Accéder au contenu principal

C'est fini. C'est cuit.

C'est fini. C'est presque cuit.
Je n'ai plus d'enfants à l'école obligatoire. Enfin, presque, encore 2 heures maximum. C'est leur dernier petit matin de rien du tout, avec petite fiesta à la clé. Sans les parents.
Mes deux petiots sentent la liberté à plein nez.
15 ans. 16 ans.
Et ils ont l'impression d'être grands. D'être adultes. Car maintenant leur vie, ce sera leurs choix. Métier. Formations. Sorties. Amis et plus si entente. Dieu dans leur vie ou pas.
J'ai bien dit, ils ont l'impression.
Et ils n'ont pas encore réalisé que + de liberté = + de responsabilité. Aïe aïe.
Car papa-maman veillent au grain. Ils ne le réalisent pas, qu'on a encore deux-trois choses à voir avec leur vie. Qu'on est encore responsables pour les mener sans trop de dommages (de part et d'autre !) à l'âge adulte...
On est là, présents, pour le sprint final.
Jusqu'à ce qu'on n'aie vraiment plus rien à dire. Dans quelques petites années.

Depuis quelques semaines donc, ils sentent, ils croient que la liberté est à leur porte. Donc, les recommandations, remarques, cadrages de papa-maman sont moins bien acceptés. Ne sont plus acceptés sans heurts,  sans petite ou grande révolte à la clé.
Ils sont grands.
Papa-maman sont un peu ringards, là, tout à coup. Enfin, ils l'étaient déjà un peu avant à leurs yeux (bien sûr, qu'on ne l'est pas, rooooonnnn !!!), mais là, vraiment, ils ont pris un coup de vieux subi.
En même temps c'est vrai. Le coup d'vieux, on l'a. Assurément.

Plus d'enfants à l'école obligatoire. Là, ils vont commencer à construire leur vie, selon leurs voeux. Nous, on sera juste là pour les soutenir, les motiver, les nourrir, les cadrer comme on peut, prier, prier prier pour eux et surtout surtout surtout surtout surtout FINANCER ces prochaines années.
Et les motiver à trouver un p'tit job qui paie assez bien pour nous aider.
Et encore prier.
PRIER.

Voilà. ça y est. Nos Zenfants sont tous sortis d'école. Prochaine étape importante : quand ils auront tous quittés le nid. Heureusement, encore quelques années devant nous. Mais ça risque de passer vite. Trop vite.
STOP.
Une chose après l'autre.
Vivons le jour présent. Réjouissons-nous de cette étape géniale. Tout de même. Soyons fiers en tant que parents d'avoir pu les amener déjà jusque là. Malgré notre "imperfectitude" qui était, qui est, et qui restera. Seigneur, continue de pallier à nos manques !

Le p'tit mot spi :
Comme le dit si bien J. Philippe dans La liberté intérieure (p'tit bijou de livre que je recommande +++) :
La meilleure manière de préparer l'avenir n'est pas d'y penser sans cesse, mais d'être bien investi dans le temps présent.

La liberté ? La vraie ne se trouve qu'en Jésus, je prie que mes deux petiots le réalisent pleinement  :

C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Tenez donc ferme dans cette liberté et ne vous placez pas de nouveau sous la contrainte d’un esclavage. Galates 5 : 1

Or le Seigneur, c'est l'Esprit, et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. 2 Corinthiens 3 : 17

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …