Accéder au contenu principal

40 ans plus tard.

Nous voilà tous dans la maison de mes parents. 
Il y a 41 ans, lorsqu'ils y ont emménagés, nous étions 5. Mais il y a eu multiplication : nous voilà 21. 
Arrière-grands-parents/grands-parents/parents/enfants/petits-enfants/belles-filles/beau-fils/arrière-petite-fille...

Mes parents sont riches d'une grande famille qui se multipliera encore. Probablement. Non non, ça ne viendra pas de moi. 

Nous aimons être ensemble. Les cousins sont super heureux de se retrouver. Les frangins-frangine aussi. Ça blablate, ça discute, ça se chamaille, ça pleurniche, ça rigole, ça mange l'apéro. Mamanamoi et Papaamoi regardent d'un oeil fier toute cette panoplie d'êtres différents plus ou moins avancés en âge qui ont envahi leur maison pour y mettre quelque animation. 
Pour la dernière fois. 
Oui, ceci est une rencontre d'adieu à la maison de notre enfance. Mamanamoi et Papaamoi vont déménager dans plus petit.

La star du jour est la maison. Bien sûr. Mais la dernière arrivée dans la famille lui vole un peu la vedette. 2 mois et demi. Et craquante. Tout le monde veut porter Ptitenana. La soupeser. Montrer leur super technique pour la consoler. Chacun veut lui arracher un sourire. Le plus beau. Gouzi-gouzi !

On se bat un peu :
- Hey, je peux la porter ? Tu l'as eu déjà longtemps! 
- Donne-la moi,  je l'ai portée qu'une fois depuis sa naissance! 
- Regarde comme j'arrive bien à la consoler en la portant comme ça. 
- Ohh, elle pleure, elle doit avoir faim. 
- Elle bave, elle commence déjà à faire ses dents ? 
- Beuuuuuurk, elle a fait un gros caca jusque dans le dos... ça pue !
- Mais non, sens, ça pue pas c'est du lait maternel transformé.
- Qui veut la changer ? 
Tout à coup, personne. Le vide autour d'elle. Il ne faut pas abuser de l'amour familial quand même. 

Bon, la raison maison reprend le dessus. Avec mes frangins nous déambulons dans chaque pièce et nous nous souvenons. Dans la chambre de nos parents nous ne manquons pas de laisser des traces : cadres à l'envers, tiroirs échangés, articles mis sous le duvet, TV écran contre le mur... Sales gosses. Puis, nous nous retrouvons face à LA photo de notre enfance prise dans cette maison il y a presque 40 ans, derrière les balustrades de l'escalier... juste notre visage se voyait entre deux montants.... Chiche on la refait, avant qu'on ne puisse plus !

Motivés, on s'installe derrière la balustrade, difficilement, il faut le dire :  on doit se plier ! On est plus larges, plus grands, moins souples. Monpapa nous reprend en photo. On essaie de faire la même bouille. Le même sourire. Petitfrère a de la peine, il n'aurait pas dû bouger il y a 40 ans, il le paie aujourd'hui ! Haha ! On patiente, on se relève et on se réinstalle plusieurs fois. Toujours plus difficilement. 
- Ah mais laisse-moi de la place, 
- Je mets mon bras sur toi, pousse-toi un peu !
- Attends, on voit tes bras !
- Non non, ta tête était plus penchée ! 

40 prises de vue plus tard on se relève avec grincements et des aïe-ouïes sonores. On se déplie gentiment. Ça craque. Je sue. Quels efforts surhumains ! Pffff. 
Pour la première photo, ça avait été plus facile ;-) !

Nous aurions voulu refaire plusieurs photos pareillement, malheureusement les albums sont déjà empaquetés. Dommage. Mais au moins on en tient une. 

La vie passe. Nous ne mettrons plus les pieds dans cette maison. Une nouvelle génération arrive. 
C'est beau. Et en même temps... Nostalgie.

Le p'tit mot spi
Ces moments nous montrent encore une fois que la vie est en perpétuel mouvement. Que l'on nait, que l'on vit, puis que l'on meurt. Nous ne sommes pas grand chose. Pas plus importants qu'une autre personne. Pas plus importants que la génération précédente. 

Mais la famille, quel cadeau ! Merci !

'Une génération s'en va, une autre arrive et la terre est toujours là. Ce qui a existé, c'est ce qui existera, et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. ' 
Ecclésiaste 1:4,9

Plus je vais, plus Dieu me fait la grâce de comprendre que je n'ai qu'une vie à vivre sur la terre et que pour semer, cette vie est bien courte en comparaison de l'éternité où nous moissonnerons. 
George Müller


PS : c'est pas que je ne veux plus vous partager ce que Cunégonde m'écrit, c'est juste qu'elle ne m'écrit plus ! J'espère recevoir bientôt un de ses courriers. Je vous tiens au courant.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …