Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2016

Et si la relation était plus importante que mon ego ?

Pour moi, quelqu'un qui ne reconnaît pas ses tords c'est d'abord quelqu'un qui est d'accord avec les réactions qu'il a eue, les actions qu'il a faite. Qu'il est content, satisfait de lui et sans regret. Même s'il y a des (bonnes) raisons à ses (ré-)actions, c'est au final lui le responsable et non les raisons ! Nous sommes responsables de ce que l'on est et de ce que l'on fait, ce ne sont pas les autres ! Et pour avoir une bonne relation avec l'autre, reconnaître ses tords, s'excuser et demander pardon est la base si l'on veut vivre en paix. Même si on a fauté sans le remarquer, c'est un devoir de demander pardon dès qu'on blesse quelqu'un. Par amour pour l'autre. Par compassion pour l'autre. Parce que l'on veut construire et non détruire la relation. 

L'orgueil nous en empêche. L'orgueil sépare. L'orgueil tue. L'amour. Les relations. L'orgueil de croire (ou de vouloir faire croire) …

M. Resto & Mme Déco

C'est nous.

M. Resto aime particulièrement aller au restaurant. 
C'est-à-dire que rien qu'à l'évocation de cette possibilité ses yeux pétillent, sa bouche salive, son visage rit et son cerveau turbine pour trouver où (le meilleur et le + proche), quand (au plus vite), quoi (de la viande,  mais à quelle sauce ?),...
Quand il entre... oups, non, avant qu'il entre dans le restaurant en question, il lit déjà toutes les pancartes, panneaux concernant le menu du jour et le prix. Il est fébrile à peine sorti de la voiture pour s'y atteler. Et marche très vite en direction des bonnes odeurs.
Avant de s'asseoir il me laisse déjà la place avec vue sur la salle, les gens, ce qui s'y passe. Pour lui, la vue du contenu de son assiette (qui n'y restera pas longtemps) et accessoirement de sa femme en train de manger (quand son assiette à lui sera vide), lui suffit.
Il mange tout ce qui lui passe sous les yeux. Pains, petit apéro, se permet de goûter dans mon assiet…

Argggh. Un zombie chez moi.

La grippe est parmi nous.
Mon Nommamoi s'est transformé en zombie.  S'il s'agit d'un être pâle & gris qui se tient plutôt à l'horizontal au milieu de coussins et sous une couverture (ou pas), à moitié mort, gelé ou transpirant (et se plaignant de l'un ou de l'autre), soulevant à peine les paupières pour nous montrer un regard vide, poussant des bruits étranges, déambulant en tremblant d'une lenteur à faire peur et cela nuit et jour, mangeant peu et bizarrement (surtout pas de viande, plutôt du yogourt, de la tisane au thym, du pamplemousse et du chimique genre petites pilules blanches ou liquide orange chaud à bulles), ayant une température corporelle supérieure aux humains,... alors mon Nommamoi, je confirme, c'est vraiment transformé en zombie. Ce zombie dégage une odeur d'huiles essentielles. En plus.
La fatigue et le stress ont suffit pour que la grippe le terrasse inhabituellement. Voilà que depuis 17 ans c'est la première fois qu'…