Accéder au contenu principal

C'est non, mais...

Voilà.

J'ai travaillé ce matin pour envoyer mon manuscrit à un nouvel éditeur.

Le premier éditeur malheureusement ne se lancera pas avec moi pour un deuxième livre du même style. Je ne m'y attendais pas vraiment alors j'ai dû digérer l'idée. D'autant plus qu'on m'avait dit que mon livre "Dieu, ma famille, les autres et moi... et parfois le contraire" était parmi les meilleures ventes de l'édition. Pourtant, voilà plusieurs mois que je bosse à fond pour cet éventuel deuxième livre. Pendant des jours, des heures et des secondes. A n'en plus pouvoir. Puis 4 relecteur/trices qui me connaissent plus ou moins l'ont relu, ont corrigé mes fautes d'orthographe et m'ont fait des retours constructifs et encourageants ! J'y croyais. Fort.

Et voilà que la réponse fut non.
Du coup je cherche un nouveau titre.
J'ai pris contact avec une nouvelle maison d'édition.
Et je vais tenter.
Il faudra attendre jusqu'à 6 mois pour avoir une réponse.
Est-ce que tout ce travail fut pour rien ? C'est le lot de la plupart des auteurs !
J'ai déjà eu un cadeau inouï d'avoir pu être publiée une fois.
J'ai appris.
Beaucoup. Sur moi surtout. J'ai réalisé encore une fois comme je suis mal à l'aise quand je suis devant. Comme je peux paniquer dans des situations nouvelles quand les regards sont braqués sur moi. C'est pas ce que je recherche. Je dois sortir de ma zone de confort. Je vous assure.
J'ai appris.
Sur Dieu aussi, sur les chemins surprenants par lequels il peut nous faire passer, malgré nos manquements, notre imperfection. Quelle Grâce !
Sur le fait aussi que "Sans Lui je ne peux rien faire" (Jean 15 : 5).

Ce matin, ma lecture biblique, c'était l'appel de Moïse. Ce grand Moïse si trouillard à ses débuts (à 80 ans quand même).
- Qui suis-je, moi ? (Exode 3 : 11)
Puis :
- Ah Seigneur, je n'ai pas la parole facile. Cela ne date pas d'hier, ni d'avant-hier, et cela ne s'est pas amélioré depuis que tu as commencé à parler à ton serviteur; j'ai la bouche et la langue embarrassées. (Exode 4 : 10)
Tellement moi.

Et Dieu lui répond, me répond, te répond :
- Qui a doté l'homme d'une bouche ? Qui le rend muet ou sourd, voyant ou aveugle ? N'est-ce pas moi l'Eternel ? Maintenant donc vas-y; je serai avec ta bouche et je t'indiquerai ce que tu devras dire... (Exode 4 : 11-12)
Tellement Lui.

Tant pis. Je crois que je ne peux arrêter d'écrire malgré ce refus. Malgré l'incertitude concernant la publication ou non de mes textes. Même si parfois je me demande à quoi ça sert, je n'arrive pas à m'arrêter. J'écris. Et je me dis que tout est dans les mains de Dieu. Je fais ma part. Il fait le reste. C'est Lui au final qui fera les choses pour Sa Gloire, que cela soit publié ou non.

Je vous redonnerai des nouvelles.
Belle journée à vous dans vos défis de chaque jour !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …