Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2016

Au dodo.

Quel bonheur (culpabilisant), je me réveille gentiment, dans mon lit chaud et douillet. Duveteux.  La maison est calme. Super calme.
Mes Zados sont déjà tous en train, sur le chemin de leur école ou du boulot. Et voilà plusieurs heures que mon Nommamoi bosse. Le pauvre (oui, j'ai un mari qui croule sous le boulot et qui est très trop matinal).
Avant que vous imaginiez que je suis en train de faire la grass mat, j'aimerais juste vous spécifier l'heure : 7h.  Bref, sous la chaleur duveteuse, j'essaie de ne pas penser que les autres membres de ma family sont déjà au taquet depuis un bon moment. Car je sens la culpabilité qui force le passage, et qui veut me rejoindre. NON.
Pour éviter d'être écrasée par cette culpabilité typique de mère-que-je-suis, je me souviens de ce temps pas si lointain où toutes les nuits durant des années...j'ai dû me lever pour eux. Hein. Quand même. Nettoyer le vomi éjecté depuis le haut du lit à étage jusque sur le tapis, retrouver les "…

A-dap-ta-tion

A-dap-ta-tion.
C'est le maître mot de cette période de ma vie. Je m'adapte, nous nous adaptons. Verbe adapter à tous les temps.  En grinçant des dents ou pas. C'est selon.
Combien on est ? Qui sera là ? Qui vient avec ? Ou pas ? Pourtant t'avais dit ? Ah ben non ! Pour finir ben oui. Ah t'es là ?

Quelques menus exemples non exhaustifs : Qui sera là à manger ce soir ?Moi qui voulais me reposer tranquille, et Fiston doit répéter à fond sa guitare... électrique, au volume nécessaire sinon ça ne sert à rien... (ah bon ?)Elle vient manger demain. (1 heure avant : ah non, pour finir elle ne vient pas)Je pars en ville tout à l'heure avec elle (ah non, elle avait oublié qu'elle avait un truc)Nos Zados aimeraient venir en vacances avec nous mais à nos dates ça ne va pas pour eux.Quand je m'apprête à me mettre pour une fois devant la TV car je n'ai aucune énergie pour même tenir un livre... un de mes Zenfants a pris le devant.Une heure avant le repas, moi qui …

Les jours sans.

Il y a des jours sans. Il y a des jours où je n'aimerais pas être maman. Où je me l'exprime à haute voix, découragée : "J'veux arrêter d'être maman !" Mes épaules s'affaissent... me voilà sans force, la larme à l'oeil.
Il y a des jours sans. Où un ou plus de nos Zenfants ne vont pas bien. Moralement.  Où un ou plus de nos Zenfants alignent les mauvaises notes... Où un ou plus de nos Zenfants a des problèmes de santé... Où un ou plus de nos Zenfants n'arrive pas à se projeter dans l'avenir... Où un ou plus de nos Zenfants ne vivent pas sur la voie qui nous paraît juste... Où un ou plus de nos Zenfants n'expriment pas leur mal-être et ne se laissent pas aider... Où un ou plus de nos Zenfants ne sait plus nous parler autrement que par l'agressivité... Où un ou plus de nos Zenfants est de sortie et ne rentre pas à l'heure... Où un ou plus de nos Zenfants claque la porte de la maison,  coupe son téléphone portable et plus de nouvelles.…