Accéder au contenu principal

Trop

Trop. Trop. Beaucoup trop.
Trop de stress. Trop de cadeaux. Trop d'emballage. Trop à préparer. Trop de monde. Trop à penser. Trop à dépenser. Trop de nuit. Trop de fatigue. Trop de calories. Trop de détresse. Trop de mauvaises nouvelles. Trop de grisaille.
Trop. Trop. Beaucoup trop.
Oui. C'est bientôt Noël

Vivement que ça soit derrière (!?!?).

Noël. Fête de la paix. Fête de la joie. Fête des lumières. Fête de l'amour et du partage. 
Où es-tu ? 
Est-ce qu'il ne reste plus que ton nom ?

Dans ce fatras de trop, il faut bien creuser pour te trouver. Il faut faire de la place dans notre emploi du temps pour goûter un peu de ta saveur.  Il faut se concentrer pour se souvenir du pourquoi de ton existence.  Il faut économiser de notre énergie, de notre argent, de notre temps pour en offrir à l'autre, à celui qui a de vrais besoins.

Oui. Que nous puissions illuminer un peu l'obscurité de ceux qui y sont, telles les multiples décorations lumineuses qui éclairent les nuits si/trop longues de cette époque de l'année (et qui devraient aussi nous rappeler que Jésus est la véritable Lumière de nos vies).

Si on prenait le temps de penser à ce qui a eu lieu véritablement il y a 2000 ans. 
Ce Fils de Dieu, Dieu lui-même, qui est né au plus bas, dans une étable. Pour nous rejoindre. 

Voyez plutôt :

Telle cette période de l'Avent pour nous, cet accouchement a été vécu dans le stress. Le GROS stress. Déjà, les parents n'étaient pas dans leur coin de pays. Ils voyageaient depuis quelques temps, "en âne" et/ou "à pieds". Top. Les contractions arrivent. Elles ne s'arrêtent plus.  Plus de place nulle part pour accoucher de son premier enfant (vous imaginez, les filles ?), un âne à défaut d'ambulance (ARGGGH) et aucun endroit digne de ce nom et paisible en vue (ni de blouse blanche). Juste son homme qui n'y connait pas grand chose à la chose (Il était charpentier, je pense que ça n'aidait pas vraiment).

Oui. Trop de stress. Trop de fatigue. Trop d'angoisse. Trop de douleur. Trop de détresse.
Trop trop beaucoup trop.

Du coup. Notre stress perso de l'Avent du 21e siècle passe "droit" au second plan. N'est-ce point ? Bref.

Et, enfin, quelqu'un propose un endroit. Là même où s'abritent les animaux. Y a même une mangeoire pour coucher le Roi des Rois. Pas le choix. On prend. 
Bébé arrive. Il est là.

Jésus est né. Noël. Joie. Paix. Amour.
Cadeaux. Adoration. Partage. 
Arrêt sur image. 

Oui. Que nous aussi puissions apprécier le jour de Son anniversaire.
Un arrêt au milieu de nos folles journées.
Dans la joie. La paix. Le partage. 
L'adoration de ce Roi des Rois né sur cette terre.
Pour venir y mourir. 
Pour toi. Pour moi.
Parce qu'Il nous aime trop.

Joyeux Noël !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …