Accéder au contenu principal

A-dap-ta-tion

A-dap-ta-tion.

C'est le maître mot de cette période de ma vie.
Je m'adapte, nous nous adaptons. Verbe adapter à tous les temps. 
En grinçant des dents ou pas. C'est selon.

Combien on est ? Qui sera là ? Qui vient avec ? Ou pas ? Pourtant t'avais dit ? Ah ben non ! Pour finir ben oui. Ah t'es là ?

Quelques menus exemples non exhaustifs :
  • Qui sera là à manger ce soir ?
  • Moi qui voulais me reposer tranquille, et Fiston doit répéter à fond sa guitare... électrique, au volume nécessaire sinon ça ne sert à rien... (ah bon ?)
  • Elle vient manger demain. (1 heure avant : ah non, pour finir elle ne vient pas)
  • Je pars en ville tout à l'heure avec elle (ah non, elle avait oublié qu'elle avait un truc)
  • Nos Zados aimeraient venir en vacances avec nous mais à nos dates ça ne va pas pour eux.
  • Quand je m'apprête à me mettre pour une fois devant la TV car je n'ai aucune énergie pour même tenir un livre... un de mes Zenfants a pris le devant.
  • Une heure avant le repas, moi qui croyais être seule et que je mangerais mon yogourt fraîchement sorti du frigo, SMS  : - En fait, je viens manger à midi, j'ai mon horaire qui a changé.
A-dap-ta-tion.


Il y a deux ans, au moment où Manana 1ère partait pour... la vie  :
- Maman, franchement, tu peux complètement changer ma chambre, je ne viendrai de toute façon plus jamais vivre à la maison ici.
Il y a 4 mois, de retour de l'étranger, larmoyante :
- J'ai même plus d'endroit à moi !
Basta le bureau. Du jour au lendemain, nous essayons de caser bureau et matériel dans d'autres coins de la maison et on refait son p'tit coin à elle.
Une dizaine de jours plus tard, petit à petit, toute SA déco s'en va, des cartons se remplissent et elle part vivre en coloc (et là, je passe sur l'effet que ça fait à mes tripes).
1 mois plus tard, donc il y a 3 mois :
- Maman, en fait, tu n'as qu'à réutiliser ma chambre comme bureau, je ne viendrai PLUS JAMAIS vivre à la maison !
Ma déco, mon bureau reprennent sa place, de même que classeurs, stylos... je retrouve mon "boudoir", mon espace.
Il y a 2 mois :
- Maman, en fait, euhhh, l'appart on va le liquider, vu que ma coloc part à l'étranger, et comme je n'ai pas encore de boulot ben....
Il y a 1 mois :
- Je me réjouis trop de refaire ma chambre, dis, je peux remettre une mezzanine (veut dire percer, redéménager TOUT mes meubles-déco-matériel et essayer de trouver un endroit quelque part dans la maison...) ?
Moi, qui ne veux plus me faire rouler si facilement, non mais, je lui réponds :
- Euhhh, je crois que tu attendras, maintenant. Franchement. Je veux bien enlever 2-3 trucs par ci par là, mais vu ta recherche intensive de boulot, un jour tu devrais trouver, et on avisera à ce moment-là si tu restes VRAIMENT chez nous au moins disons.... euhhhhh, 6 mois ? Et bien sûr, si tu as un salaire, tu devras tout de même payer une location.... MAIS, nous sommes très heureux de te "ravoir" parmi nous... ça ne pourrait être autrement. Tu es ma fille et je t'aime. Voyons.

Voilà... les premières choses appartenant à Manana sont revenues il y a quelques jours dans notre HOME.

Manana a trouvé un petit remplacement là, dans notre petite ville où elle pensait ne plus mettre les pieds. Jamais, au grand jamais, mais quelle idée ?!?! qu'elle nous avait seriné.
Manana va bientôt retrouver ses quartiers, là, où elle ne pensait plus mettre les pieds. BIS.

Et figurez-vous, mais figurez-vous qu'elle est même CON-TEN-TE (et c'était son pire cauchemar il y'a quelques mois).
Hahahaha (rire qui veut dire : je savais ou j'pensais bien ou j'ai toujours raison ou mieux vaut rire que pleurer ou ahhhhh l'humour de la vie que je l'aime que je l'aime)

Et nous devons nous réorganiser psychiquement (pour la Xe fois), matériellement (pour la Xe fois), pour qu'elle retrouve sa place et s'y sente bien.
Et nous aussi.
Mes tripes se sentent assez bien finalement. Merci d'avoir posé la question.

A-dap-ta-tion.
C'est ça le maître-mot de la période de vie avec de jeunes adultes.

Le p'tit mot spi :
Il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirai pas de ton eau". 

Qui d'entre nous n'a jamais dit : 
"Moi, faire ça, jamais !" ? Ou,  "Avec moi, ce sera comme ça, c'est sûr !" ?
Ou, quelque chose qui parlera à beaucoup : "Moi, quand j'aurai des enfants, ils n'auront pas de lolette (=nuki=tétine), je ne leur donnerai pas de sucreries, ils devront nettoyer leur chambre eux-mêmes, ils...."


A vous maintenant qui dites: «Aujourd'hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous gagnerons de l'argent», vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain! En effet, qu’est-ce que votre vie? C’est une vapeur qui paraît pour un instant et qui disparaît ensuite. Vous devriez dire, au contraire: «Si Dieu le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela.» Jacques 4 : 15

Il y a dans le cœur de l'homme beaucoup de projets, mais c'est le plan de l'Eternel qui s'accomplit.

PS : merci Manana 1ère de m'avoir permis de partager cela. (elle assume ses actes, qu'elle m'a dit... une bonne chose, ça)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un héros chez moi

J'ai un héros chez moi.
Qui m'a déjà sauvé la vie tant de fois. Encore et encore.
Qui arrive en courant à chaque cri. A chacun de mes appels à l'aide.
En roulant les mécaniques. Sûr qu'il va pouvoir, encore une fois, me sortir de la terreur.

Il est vrai que j'ai quelques "serial killer" chez moi : je retrouve dans mon jardin, des corps vivants amochés, des cadavres, ou des morceaux de cadavres plus ou moins vieux, plus ou moins odorants, plus ou moins jolis à voir. Musaraignes, mulots, chauve-souris, grenouilles, oiseaux... Merci Chatnana et Chatmec. C'est pas drôle et ça fait mal au coeur.  J'ai même retrouvé un dinosaure se délectant d'une tête de souris. J'ai parlé de ma tortue. Dégueu.

Non, je n'ai pas peur de ces "serial killer". Ils sont même plutôt sympas, même s'ils ont tendance à miauler pour rien et à ne pas comprendre qu'ils n'ont pas besoin de pleurnicher derrière la fenêtre pour rentrer si la porte à …

Monotone.

Ben ça n'a pas duré. J'ai écrit le texte ci-dessous fin août. J'ai hésité à le publier. C'était trop beau pour être vrai. Rien. Plat. Alors faut pas que je me plaigne à présent si cette période a duré à peine deux semaines. Depuis lors, nouvel engagement de bénévolat qui me booste, et différents soucis qui nous sont tombés d'ssus. Haha. La vie quoi. Mais je vous laisse avec mon texte d'un autre temps... :
Monotone. Ne trouvez-vous pas que parfois la vie est monotone ? Une période de la vie houleuse s’en est allée. Les vacances tant attendues sont derrière. Certains soucis importants deviennent tout mignons ou on a enfin réussi à les lâcher et à s'exclamer avec confiance : - Seigneur occupe-t-en ! Tu fais mieux que moi ! La vie reprend, avec son train-train quotidien : se lever, réfléchir aux courses, faire les repas, les lessives, aller chaque dimanche au culte, essayer de prendre un moment chaque matin pour son culte personnel, s’occuper du jardin qui pousse to…

Mais où sont-elles ?

Voilà des mois que je n'ai pas écrit.  Des mois.  Des semaines. Des jours. Des heures... Enfin, vous avez compris le principe. Je ne comprends pas ce qui s'est passé.
La fin de l'année scolaire surchargée ? L'été caniculaire ? L'effet grand-mère ? Le syndrome de la page blanche ? La crise de la quarantaine (oui, j'ai un peu plus mais bon) ? L'absence d'aventures dans mon foyer ? La non-envie de me répéter ? 
Plus j'y pense. Plus je me dis que c'est leur absence. Ou le fait de ne plus les voir. Ou le fait que j'ai enfin accepté cet état de fait. J'en sais rien. 
Mais où sont les chaussettes ?
Pourtant, quand j'y réfléchis, j'en ai encore ramassé. Même en période caniculaire. Encore une chose que je ne vais pas approfondir. Il faut accepter que dans ce monde, sur cette terre, nous pauvres humains ne comprendrons de loin pas tout. Cette question qui aurait pu être lancinante, perturbante, torturant mes nuits et mes jours : il fait …