Accéder au contenu principal

Plus le temps...


J'en ai plus. Presque. A courir à gauche, à droite. Je me réjouis du moment de libre que je vois pointer tout là-bas, mais quand j'y suis enfin je reste couchée sur le canapé, à ne plus pouvoir bouger un seul orteil. Tout en pensant à tout ce que j'aimerais faire, mais je ne peux plus bouger. Frustrant ! Veux pas que ça dure moi !!!! Car quand j'ai un programme dans ma tête, je veux le tenir, contre vents et marées !

Maintenant que je travaille à 40%, depuis 2 petites semaines... j'ai l'impression de courir sans fin : ménage-boulot-repas-devoirs-remplir le frigo-dormir-prendre un livre (enfin!) et tomber aux premières pages... Je sais. Je suis en période d'adaptation et les quelques neurones un peu frais qui me restent là-haut souffrent  de ce changement de régime. Je sais. Malgré l'augmentation de mon taux de travail, du changement de secteur,  je n'ai rien laissé tomber de mes différents engagements à gauche à droite. Mais là. Ça va changer. Car je ne peux plus TOUT faire. Je dois l'accepter. Oui, il faut faire des choix. Moi qui suis une mère au foyer convaincue, c'est un challenge. De prendre du temps pour le travail qui paie. Et d'être sans force à la maison. Je ne suis pas une superwoman. Même si je fais parfois comme si. Même si j'aimerais. GRRRRRR !!! Pourquoi j'ai PAS l'énergie de tout faire ?

Le temps. Courir après le temps. Le temps qui passe. Je ne veux pas que mon travail soit simplement une course après des chimères. Je veux que mon travail aie de la valeur. Je ne veux pas travailler pour gagner des sous. Point final. Mais que mon travail compte. Que ma vie là où je suis apporte un plus, autour de moi, en moi. C'est peut-être un peu gonflé. Mais si non, autant rester à la maison. Si c'est juste pour l'argent -qui rend bien service je suis la première à le savoir mon mari on est convaincu- autant se serrer la ceinture et être là dans mon Home. Là essentiellement pour ma famille.
J'aime mon travail. Je suis contente de ma nouvelle place. Vraiment. J'espère seulement qu'il ne m'épuise pas pour ne pas être ce que je désire être : là, corps et esprit, pour ma famille. C'est ça. Qui compte. Pour moi. Vraiment.
Oui, que chaque chose que je fasse, que ça soit au travail, à la maison, partout ailleurs puisse compter. Pour après. Après ma vie. "Que chaque chose que je fasse, je puisse le faire pour toi, Seigneur, et pas pour mon confort, pas juste pour cette vie." Qui a une fin.
Oui, elle ne dure pas. Ma vie. Aujourd'hui, dans le journal : deux annonces de décès. Deux mamans.  De 38 ans. De 48 ans. Terrible. Triste. Un tsunami dans la vie de ses familles. La vie, c'est rien. Pfffft. Et c'est fini. Et on ne sait pas quand ce sera notre tour. Notre date de péremption est rarement au-delà de 100 ans. Il me semble.
Je veux que ma vie compte. Je veux VIVRE. Apprécier la vie qui m'est encore donnée. Chaque moment. Chaque chose. Le temps passe. Vite. 
Et donner un peu de Ta vie, Seigneur autour de moi, au travail. A la maison. 
Aide-moi, j'en ai bien besoin. A bien utiliser le temps qui m'est donné de vivre.
Plus le temps de faire n'importe quoi. N'importe comment. De ma vie.
Je ne veux plus courir après le temps. Je veux prendre le temps. De Vivre.
Un "sacré" challenge, je dirais même plus, un challenge sacré !

Commentaires

Ce que j'aime particulièrement en venant vous voir, c'est tantôt l'humour, tantôt la philosophie de vie. C'est nécessaire, c'est utile et je vous remercie pour vos moments spirituels dans lesquels je me retrouve aussi. Besoin de se sentir valorisée ailleurs qu'à la maison : ça, c'est le boulot "pro". Mais besoin aussi d'ETRE à la maison et d'ETRE soi-même. Ca, c'est le boulot "perso". Le Seigneur, lui, ne fait pas de distinction : Il nous suit partout, dans tous ces moments, dans tous ces lieux, même si notre humanité l'oublie. Il est là. A bientôt pour d'autres "sacrés" échanges ! Amicales pensées, Marie-Jo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …