Accéder au contenu principal

Jamais contents !

Oups.... je parlerai ci-dessous des personnes en général, pas de vous en particulier. Vous êtes sûrement, vous mes lecteurs, LES exceptions qui justifient cette règle incroyable et bizarroïde tout de même qui règne chez les humain/es... 
(oui, pas seulement du côté des filles).

On a tous rêvé un jour ou l'autre d'avoir une descendance... n'est-ce pas ? Et voilà qu'on les a, ces bouts'd'choux, mais... qui n'a jamais aspiré d'avoir DU TEMPS pour SOI ou de simplement pouvoir aller au WC toute seule, là, oui, merci.  Et dans les pires moments qui ne s'est jamais dit ahhhhhhhhh qu'est-ce qui nous a pris d'en pondre autant (des enfants donc) ???? 

Les européens qui me lisent savent de quoi je parle : durant 6 mois, on a attendu en vain un rayon de soleil, un ciel bleu, de la chaleur... et de larmoyer, et de pleurnicher, et de se traîner... car forcément, tous nos malheurs étaient dû à ce soleil qui ne se montrait plus. Et toc, sans crier gare il est revenu le ciel bleu, et le soleil avec ses rayons lasers brûlants tout sur leur passage. 34°C. D'un coup. Oh la la...mais c'est trop chaud !!! ça va pas !!! Nous voilà des larves transpirantes-fondantes-stagnantes...ohhhh, je veux du frais ! ohhhh mon frigo je l'aime ! ohhhhh je vais dormir dans ma cave ! Ehhhhh où sont les ventilateurs ? Maman, j'veux une glace !!! Qui a pris le dernier glaçon et n'a pas remis de l'eau ? Fait trop chaud ! De l'oooombre, vite ! J'en peux plus. Mais ça n'a pas duré car maintenant, ça râle à nouveau : Fait froid. Fait mouillé. Fait automne en été. Beurk.

Et l'orage, ce gros orage rafraîchissant, comme on l'a attendu durant ces quelques jours ou nous étions poisseux !!! Et il est venu. Bien gros l'orage. Un obèse d'orage. Glacé au possible. La grêle donc. Qui a haché menu notre jardin et son contenu. Nos fraises se sont transformées en coulis. 

Combien de fois je me dis que j'ai vraiment des ados sympas ! Enfin.... je me dis encore plus souvent que j'en ai marre que leurs poubelles sentent les trognons de pommes pourris, que les sols de leurs chambres sont jonchés de chaussettes sales (et propres) mais étrangement sans leur jumelle, qu'il faut toujours être derrière... (voir mes posts précédents...)

Qui n'a pas rêvé d'un I-phone ? Enfin, je sais que certains humains n'en rêvent jamais mais... ceux qui l'ont réussissent à râler, oui, car la batterie se décharge trop vite !!! Car il ne supporte pas le froid ! Car il y a des mises à jour sans arrêt ! Eh ooohhhh !!! Vous pensez à TOUT le reste qui est impressionnant sur cet I-phone genre : prendre vos petiots en photo, sms à vos petiots, facetimer avec vos petiots, contrôler vos petiots sur FB, et garder un oeil sur les déplacements de vos petiots avec "Mes amis" (s'ils acceptent encore), ... (vous connaissez pas ? C'est une application...)

Qui n'a pas voulu un jour une maison ? D'un joli HOME SWEET HOME où on peut faire du bruit, chanter, hurler (de joie bien sûr), faire les p'tits fous à toute heure du jour et de la nuit sans déranger les voisins (fenêtres fermées tout de même) ? Oui, ohhhhh, mais la cheminée est moche, et il faudrait rénover les toilettes, et franchement j'aimerais avoir un champ avec des vaches à côté... et tatati, et tatata...

Et un travail, un chouette travail rémunéré ? Ahhhhhh... pffff, j'ai besoin de me changer les idées, on a besoin de plus de sous-sous pour racheter des paires de chaussettes complètes. Ca y est, on l'a... et grand moment de nostalgie en pensant à cette époque où on était mère au foyer, organisant nos journées presque comme on le voulait...presque ? (À en oublier le casse-tête que c'était de retrouver la jumelle de la chaussette...maintenant on peut acheter. Yehhhh)

Et mon ado.... tellemment contente de commencer une formation par apprentissage pour avoir un p'tit salaire mensuel ! Et le salaire est venu. Et direct les sous y en a plus. Ben ouais, il y a les trajets en train à payer, les repas de midi, les habits, les téléchargements de musique, les produits-pour-se-faire-belle, les sorties.... et on se plaint que plus d'sous (bon, c'est normal vous m'direz si on les dépense direct...)
Instagram, aujourd'hui. Photo de mon ainée qui dit :
J'aime quand le ciel parait peint.
Et moi de commenter : ce sont les moutons qui annoncent la pluie
(ça, c'est moi, à dire le négatif au lieu de me la boucler. pfff.)

Et qui n'a pas rêvé d'un chien affectueux, obéissant et quand il l'a, enfin.... soupire après ce temps où il pouvait aller dehors seulement quand il en avait l'envie et l'énergie (donc par temps estival, 5 jours par an en Helvétie donc, et après 6h du matin) ?  

Et d'un Minou, d'un joli petit chat adorable qui se transforme assez rapidement en boule de poils miaulante et affamée  customisant gratos votre nouveau canapé en fourrure pleines de fils ? (voilà une idée de prénom pour votre chat : Valérie. Ou Damidot)

Et aspirer à avoir beaucoup de temps pour soi... être enfin à la retraite,  et quand ça arrive,  s'ennuyer.... mais s'ennuyer...

Et mes enfants qui se réjouissent de finir l'école obligatoire, enfin, et de faire ce qu'ils veulent (moui).  Mon aînée, qui l'a fini en premier (bizarrement) et qui, quelques semaines après, la regrettait déjà répète depuis à ses petits frères et soeur encore plein d'espoir :  l'école,  c'était le bon temps !!!

Et la santé.... soyez reconnaissants d'avoir la santé !  Car c'est quand on ne l'a plus qu'on réalise combien elle est précieuse....

Et combien s'impatientent d'avoir leurs grands enfants volant enfin de leurs propres ailes... et c'est quand ils sont enfin partis de la maison qu'on regrette tellement le temps ou ils vivaient avec nous... (c'était vivant dans la maison... maintenant c'est mort !) (mais rappelez-vous que c'était pas toujours vivant dans le bon sens... uhm uhm...)

Tout mon bla-bla me fait penser à cette phrase : 
Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. 
(et on peut remplacer les parents par... maison, i-phone, mari, coupe de cheveux, voyage, solution pour éradiquer complètement les poils, etc, et enfant par notre prénom... bien sûr)

On croit que, quand nos rêves seront réalités, ENFIN, on sera bien, heureux, en paix.
MAIS NON. Puisqu'on est humain et JAMAIS CONTENTS longtemps et complètement.

RIEN ne sera parfait en ce monde. JAMAIS. 
Nous la cherchons cette perfection. TOUJOURS. Sans arrêt. C'est là, au fond de nous. 
Cett envie de vivre dans le Jardin d'Eden. Preuve qu'on a été créé pour ça. N'est-ce pas. 
Et pas pour cette vie imparfaitissime.

En attendant d'y être, dans ce Jardin d'Eden Céleste garantis 100% parfait, lui, faisons l'effort de nous réjouir des bonnes choses de la vie. Toujours. 
Avec l'aide de Dieu qui, Lui, est parfait. 
Je me le dis à moi. D'abord. 
Car, perfectionniste que je suis,
 je vois très rapidement le point noir au milieu de la feuille blanche. 
Voilà. Voili. J'ai dit. 

(ceux qui me connaissent bien sauront quand je parle de moi ou non ci-dessus. Car non, je parle pas que de moi : qui a pensé que j'étais déjà à la retraite ????)

Commentaires

Allison a dit…
Eh bien là, nous avons les points en commun! Merci pour ce récit si parlant, si vrai.

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …