Accéder au contenu principal

Non !

NON ! Quel petit mot qui me fait mal aux oreilles lorsqu'il est lancé par mes enfants à mon encontre (quel toupet quand même !)! Mais quel petit mot qui nous serait bien utile, si nous osions l'utiliser plus souvent de manière appropriée ! Que de temps gagné, d'énergie retrouvée, de sérénité ! 

Quelques petits NONs de plus....dans notre monde de fou :  il y a tellement d'activités saines et super partout, qui nous intéressent en plus, une façon de revoir des gens, de passer du bons temps... 

Quelques petits NONs de plus dans nos engagements, à gauche, à  droite, pourtant utiles, sains, qui rendent service...

Quelques petits NONs de plus dans notre profession, même si ça nous permettrait d'être bien vues...

Quelques petits NONs de plus dans notre famille, pour apprendre la frustration et la patience à nos enfants, pour nous emménager des espaces-temps de calme, pour nous retrouver plus ZEN avec eux après...

Quelques petits NONs de plus à nous-mêmes, quand nous aimerions tant faire ça, et ça, mais que nous nous épuisons à force et ne sommes plus agréables, ni pour nos proches, ni pour nous-mêmes (j'vous dis pas les âneries que je peux dire et faire lorsque je suis fatiguée.... après, c'est la honte assurée !)...

Quelques petits NONs de plus, si difficiles à dire avant, mais que de choses à gagner pourtant, après... un peu de courage, voilà ce qu'il nous faut !

Petit exemple pratique que j'ai vécu tout dernièrement :
Avec d'énormes difficultés, j'ai répondu NON pour un remplacement en plus de mon travail actuel. Et pourtant, j'aurais voulu leur rendre ce service dont elles avaient bien besoin ! Mais je sentais que c'était TROP pour moi. Pourtant j'aurais pu, mon agenda me l'a montré, mais TROP quand même. Peur de dire NON aussi par crainte des réactions de mes collègues. Elles l'ont bien accepté, merci à vous, vous êtes choux ! Pour elles cela a peut-être permis d'accélérer la mise en place d'une solution à long terme. Pour moi, cela a permis que ça soit clair pour chacun que je ne suis pas forcément disponible pour ce genre de remplacement.  Un plus pour tous au final.

Je pense à cette peine que j'ai eue à dire NON. Ce qui me fait penser à mes ados, eux pour qui le regard des autres compte encore plus que pour moi. Quand j'explique à ma descendance qu'ils ont le droit d'être différents, de ne pas se laisser influencer par les autres, qu'ils peuvent "simplement" dire NON... ben, c'est pas si simple à ce que j'ai expérimenté en tant que vieille dame prenant de l'âge. Comme quoi, pour eux, il leur sera bien plus facile de ne pas faire de "bêtises" s'ils ont des amitiés saines. 

C'est la rentrée, n'oubliez pas de VIVRE ! Osez dire NON dans la mesure de vos possibilités ! Essayez de vous accorder des temps de pause, de réflexion... sur le sens de la vie, de votre vie en particulier par exemple, tiens, comme ça vous en avez pour un bout de temps ! Car si nous remplissons notre vie, même si c'est du bon fatras, nous pouvons rudement gâcher l'ambiance familiale avec notre fatigue, notre nervosité et notre corps qui peut commencer à s'exprimer aussi par des bobos par ci par là(moui, je l'ai déjà trop souvent expérimenté !)... et en plus, on a même plus d'espace pour l'imprévu... 

  • Il parait que personne n'est indispensable, même nous (c'est fou quand même !) !
  • Et nous ne sommes pas des SUPER-WOMAN ! (c'est que dans les films que ça existe !)


Commentaires

Comme toi, j'ai souvent du mal à dire "non", en particulier à ma vieille Maman qui vit seule depuis la mort de mon Papa en 2000. Elle nous sollicite beaucoup, nous voudrait plus présents, nous appelle très longuement... Trop souvent, trop longtemps, trop trop trop... Parfois, j'arrive à "mettre une distance" momentanée pour dire "Je ne suis pas dispo. On s'appellera demain..." Mais PARFOIS seulement ! La plupart du temps, je ne sais pas la "remettre à sa place" même gentiment. C'est-à-dire lui faire comprendre que nous ne vivons pas ensemble, que nous sommes adultes et que nous avons nos vies. Tout simplement, sans être méchante. Je me sens OBLIGEE d'accéder à ses demandes et ça m'épuise ! Ton billet sur ce thème me parle vraiment. C'est une riche idée de l'aborder car c'est déterminant dans une vie, mine de rien. "Que votre oui soit un OUI et que votre non soit un NON." Tout est dit. Bises à toi et à bientôt, Marie-Jo
Anonyme a dit…
Voilà Sarah, j'ai une nouvelle fois essayé sous "anonyme". Je devrais aussi plus souvent oser dire NON. Pas facile, étant de nature très serviable. C'est vrai que parfois autour de la table à la fin de notre souper quotidien et familial beaucoup trop tard, je dois me pincer pour rester calme et montrer encore la patience d'écouter chacun. C'est chou que les ados partagent ce qu'ils ont vécu durant la journée, mais... oh là là il est déjà 20h30 et j'ai encore tant de choses à faire... parce que je n'ai pas su dire NON :(
Eveline

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …