Accéder au contenu principal

Ma rencontre avec Cunégonde

- Ehhh, salut ! Ça fait longtemps !
- Salut Cunégonde ! Cela me fait plaisir de te revoir, comment ça va ?
- Oh, ça va bien, rien de neuf ! Et toi ?
- Tu as le temps ?
- Mon train part dans 30 minutes, alors... j'ai bien le temps !
- Bon ben... euh... par où commencer ? Fiston 1er se marie !
- Quoi ? Mais il a quel âge ? 
- Ohhh, quasi 20 ! Il se marie  dans une année, tout est réservé, la date est fixée, et il s'est même trouvé une fiancée !
- Ahhh, ben vaut mieux !
- Oui, tu as raison ! Haha ! Elle est vraiment chouette, ils sont choux ensemble, tellement complices et... amoureux ! Il a fait un très bon choix, nous sommes reconnaissants !
- Mais il n'est pas aux études ?
- Oui, ils sont tous les deux aux études, là. Encore pour quelques années, les parents sont là pour ça, on les aidera jusqu'à la fin... quoi ! Je pensais jamais que Fiston 1er se marierait si vite, je leur ai toujours dit de ne pas se presser d'être à deux, d'apprendre à se connaître eux-mêmes d'abord, de voyager,  et tutti quanti, et tout à coup... vioup, il se marie ! Je te dis pas l'adaptation en tant que parents ! Et le fait qu'on doit se rappeler que notre rôle c'est de leur donner des racines... et des ailes ! Parfois je me demande si je ne leur ai pas donné plus d'ailes que de racines... quoi.
- Et ta fille ? Elle est de retour de l'étranger ? 
- Oui ben depuis bientôt 1 an et demi déjà. Ça va vite ! Après un retour un peu difficile, une réadaptation pas simple, elle a trouvé un chouette boulot, un studio, 2 lapins, quelques heures dans du bénévolat et est heureuse de sa vie ! 
- Ohhh, ben c'est super ! Pas de prince charmant en vue ?
- Oh, pas à ma connaissance. Par contre, reprise des études dans quelques mois... pour au moins 5 ans ! Dès le début de l'année. Du coup elle arrête son boulot, devra probablement revenir à la maison avec ces 2 lapins (ou pas), arrêter le bénévolat... et aimerait aller au moins faire une année d'étude à l'étranger... et j'espère qu'elle sera encore heureuse de sa vie... Du coup, papa-maman devront remettre leur main à leurs porte-monnaies, quoi ! Et refaire de la place chez nous ! Mais avec un peu de chance, elle reviendra quand Fiston 1er s'en ira... comme ça ce serait idéal ! Soyons positifs !
- Et ben..
- Ouais... la réadaptation, je te dis pas... pas simple. J'ai l'impression de n'avoir plus de prise sur ma vie. 
- Bon, mon train part bientôt là... j'espère que pour les deux suivants c'est plus court ?
- Oui ! Manana 2e est en pleine recherche d'une place d'apprentissage... et heureusement je crois qu'elle a plus ou moins trouvé le métier qu'elle aimerait faire. Nous prions qu'elle trouve quelque chose où elle se sente bien,... suspense !!
- Oups, 2 minutes, il faut que je te laisse...  Cunégonde s'en va, puis se retourne : Vite, ton petit der ?
- Tout rouuuuuuuuule !!! Tout tout rouuuuuuuuule !!! 
- Oufff j'aurai mon train.... Byyyye !
Elle s'en va en courant. Je crie : 
- Bye Cunégonde !!! A une proch !!!
Je la vois sauter dans le train, sa robe moyenâgeuse se coince presque dans la porte qui se ferme au même moment. 
TchuTchu TCHU TCHU... (bruit du train qui s'en va)

J'espère juste que la prochaine fois que je la croise, j'aurai moins de neuf à raconter. J'espère. Car là, franchement, je me laisse prendre par le courant de la vie de mes Zenfants. Adaptation non-stop. Le train-train quotidien ? C'est quoi déjà ? 
Moi, comment je me sens ? Ben, occupée, très occupée. Des craintes s'en mêlent et s'emmêlent. La (future) vie de mes Zenfants me rempli la tête de réflexions, de choses à penser, à ne pas oublier, à organiser, et à lâcher, oui beaucoup de choses où je dois apprendre à lâcher-prise...


Il y a quelques jours, dans un moment de tension intense avec un/e de mes "petits", on m'a lancé :

- De toute façon, les parents, ça sert à rien ! (c'était pas forcément la meilleure période pour me le dire)
Heureusement qu'on n'attend pas de salaire du côté de nos petiots...

PS : comme me l'a dit dernièrement une amie : Un enfant un jour. Un enfant toujours. Tellement impitoyablement plein de justesse.
PS 2 : vous aurez deviné que je ne connais pas de Cunégonde et que cette rencontre est  sortie de mon imagination... mais le dialogue est véritable... je le connais par coeur.

Le p'tit mot spi
Je me sens parfois dépassée par la vie qui passe si vite, les changements autour de moi, si proches qu'ils me touchent et bousculent ma vie... je me sens parfois submergée. Même si c'est de beaux et bons changements (mais pas que). Mais quand on a le bonheur (mais oui !) d'avoir 4 petiots il y a bien souvent le beau et positif qui côtoie quelque chose de plus difficile... mes tripes sont encore une fois tiraillées, emmêlées, écrabouillées...
Mais ce qui est fabuleux c'est que oui, quand je tourne les regards vers Dieu (quand mes tripes ne sont pas tranquilles, je le fais encore plus souvent !), je peux chanter :


ça vient de là-haut 
tout devient plus beau 
quelqu'un vient changer le décor 
et nous fait croire encore 
ça vient de là-haut 
c'est plus fort que les mots 
entre un regard et un soupir 
il reste un mot à dire 
merci

MERCI pour tout ce qui va bien, pour tout ce que tu fais, pour tout ce qui s'est déjà démêlé dans ma famille, pour tout ce qu'on apprend, pour Ta présence constante,... Sans Toi, je vivrais dans la crainte et dans l'abattement, avec Toi, Il y a l'Espoir. Toujours. MERCI d'être là, ainsi ma vie est plus belle, plus paisible malgré qu'elle soit chahutée de partout !
Je lis Néhémie ces temps, et il avait un job pas évident à faire, comme notre rôle de maman (construire une muraille, moi je pourrais pas !). Je me sens un peu comme lui ces temps, pas forcément à la hauteur. Comme lui, je prie :
O Dieu, fortifie-moi pour ma tâche ! Néhémie 6 : 9
Et quand il eut fini, il reconnu :
Un tel ouvrage n'avait pu être mené à bonne fin qu'avec l'aide de notre Dieu. Néhémie 6 : 16

Moi aussi, j'ai besoin de toi, Père, pour tous les défis présents et à venir, sans Toi, j'aurais probablement déjà tout lâché et serais partie sur une île déserte (avec une bibliothèque) !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …