La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


jeudi 12 mars 2015

Faire le plein

Cela roule mieux avec du carburant.
Et c'est bien dommage.
Car franchement, quand la petite lumière s'allume sur le tableau de bord, mentalement je fais un rapide calcul de ce qui me reste à faire avec mon engin roulant sans devoir le pousser ET surtout sans devoir FAIRE LE PLEIN.
Puis, rassurée, je l'oublie, la p'tite lumière. Car, bien souvent, le carburant se remplit miraculeusement tout seul. Yess.
Mais parfois la p'tite lumière me nargue, doublée d'un petit son tintant pas rassurant du tout.
- Na na na, c'est toi qui devra faire le plein !!!! me chantonne, moqueuse, la p'tite lumière.
- GRRRRR.

Et oui, parfois ça ne se remplit pas surnaturellement. Et ça arrive chaque fois quand mon Nommamoi est absent. GRRRR.
Et c'est A CHAQUE FOIS que j'ai déjà un retard certain, que l'aiguille du compteur d'essence est là, pantelante. Moribonde.
Je n'ai plus l'choix. Et ça m'énerve.
Bon. Je suis déjà en retard, chiche, je prends pour une fois le risque de devoir pousser ? Non. Quand même pas.
Allez. Ok.

1. Je démarre et réfléchis alors à quelle station-essence je pourrais aller. Celle-ci, bof, c'est difficile de bien s'y garer. Celle-là n'est pas sur mon chemin...
2. Après avoir décidé, je regarde dans chacun des rétros à gauche et à droite tout en roulant et en regardant la route devant moi (oui je peux regarder à plusieurs endroits en même temps) où se trouve déjà ce fameux trou  pour enfiler la pistolet à carburant (si si, ça s'appelle comme ça, je l'apprends à l'instant par wikipedia) : je ne sais JAMAIS, ou il change de côté à chaque fois. D'un coup d'oeil, je le vois à droite maintenant.
3. J'arrive à la station-service, les pompes à essence à ma droite. C'est tout bon. Je dois mettre laquelle déjà ?  Essence 95 ou 98, ça c'était avec l'ancienne... Du Diesel. Est-ce que le Diesel camion fonctionne aussi sur notre voiture ? Chaque fois un gros stress... j'ai TOUJOURS l'impression de mettre le mauvais carburant.
4. Pompe à essence pour le diesel. Je stoppe. Je sors de ma voiture. La contourne ! Mince, le trou pour l'essence est à gauche en fait, j'ai dû mal regarder. Bon, je ne vais pas redéplacer ma voiture, d'autant plus que de l'autre côté il y a déjà quelqu'un, et après je serais face à face avec l'autre voiture.... et comment je sortirais alors ? Moui.
5. Bon, maintenant que la voiture est du mauvais côté, il faut quand même que je l'avance un peu, si non le tuyau risque de n'être pas assez long pour arriver au trou.
6. Je retourne donc dans ma voiture, l'approche un peu plus des pompes à essence, l'avance pour avoir plus de chance que le pistolet de distribution arrive au but. 
7. Je prends ma clé. Enlève le bouchon à essence. C'est super avec cette voiture, car comme le bouchon à essence... euh, diesel, s'ouvre avec la clé, cela n'est plus possible de partir en trombe après avoir fait le plein, avec le bouchon toujours sur le toit de la voiture, comme cela m'était arrivé un jour lointain.
8. Faut-il la carte pour payer directement ? Ah, non, pas là. Je dois juste regarder le numéro de la pompe, le mémoriser. Mais j'ai bien le temps, pendant que le Diesel coulera dans le réservoir de la voiture.
9. Voilà, je prends le pistolet et tire, tire (sur le tuyau, pas sur quelqu'un). Il n'y a quasi personne en plus, mais j'ai l'impression tout de même que la planète entière me regarde. Ce que je déteste faire le plein !!! Rooooooooonnnnn.
10. Yess, ça joue. Je presse la gâchette (!), et le diesel se déverse au bon endroit. Je m'applique pour "coincer le p'tit bout de métal" qui fera que ce n'est pas moi qui tiendrai tout le long cette poignée, mais ce truc nommé "cran d'arrêt". Cela fait pro, super pro. Regardez tous, la planète entière ! J'ai les mains dans les poches tout en faisant le plein ! Yehhhh !
11. Les chiffres défilent. Trop lentement. Je regarde ma montre. J'espère vraiment que j'ai mis le bon carburant. Je me souviens de l'époque où nous avions une voiture essence... j'utilisais un moyen mnémotechnique pour me souvenir du numéro de l'essence à mettre. C'était la 95, car 9+5 font 14. Et je suis née un 14. Les chiffres continuent de défiler. J'ai quelle pompe à carburant déjà ? Ah oui, la 2. Ehhh, j'avais pas vu ça : Diesel camion ? Bon, j'espère vraiment que ça joue.
12. Oh la la ce que c'est long. Pfff. Clac. Glou glou glou. Ah.... enfin. Le dispositif d'arrêt automatique a bien fonctionné. C'est bon. Je remets tout en place. En ne pouvant éviter bien sûr de m'asperger les mains de Diesel, odeur qui me poursuivra jusqu'au prochain point d'eau. Je remets le bouchon, en détache ma clé (oui, je pense à tout). Le plus dur est fait. Je pars payer.

13. Assise dans ma voiture, je regarde avec délectation l'aiguille remonter à son maximum au moment où je mets le contact. Apaisement. 
Et à ce moment-là, la planète entière applaudit. J'ai réussi.

Mes mains sentent vraiment mauvais. Et j'ai des traces noires. L'auto n'est pas propre. Il faudra encore attendre un autre miracle pour qu'elle se lave automatiquement. Mais au moins, ça ne l'empêchera pas de rouler.
- C'était cher alors ce carburant, il était à combien ? 
- Mais je n'en sais fichtre rien ! Le tuyau était assez long. J'ai fait le plein. Je ne me suis pas trompée. On peut rouler. Que vouloir de plus ?

PS : pour faire ce billet j'ai dû un peu me renseigner sur internet de certains mots de vocabulaire qui me manquaient. Cela ne m'a pas vraiment passionnée. Ça j'vous dis. D'autant plus que le vocabulaire est étrangement tiré des armes à feu. Et là, ça m'a refroidit d'autant plus (c'est le cas de le dire...).
Faire le plein, c'est pour les hommes. C'est tout. Me voilà d'autant plus convaincue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire