Accéder au contenu principal

Petit matin blanc, glacial et... tempétueux.

Imaginez un paysage hivernal. Dans la nuit du petit matin. Moins 8°C. Il neige. Beaucoup. Vous êtes perdu au milieu de cette étendue blanche. Et là apparait devant vous une petit chaumière dont la fumée s'échappe de la cheminée. Dont la lumière chaleureuse luit à travers les fenêtres. Vous vous y précipitez car vous êtes sûrs d'y trouver une ambiance chaleureuse, zen.
Mais, aïe ! Vous n'aviez pas pensé à un détail de taille : c'est l'heure où les enfants partent à l'école ! 
Ben ouais ! De ZEN, l'ambiance est passée à ZENervante.
Donc, dès que quelques indices vous mettent la puce à l'oreille, vous fuyez dans l'autre sens, préférant rester dans ce congélateur naturel. Comme je vous comprends.
Ma chaumière

Car dans cette chaumière, qui est en fait chez moi, voilà ce qui s'est passé. Là. Tout à l'heure :

6.20 : Je me lève. Regarde la température extérieure, - 7,8°C pour être précise. Au moins 30 cm de neige est tombée cette nuit. Trop beau, je suis extasiée devant ce paysage de carte postale. Cela me met de bonne humeur. 
A déjeuner, mes recommandations vont bon train : écharpe, plusieurs couches d'habits, bonnets, gantsveste d'hiver et bottes de neige OBLIGATOIRE pour partir à l'école. Point. Final le point.

7.00 : C'est le moment. Je veille à ce que Nathan, 11 ans, soit bien emballé, couvert, ficelé, protégé. OK. Super. Pas de problème. J'ai réussi mon élevage. Fière que je suis.
Salomé, 16 ans, s'en va. Habillée comme il se doit. Mais elle râle. Son sac est trop lourd, on le pèse, 7kg. Suis d'accord avec elle. Elle en a marre de cette neige. Marre de partir à 900 mètres d'altitude pour l'école : c'est-à-dire 3 degrés en moins qu'ici. Encore. 
De mauvais poil qu'elle est : " Toi, tu sors pas, t'as de la chance, hein !!!"
Oui, bon. Mais c'est qui hier qui stressait comme une malade car le frein à main de la voiture était coincé à cause du froid et qui n'a pas pu partir comme prévu car la voiture n'avançait pas. Et quand enfin elle a avancé, c'est qui qui a embaumé tout l'air de notre petite ville de l'odeur de plastique brûlé  pour remplir le frigo, hein ? C'est qui qui stressait parce qu'elle ne savait pas si elle pourrait remonter sa rue enneigée et pentue en voiture, hein ? C'est QUI qui a déblayé devant le garage (bon, là, Ema et Simon m'aident pas mal aussi)? Elle s'en va.
Oui, elles sont moches... et en plus inutiles.
Simon se prépare. 14 ans. Un homme. Déjà. Presque. Gros morceau. Pour moi. J'insiste qu'il mette ses grosses bottes de neige moches (ça je ne peux le nier), mais chaudes et imperméables. 
"NON, NON, NON." 
J'insiste encore. Ouvre la porte, lui montre les 30 cm de neige qu'il devra fouler de ses petons.
"Non, j'veux pas me payer la honte !!! Non, non, non !!!"
Et ben je ne le lui ai pas dit, mais pour moi, c'est aussi trop la honte d'envoyer mes enfants presque en tong à l'école par ce temps. Y en a marre. 
Alors j'y réponds : "Tu n'as qu'à partir en chaussettes alors, c'est bien du même." 
Simon : "Ah ben ouais" qu'i'm'dit, ayant l'air soulagé d'avoir trouver un accord avec son caporal de mère.
.....ET IL PART EN CHAUSSETTES !!!!!
 CE N'EST PAS UN GAG J'VOUS DIS IL EST PARTI EN CHAUSSETTES  !!!! 
Bon, j'ai pas eu trop souci qu'il revienne assez vite, mon cerveau carburait à haut régime (que dois-je faire après, je lâche je lâche pas.....) je le vois, là, longer la rue, en chaussettes (bon, franchement, ça ne choquait pas vraiment car ces jambes étaient enfoncées jusqu'à mi-tibia dans l'or blanc).
Et oui. YEEEEESSSSS. Il est revenu. (j'ai toujours été forte pour deviner certaines choses...).
Ne dites rien. Aucun commentaire, svp : je suis allé lui chercher des chaussettes de rechange, il les a changées lui-même (quand même), il a repris ces baskets peut-être sèches (parce que l'avant-veille il est allé jouer dans la neige avec, hier elles étaient toujours trempées ce qui ne l'avait pas empêché de les remettre et je les avais mises hier soir sur le radiateur). 
Oui. Je dois vous avouer que j'ai baissé les bras : "Bon, débrouille-toi" (= je-laisse-tomber-j'en-peux-plus-je-sais-j'ai-perdu-c'est-la-honte-c'est comme-ça-t'as-gagné-aie-froid-jeune-homme). 
Il part, en me lâchant : "J'ai perdu 5 minutes par ta faute, je serai en retard maintenant!". Par MA faute ???? Mais oui, cause toujours.
Bon. Ah oui. J'ai 4 enfants. Encore une donc. Ema se prépare. Elle râle. Elle stresse pour son test d'allemand. Et elle ne trouve pas son écharpe. Revient avec un bout de tissu qui ressemble à un mouchoir de poche. Je file chercher la bonne, toute propre et qui sent bon. 
Je lui donne ses gants : "Mais j'veux pas mettre ses gants j'ai encore plus froid avec !" (???????)
Lui tend alors ses moufles bien chauds. Elle part, avec 4 gants qu'elle tient à la main....??????? 
"Mais mais mais !!!! C'est plus efficace si tu les mets !!!!". 
Bon, là, je peux même plus vous dire ce qu'elle en a fait. Car à ce moment-là elle voit le sac d'école de Nathan qui traine par terre. Oubli. Il était sûrement tellement habillé qu'il croyait l'avoir au dos. Bon. Elle le prend et lui donnera à l'école. La bouche à l'envers. J'ai donc perdu le fil de l'histoire des gants.
A ce moment précis, je n'attends qu'une chose. 
Qu'ils soient tous LOIN ! LA PAIX dans ma chaumière ! C'est ça que je veux. Tout de suite. PFFFFF.
Me retrouvant seule, tendue tout de même d'avoir résisté pour ne pas "monter dans les tours" (drôle d'expression tout de même), je rigole jaune en pensant à mon ado d'fils, parti en chaussettes. Je le raconte par SMS à mon homme (long le SMS). Essaie de me calmer intérieurement. Me dit que faire un post sur le sujet est le meilleure remède.
Ahhhhhhh. Etre maman. Que du bonheur. Ce serait tellement plus simple si je n'aimais pas mes enfants, si je m'en fichais d'eux, non ?
Il faut que je m'arrête, là. J'ai à m'habiller chaudement pour aller déblayer. 
Avec mes grosses bottes. Moches les bottes. 
 C'est quand l'printemps déjà ?


PS : et là, en me relisant, je suis morte de rire, ou presque. Et je me dis que mon prochain challenge, c'est de m'en ficher. Gelez, mes enfants, gelez seulement ! 
Rendez-vous avec mon challenge, demain matin, même heure, 5 degrés encore en moins à ce qu'il parait. Mouais.
PS2 : et mon homme, vous savez ce qu'il m'a répondu par SMS : La pomme ne tombe pas loin de l'arbre. Et l'arbre, c'est moi.
PS3 : vous n'êtes pas obligés de lire les PS précédents. Et tant pis si l'écriture est trop petite et que vous n'arrivez pas à lire malgré votre envie.
PS4 : le Proverbe 31:21 dans la Bible me laisse quelque peu perplexe...

Commentaires

Fab B. a dit…
mouhahahahahahahahahahahahah!!!! Je ne peux pas résister à te raconter ce que mes frère avaient fait au même âge...: Partis en moonboots (moches, grosses) de la maison, il mettaient les baskets dans leur sac et hop! changeaient le tout une fois loin de la maison! Comme quoi, il n'osaient peut-être pas résister aussi ouvertement que os ados aujourd'hui, mais essayaient de détourner le truc quand même... et voilà qu'un jour, mon père les dépasse en voiture alors qu'ils remontaient...en baskets à pied à la maison! Et qu'a fait mon père? Il s'est arrêté, et les a obligé à continuer à....pieds nus dans la neige, en rafflant leurs baskets!! Voilà, voilà.....je crois que ça leur a passé après!!!

Courage, et vive les feux de ch'minée pour sécher les chaussettes!! :-))
Anonyme a dit…
excellent!!!!!!!!!! bisous
Corinne
Lisou a dit…
J'adore !!!...Mon ados à moi tousse comme un tabagique asthmatique parce qu'il a réussi à me caché qu'il était parti en tee-shirt sous sa veste !!!! Et...facile...de la part des papas déjà partis au travail, de sortir leur histoire de pommes !! Depuis Eve, nous les nanas, on est habituées aux histoires de pommes non ?! On va pas s'en faire pour si peu !!!! Gros gros bisous !...et à la prochaine lecture.

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …