Accéder au contenu principal

A-dap-ta-tion

A-dap-ta-tion.

C'est le maître mot de cette période de ma vie.
Je m'adapte, nous nous adaptons. Verbe adapter à tous les temps. 
En grinçant des dents ou pas. C'est selon.

Combien on est ? Qui sera là ? Qui vient avec ? Ou pas ? Pourtant t'avais dit ? Ah ben non ! Pour finir ben oui. Ah t'es là ?

Quelques menus exemples non exhaustifs :
  • Qui sera là à manger ce soir ?
  • Moi qui voulais me reposer tranquille, et Fiston doit répéter à fond sa guitare... électrique, au volume nécessaire sinon ça ne sert à rien... (ah bon ?)
  • Elle vient manger demain. (1 heure avant : ah non, pour finir elle ne vient pas)
  • Je pars en ville tout à l'heure avec elle (ah non, elle avait oublié qu'elle avait un truc)
  • Nos Zados aimeraient venir en vacances avec nous mais à nos dates ça ne va pas pour eux.
  • Quand je m'apprête à me mettre pour une fois devant la TV car je n'ai aucune énergie pour même tenir un livre... un de mes Zenfants a pris le devant.
  • Une heure avant le repas, moi qui croyais être seule et que je mangerais mon yogourt fraîchement sorti du frigo, SMS  : - En fait, je viens manger à midi, j'ai mon horaire qui a changé.
A-dap-ta-tion.


Il y a deux ans, au moment où Manana 1ère partait pour... la vie  :
- Maman, franchement, tu peux complètement changer ma chambre, je ne viendrai de toute façon plus jamais vivre à la maison ici.
Il y a 4 mois, de retour de l'étranger, larmoyante :
- J'ai même plus d'endroit à moi !
Basta le bureau. Du jour au lendemain, nous essayons de caser bureau et matériel dans d'autres coins de la maison et on refait son p'tit coin à elle.
Une dizaine de jours plus tard, petit à petit, toute SA déco s'en va, des cartons se remplissent et elle part vivre en coloc (et là, je passe sur l'effet que ça fait à mes tripes).
1 mois plus tard, donc il y a 3 mois :
- Maman, en fait, tu n'as qu'à réutiliser ma chambre comme bureau, je ne viendrai PLUS JAMAIS vivre à la maison !
Ma déco, mon bureau reprennent sa place, de même que classeurs, stylos... je retrouve mon "boudoir", mon espace.
Il y a 2 mois :
- Maman, en fait, euhhh, l'appart on va le liquider, vu que ma coloc part à l'étranger, et comme je n'ai pas encore de boulot ben....
Il y a 1 mois :
- Je me réjouis trop de refaire ma chambre, dis, je peux remettre une mezzanine (veut dire percer, redéménager TOUT mes meubles-déco-matériel et essayer de trouver un endroit quelque part dans la maison...) ?
Moi, qui ne veux plus me faire rouler si facilement, non mais, je lui réponds :
- Euhhh, je crois que tu attendras, maintenant. Franchement. Je veux bien enlever 2-3 trucs par ci par là, mais vu ta recherche intensive de boulot, un jour tu devrais trouver, et on avisera à ce moment-là si tu restes VRAIMENT chez nous au moins disons.... euhhhhh, 6 mois ? Et bien sûr, si tu as un salaire, tu devras tout de même payer une location.... MAIS, nous sommes très heureux de te "ravoir" parmi nous... ça ne pourrait être autrement. Tu es ma fille et je t'aime. Voyons.

Voilà... les premières choses appartenant à Manana sont revenues il y a quelques jours dans notre HOME.

Manana a trouvé un petit remplacement là, dans notre petite ville où elle pensait ne plus mettre les pieds. Jamais, au grand jamais, mais quelle idée ?!?! qu'elle nous avait seriné.
Manana va bientôt retrouver ses quartiers, là, où elle ne pensait plus mettre les pieds. BIS.

Et figurez-vous, mais figurez-vous qu'elle est même CON-TEN-TE (et c'était son pire cauchemar il y'a quelques mois).
Hahahaha (rire qui veut dire : je savais ou j'pensais bien ou j'ai toujours raison ou mieux vaut rire que pleurer ou ahhhhh l'humour de la vie que je l'aime que je l'aime)

Et nous devons nous réorganiser psychiquement (pour la Xe fois), matériellement (pour la Xe fois), pour qu'elle retrouve sa place et s'y sente bien.
Et nous aussi.
Mes tripes se sentent assez bien finalement. Merci d'avoir posé la question.

A-dap-ta-tion.
C'est ça le maître-mot de la période de vie avec de jeunes adultes.

Le p'tit mot spi :
Il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirai pas de ton eau". 

Qui d'entre nous n'a jamais dit : 
"Moi, faire ça, jamais !" ? Ou,  "Avec moi, ce sera comme ça, c'est sûr !" ?
Ou, quelque chose qui parlera à beaucoup : "Moi, quand j'aurai des enfants, ils n'auront pas de lolette (=nuki=tétine), je ne leur donnerai pas de sucreries, ils devront nettoyer leur chambre eux-mêmes, ils...."


A vous maintenant qui dites: «Aujourd'hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous gagnerons de l'argent», vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain! En effet, qu’est-ce que votre vie? C’est une vapeur qui paraît pour un instant et qui disparaît ensuite. Vous devriez dire, au contraire: «Si Dieu le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela.» Jacques 4 : 15

Il y a dans le cœur de l'homme beaucoup de projets, mais c'est le plan de l'Eternel qui s'accomplit.

PS : merci Manana 1ère de m'avoir permis de partager cela. (elle assume ses actes, qu'elle m'a dit... une bonne chose, ça)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …