La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


dimanche 20 mai 2012

Pas une femmelette, fiston 1er !

Mon ado de 14 ans n'est pas une femmelette.
Il me l'a dit. Plein de fois. Me l'a assuré à maintes reprises ces dernières semaines :


Moi : - Attention en vélo !
Lui : - J'suis pas une femmelette
Moi : - Tu ne te perdras pas j'espère !
Lui : - J'suis pas une femmelette
Moi : - C'est pas trop lourd ce carton ?
Lui : - J'suis pas une femmelette
Moi : - Tu vas trouver ? C'est rangé là, au fond du grenier ?
Lui : - J'suis pas une femmelette !


Mais depuis peu, il ne le dit plus. Fertig.


Moi : - Simon, tu peux mettre la table ???
Lui : - Ohhhhh, mais là j'ai des devoirs !
Moi : - T'es pas une femmelette ou bien ?
Moi : - Simon, tu peux me porter tout ça à la cave ?
Lui : - Ohhhhhhh, tout ça ??????!!!!
Moi, avec un grand sourire : - Tu n'es pas une femmelette ? Rassure-moi !
Moi : - Simooooooooonnn ! Viens ranger ta chambre !!!!
Moi : - Simoooooooon ! Viens ranger ta chambre !!!!
Moi : - Simmmoooooooon !!!! Ta chambre, je te l'ai déjà dit 15 x !!!! Viennns ranger tout de suite !!!
Lui : - Rrrrrohhhhhhhhhhhhhhhnnnnnnnnnn
Moi : - T'es pas une femmelette ou bien ???? Couraaaaage !!! (même moi, oui MOI,  j'en aurais pas pour mettre de l'ordre dans son fatra !!!)


Lui : - MAIS POURQUOI JE T'AI DIT ÇA MOI ????


Elle en a fait un livre, grâce à fiston 1er,  un post suffira !
Il ne le dira plus. Terminé. Mais c'est trop tard pour lui. Et comme je vous ééééééme, fidèles lecteurs-lectrices-parents que vous êtes, je vous transmets ce super filon....
Mais je ne vous dis pas comme je suis reconnaissante à fiston 1er qui facilitera la vie de toute une génération de parents. Moi d'abord. Yeeehhhhh. Car oui,  ÇA MARCHE !!!! Testez-le sur vos ados-mâles... 


Exemple pratique :  "ordre  (tout ce que vous voulez : -laver les vitres-les WC-essuyer le vomis du chat- acheter des serviettes hygiéniques pour ses soeurs...) + ehhhh, t'es pas une femmelette ou bien ???".
Sur demande, si vous trépignez de reconnaissance, je vous refile son numéro de compte bancaire, il aimerait bien des petits sous.


Femmelette  : homme faible, sans énergie, craintif, sans courage / Se dit d'une femme douillette, gémissante et incapable d'aucun effort.
C'est dit. 


Plus le temps...


J'en ai plus. Presque. A courir à gauche, à droite. Je me réjouis du moment de libre que je vois pointer tout là-bas, mais quand j'y suis enfin je reste couchée sur le canapé, à ne plus pouvoir bouger un seul orteil. Tout en pensant à tout ce que j'aimerais faire, mais je ne peux plus bouger. Frustrant ! Veux pas que ça dure moi !!!! Car quand j'ai un programme dans ma tête, je veux le tenir, contre vents et marées !

Maintenant que je travaille à 40%, depuis 2 petites semaines... j'ai l'impression de courir sans fin : ménage-boulot-repas-devoirs-remplir le frigo-dormir-prendre un livre (enfin!) et tomber aux premières pages... Je sais. Je suis en période d'adaptation et les quelques neurones un peu frais qui me restent là-haut souffrent  de ce changement de régime. Je sais. Malgré l'augmentation de mon taux de travail, du changement de secteur,  je n'ai rien laissé tomber de mes différents engagements à gauche à droite. Mais là. Ça va changer. Car je ne peux plus TOUT faire. Je dois l'accepter. Oui, il faut faire des choix. Moi qui suis une mère au foyer convaincue, c'est un challenge. De prendre du temps pour le travail qui paie. Et d'être sans force à la maison. Je ne suis pas une superwoman. Même si je fais parfois comme si. Même si j'aimerais. GRRRRRR !!! Pourquoi j'ai PAS l'énergie de tout faire ?

Le temps. Courir après le temps. Le temps qui passe. Je ne veux pas que mon travail soit simplement une course après des chimères. Je veux que mon travail aie de la valeur. Je ne veux pas travailler pour gagner des sous. Point final. Mais que mon travail compte. Que ma vie là où je suis apporte un plus, autour de moi, en moi. C'est peut-être un peu gonflé. Mais si non, autant rester à la maison. Si c'est juste pour l'argent -qui rend bien service je suis la première à le savoir mon mari on est convaincu- autant se serrer la ceinture et être là dans mon Home. Là essentiellement pour ma famille.
J'aime mon travail. Je suis contente de ma nouvelle place. Vraiment. J'espère seulement qu'il ne m'épuise pas pour ne pas être ce que je désire être : là, corps et esprit, pour ma famille. C'est ça. Qui compte. Pour moi. Vraiment.
Oui, que chaque chose que je fasse, que ça soit au travail, à la maison, partout ailleurs puisse compter. Pour après. Après ma vie. "Que chaque chose que je fasse, je puisse le faire pour toi, Seigneur, et pas pour mon confort, pas juste pour cette vie." Qui a une fin.
Oui, elle ne dure pas. Ma vie. Aujourd'hui, dans le journal : deux annonces de décès. Deux mamans.  De 38 ans. De 48 ans. Terrible. Triste. Un tsunami dans la vie de ses familles. La vie, c'est rien. Pfffft. Et c'est fini. Et on ne sait pas quand ce sera notre tour. Notre date de péremption est rarement au-delà de 100 ans. Il me semble.
Je veux que ma vie compte. Je veux VIVRE. Apprécier la vie qui m'est encore donnée. Chaque moment. Chaque chose. Le temps passe. Vite. 
Et donner un peu de Ta vie, Seigneur autour de moi, au travail. A la maison. 
Aide-moi, j'en ai bien besoin. A bien utiliser le temps qui m'est donné de vivre.
Plus le temps de faire n'importe quoi. N'importe comment. De ma vie.
Je ne veux plus courir après le temps. Je veux prendre le temps. De Vivre.
Un "sacré" challenge, je dirais même plus, un challenge sacré !

mercredi 9 mai 2012

Oh non ma tresse !!!

Je suis assez fière de la tresse que je fais. Elle est bonne. En général, je reçois pas mal de compliments grâce à ma tresse. Mais jamais sur le look de ma tresse. Car franchement, j'en soigne pas trop l'extérieur. De ma tresse. J'aime pas trop sacrifier un jaune d'oeuf durement pondu par Madame la poule juste pour qu'elle sorte toute dorée du four (la tresse, pas la poule). Je ne suis non plus pas trop douée pour la tresser. Jamais pu avec 2 brins, je la fais avec trois. Ce qui compte pour moi c'est que ça soit simple.... mais bon. Et pis de toute façon, hein, dans notre estomac ça revient bien au même si elle a été belle avant ou non. Bref. Elle n'est pas parfaite. Mais goûteuse.
  • L'autre jour on m'a demandé d'amener une tresse à une rencontre d'une quarantaine de personnes. Ben ouais. Forcément. MA tresse. Ok j'ai dit.
  • Le matin même je stresse d'un coup pour MA tresse. Un p'tit rajout à mon programme chargé : je dois (enfin, c'est moi qui le veux bien) filer dans un magasin de meuble que je ne nommerai pas mais dont le nom commence par I, fini par A et dedans il y a un K. Plus une p'tite lettre que je vous laisse deviner. Bref. Je dois aller à toute vitesse là-bas car ils ont enfin en stock le banc que j'attends depuis des mois, mais seulement en 9 exemplaires. Et je ne veux qu'il me passe sous le nez. Donc ma tresse, je la fais en 4e vitesse. La laisse monter le temps qu'il faut mais elle monte pas. Je tresse ma tresse, mais la pâte me parait collante, mais comme j'ai ce banc dans la tête ça ne me stresse pas plus que ça. Elle monte toujours pas. Quoi ? Mais bien sûr que j'ai mis la levure ! Pas inquiète pour un sou car ma tresse gonfle souvent dans le four, je l'y installe. Mais elle ne monte pas. Bon. C'est pas grave. Ça va, y a pire. C'est une tresse quoi. Pas belle. Mais bon, pas bien pire que d'hab. Et elle sera forcément bonne. C'est MA tresse. Ma marque de fabrique. Ceux qui ont le courage de la goûter malgré son aspect extérieur sont en général  récompensés.
  • Je file donc chez IK.A. Puis à cette rencontre et je dépose MA tresse là où les gens ont déposés leurs plats fait maison.
  • Plus tard. Bizarre. Je mange de la tresse. Elle est très bonne. Mais ce n'est pas la mienne.

  • Au moment de partir, je prends mes restes. Et il y en a. MA tresse est un peu coupée en tranches. C'est tout. 2-3 tranches sont parties vers les tables. Mais le reste est là. Et j'en prends un morceau. Le machouille. Et franchement... Même au goût elle n'est pas formidable du tout. Beurk. Et pas assez cuite, encore toute pâteuse. La honte.
  • Après coup, en réfléchissant au pourquoi, je pense qu'à un moment donné j'ai agi avec cette pâte en devenir comme avec une pâte brisée. Stressée comme j'étais. Je ne les même pas malaxée comme il se doit. Et voilà le résultat catastrophique. Beurk.
  • Le lendemain, je me lève à 7h. Un dimanche. Et je refais de MA tresse. Pour me prouver que je peux encore. Elle n'a jamais été aussi belle. Sans oeufs. Et bonne en plus. Ouf. Mais pas fière de mon coup raté de la veille quand même.

MA tresse ratée, et l'autre..
Combien de fois il m'arrive de me trouver pas mal du tout dans telle ou telle domaine, que ça soit dans mon caractère, dans mes actes, dans mes capacités... Un p'tit brin d'orgueil. Un p'tit brin de "je suis mieux que les autres", de "moi vivante, jamais". Arghhhhh. Et combien de fois, mon orgueil est mis à mal peu de temps après. Me ramenant à la réalité de mon état d'humaine. Tout simplement. Et non de sur-humaine. 
Que dire à part MERCI à Celui qui me le montre ? Qui me montre que j'ai encore et toujours besoin de Lui, de son pardon, de son amour envers moi malgré tout ? Humaine que je suis !

lundi 7 mai 2012

Deux-trois points à éclaircir d'urgence !

Je suis impressionnée par toutes les humains non Facebookiens (oui, ça existe encore, j'en ai rencontré !) stressés par ma toute nouvelle page Facebook "Blog Méli-Mélo de Moi", à l'idée qu'ils ne pourront plus lire mes posts (une de mes lectrices assidues vient de me démontrer que je m'étais mal exprimée en fait dans un de mes derniers posts... alors toutes mes excuses à chacun/e !):

- MAIS C'EST FAUX !!! Pour les non-adeptes à ce monde parallèle qu'est Facebook, rien ne change pour vous, mais rien de rien du tout !!! Pour ceux qui sont abonnés par mail non plus. OK ?

- Pour mes amis Facebookiens qui le désire, ils ont avantage à aimer ma page Facebook (!) pour avoir sur leur mur mes posts tout beaux tous neufs (les non facebookiens, n'essayez pas de comprendre, car je le répète rien, rien de rien ne change pour vous, OK ?)... pour cela, il faut passer votre souris sur le "machin"FACEBOOK bleu qui se promène sur mon blog à droite  et cliquer j'aime ! (pour simplifier c'est même écrit Facebook dessus, vous n'allez pas le louper !) ou aller directement sur ma page www.facebook.com/blogmelimelodemoi
Et voilà !!! Et comme ça mes posts ne squatteront plus sur le mur de mes amis qui n'aiment pas mon blog... Pfffff. Compliqué tout ça !
Avantage pour moi : même mes non-amis Facebook mais qui sont sur Facebook peuvent me suivre... incognito (il me semble), et dès 30 adeptes de ma page Facebook  j'ai droit à des statistiques ! Ouais ! J'espère que pour vous c'est clair comme de l'eau de roche !?!

- Et, pour ceux qui hésitent, et qui ont peur que je les foudroie si je l'apprends ou je ne sais, vous pouvez sans autre faire de la pub, partager autour de vous mon blog, ma page... si ça vous branche. Comme je suis quelqu'un avec plein de doutes, je suis toujours impressionnée que ce que j'écris soit lu par tant de monde ! Mais pas de soucis, vous pouvez tout de même PAR-TA-GER !!!

- ET MERCI MERCI MERCI MERCI A VOUS TOUS !!! QUE DIRE A PART MERCI ?
- C'est tout ☺. J'crois.
- Allez, je file au boulot !

mercredi 2 mai 2012

Ils m'échappent...

Oui, je commence vraiment de plus en plus souvent à avoir le sentiment que ma progéniture m'échappe. Celle dont je m'occupe depuis des années, celle qui m'épuise, qui me fait rigoler, qui m'énerve, celle par laquelle j'ai ressenti le plus de douleur physique (vous vous souvenez, là, ce temps lointain où j'ai dû l'expulser de mon corps, heureusement 1 bb à la fois ?) et psychique (si elle va mal, si sa façon d'être m'écrase, me désespère, me laisse sans force). Mais aussi grâce à qui j'ai vécu les jours les plus beaux (quand enfin j'ai pu tenir mes p'tits miracles dans mes bras, quand je suis si fière d'elle).
Oui, celle-là même qui me donne les plus belles joies, et les plus grandes angoisses. Elle m'échappe. Je pensais pas que ça irait si viiiiiite !!!! 
Et même si c'est dans l'ordre des choses, à ce qu'il parait, ben... 
MOI VEUX PAS !!!!
Ils m'échappent...
Je n'ai plus le contrôle sur tous les coins et recoins de leur vie. Fini. Punkt schluss. Elle part à un concert avec des gens inconnus (de moi). Il part en train dans une ville où il n'a jamais mis les pieds avec des potes qui ne connaissent pas mieux dans un skatepark faire des figures de trottinette freestyle (je précise). 
Juste pour votre info, comme ça vous apprendrez quelque chose aujourd'hui : on reconnait les freestyler à des phrases totalement incompréhensible du commun des mortels : 
"J'ai cassé mon flex fendre brake". (??!!) 
Mon petit dernier est lâché seul 1-2h avec un copain dans un grand parc d'attraction en Allemagne. Sans natel.
Bref.... si j'aime pas que ma progéniture m'échappe c'est quand même passablement égoïste. Car j'angoisse, je me fais des films. Dramatiques les films : s'ils se perdent ? se blessent ? font de mauvaises rencontres ? font des bêtises irréparables ? se font enlever ?? (j'ai beaucoup d'imagination pour ce genre de choses). Cela peut me faire  tourner en rond chez moi, toute nerveuse, si pas de nouvelle ou/et s'ils n'arrivent pas à l'heure prévue à la maison, et si j'entends l'ambulance ou un numéro de téléphone bizarre m'appelle à ce moment-là, ça n'arrange rien. J'vous dis. Je me connecte donc très vite avec le ciel (avant-après-pendant)...

... mais on leur met des barrières ☺

Mais comment faisaient nos parents sans natel, ce nouveau cordon ombilical, 
 j'vous l'demande ???
Maintenant que je viens d'augmenter mon taux de travail à 40% ça n'arrange rien ! 
Ils m'échappent encore plus et.... le vivent très très très, je dirais même plus, TRES bien !!! EUX. 
En voici la preuve : il y a une dizaine de jours j'hésitais à aller au cinéma. Mais personne n'était très branché sur le choix de mon film. Alors j'ai laissé tomber. Mais mes garçons se plantent devant moi, tout sourire, tout doux, et me demandent  : 
"Ehhh, maman, tu n'aurais pas un peu besoin de te reposer, de prendre l'air, de sortir ? ça te ferait du bien, non ?" !!! 
Moi qui les vois de moins en moins, ils voulaient encore me virer de chez MOI pour avoir la PAIX (ils me l'ont pas dit mais bon...). J'y crois pas !!!! Espèce de zygotos !!! C'est comme ça qu'on est reconnaissant de tout ce que je souffre pour vous, hein ???
Moi, mes enfants, je les ai dans les tripes. Bien que je les ai expulsés il y a bien longtemps, bien que parfois ils ne doivent pas le ressentir quand ils M'ENERVENT, ils sont dans mes tripes. Point. A rien y comprendre. C'est pas logique. Mais c'est comme ça. 
Je suis sûre  que Dieu m'a, t'as, aussi dans ses tripes, qu'Il ne peut s'empêcher de penser à moi,  même si je lui fais mal, si je me plante complètement dans mes choix, ma vie.  Pas de cordon ombilical. Il me laisse libre, je peux m'échapper comme je le désire, mais Il me laisse assumer mes erreurs. 
Il n'attend pourtant qu'une chose : que je me souvienne qu'Il est là,  à m'attendre, que je fasse appel à Lui, qu'Il puisse me donner un coup d'main. Ou plus. 
Dans le fatra que peut être parfois ma vie, ta vie.
Et pis ouais, en fait, ce même Dieu a toujours l'oeil sur mes enfants. Lui. Ouf.


PS : MERCI MERCI A TOUS CEUX QUI ONT REJOINT MA PAGE FACEBOOK !
MERCI A TOUT CEUX QUI ME LISENT !!! CELA ME TOUCHE +++++ !