Accéder au contenu principal

L'aventure ? C'est AVANT le départ.

Je fais les bagages.
Demain, on s'en va de par l'air, passer du temps avec Manana 1ère. 
Depuis 9 mois, on ne l'a pas vue.
Je fais les bagages.
Comme ça dit, ça parait simple. 4 mots à peine. 
Mais pour moi, il faut vraiment une super motivation au bout pour que je m'y mette.
Et là. Elle y est. Tout au bout. Je la vois. Elle est énorme ! (pas Manana, hein ! Je parle de la motivation là)
Mais je déteste faire les bagages.
Penser à tout. Ne rien oublier. Répéter et encore répéter à mes Zenfants à moi ce qu'ils ne doivent pas oublier. Les énerver. Leur dire 10x de ranger leur chambre. Ramasser les chaussettes qui traînent . Les énerver. Le faire sois-même. Passer l'aspirateur partout. Ajouter encore vite ce pull dans ma valise au cas où. 

Compter le nombre de sous-vêtements et réaliser que ce sera serré. Réaliser la veille que pour deux semaines nos Zados n'auront pas assez de rechange (surtout si pour une fois ils appliquent ma théorie).  Racheter quelques slips et de la lessive pour lavage à la main. 
Tout bien organiser que chacun ait sa valise. Mais Nommamoi remarque que les valises pèsent trop. Il  mélange donc tout entre valises et sacs à main. Tout peser. 20 kg. Penser à prendre plein de bouquins pour dans l'avion. Oublier qu'on doit rajouter encore les trousses de toilettes à la dernière. Re tout mélanger. Cette fois c'est sûr. On ne retrouvera plus rien. Les chaussettes du 44 seront dans la valise de celle qui porte du 38. Énervée. Crispée.
Une petite partie de nos bagages
Réveil à 4h. Tout caser dans la voiture.  
Ouvrir tous les tiroirs de la maison 15 minutes avant le départ pour mettre la main sur la carte d'identité que j'étais sûre d'avoir confiée à Fiston 2e . L'énerver. Énerver le mari. La retrouver où je l'avais rangée.  

Contrôler que toutes les fenêtres soient fermées. Qu'on ai rien oublié. Les 5 passeports ? Ok. Billets d'avion ? Ok. Que le chat n'est pas dans la maison ? Ok. 
Nous caser dans la voiture bondée. Partir à temps mari content. Se geler car pas pris de grosses vestes. Se l'entendre reprocher pas nos Zadozadorés. Chauffage à fond. 
Ça y est, c'est les vacances. 

Après 15 minutes de trajet ne pas retrouver son phone. S'énerver. Tout retourner son sac à main. Énerver le mari. Énerver tout le monde. S'appeler sois-même avec le phone de l'homme énervé. Regarder sur Mes amis. Pas de réseau dans le coin.  Se demander s'il est dans sa valise. S'arrêter. Ouvrir le coffre. Fouiner, tout retourner, et ne pas le trouver. Faire demi-tour. Dépasser les limites de vitesse. S'énerver contre le mari qui les dépasse. Arriver à la maison si tôt retrouvée. Retrouver son phone où je l'avais posé. Contrôler si le chat n'est pas dans la maison. 

Repartir. Ambiance tout d'abord mitigée. Se dire intérieurement que ce serait marrant de refaire le gag après 15 minutes, d'avoir oublié son passeport. 
Ne pas le faire. 
Arriver tout de même bien à l'avance à l'aéroport. Mari content. Tout le monde content. 
S'envoler. 
Les vacances peuvent cette fois vraiment commencer. 


Bref. J'aime pas faire les bagages. 

PS : lors de notre retour, j'ai constaté avoir pris trop d'habits de rechange et... de sous-vêtements d'ados.

Le p'tit mot spi
Que de frustrations et d'énervements lors de cet avant-départ ! Où est la reconnaissance de chacun envers chacun ? Ma reconnaissance pour ma moitié qui organise les bagages pour que nous puissions nous envoler sans frais supplémentaires, et qui a tout payé le voyage grâce à la somme de travail qu'il accompli au quotidien ? La reconnaissance de mes Zados envers nous parents pour un super voyage tout frais payés ? La reconnaissance des autres envers moi-même qui n'ai (presque) rien oublié et tout organisé & réservé durant des jours? 
Des frustrations, du ressentiment peuvent grandir en chacun de nous si facilement. Nous pouvons les nourrir, devenir de vieilles choses amères... et moches.
Mais nous pouvons aussi pardonner, puis en rigoler. 
Et nous rappeler ce verset qui dit :
La haine allume des querelles, mais l’amour couvre toutes les fautes.
Proverbe 10 : 12
Merci Seigneur, car tu nous donnes les clés et la capacité à des humains imparfaits comme nous de pouvoir vivre heureux ensemble ! Il faut juste t'écouter et... le vouloir !

Commentaires

Combien de fois ai-je regretté de m'être énervée ? Je ne les compte plus... Après, on se dit : "Oh non, la prochaine fois, je ferai un effort, je me tairai... c'est trop bête..." Et puis, hop ! A la prochaine occasion, c'est reparti ! Combien de fois le Seigneur nous dit-il "N'aie pas peur" ou "Ne crains pas" ? Des milliers de fois, tous les jours, à chaque instant, dans chaque parole de la Bible... mais nous oublions vite ! Pourtant, Il ne se décourage pas, Il nous le redit, patiemment, encore et encore... avec tant de douceur par rapport à nos énervements, nos impatiences, nos limites... Avoir assez confiance pour ne s'inquiéter de rien. Voilà ce qu'Il attend de nous. Pas simple pour les pauvres petits humains que nous sommes ! Je t'embrasse bien fort Sarah. A bientôt, Marie-Jo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …