.
Car nous irons la voir.
En famille.
Sur son paquebot.
J'espère de tout coeur. C'est un rêve à présent. Nous espérons que ça puisse devenir réalité.

Oui. Mes enfants. Je ne les fais pas pour moi. Je le savais. En théorie. Maintenant je l'apprends. En pratique. Et suivant les jours c'est plus ou moins difficile.
Je dois apprendre la confiance. Le lâcher-prise total. Elle est entre de bonnes mains. Terrestres. Ou plutôt maritimes. Et surtout entre de bonnes mains célestes. Et c'est le plus important. Rien ne peut l'éloigner de Lui !

"Eternel, tu m'examines et tu me connais, tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, tu discernes de loin ma pensée. Tu sais quand je marche et quand je me couche, et toutes mes voies te sont familières.... Tu m'entoures par-derrière et par-devant, et tu mets ta main sur moi... Où pourrais-je aller loin de ton Esprit, où pourrais-je fuir loin de ta présence ? Si je monte au ciel, tu es là; si je me couche au séjour des morts, te voilà. Si je prends les ailes de l'aurore pour habiter à l'extrémité de la mer, là aussi ta main me conduira, ta main droite m'empoignera."
(Psaume 139, extraits)

Joyeuse. Je suis. Quand un petit rendez-vous Skype a lieu. Nous tchatchons pendant 1 heure. Comme au bon vieux temps. Je ne peux juste pas la serrer dans mes bras, lui passer un cookies (hein, Manana ?). Elle me fait visiter le bateau. Avec son ordi. Consolée. Un peu. Quand elle m'écrit, étonnée, que sa famille lui manque plus qu'elle n'aurait pensé. Heureuse. Je suis. Quand je reçois un mail. Ou découvre une de ses photos sur Instagram.
Fabuleux le progrès. Cela aide. Tellement. Parole de maman.

Commentaires

Anonyme a dit…
Si... le cordon est à peine coupé... xoxo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …