Accéder au contenu principal

Mais où sont-elles ?

Voilà des mois que je n'ai pas écrit. 
Des mois. 
Des semaines.
Des jours.
Des heures...
Enfin, vous avez compris le principe.
Je ne comprends pas ce qui s'est passé.

La fin de l'année scolaire surchargée ? L'été caniculaire ? L'effet grand-mère ? Le syndrome de la page blanche ? La crise de la quarantaine (oui, j'ai un peu plus mais bon) ? L'absence d'aventures dans mon foyer ? La non-envie de me répéter ? 

Plus j'y pense. Plus je me dis que c'est leur absence. Ou le fait de ne plus les voir. Ou le fait que j'ai enfin accepté cet état de fait. J'en sais rien. 

Mais où sont les chaussettes ?

Pourtant, quand j'y réfléchis, j'en ai encore ramassé. Même en période caniculaire. Encore une chose que je ne vais pas approfondir. Il faut accepter que dans ce monde, sur cette terre, nous pauvres humains ne comprendrons de loin pas tout. Cette question qui aurait pu être lancinante, perturbante, torturant mes nuits et mes jours : il fait 33 degrés, pourquoi est-ce que mes jeunes chaussent leurs petons de chaussettes ? ne m'a fait ni chaud, ni froid. J'ai eu chaud, mais c'est pas à cause de ça. J'ai eu chaud comme tout l'monde.

J'en reviens pas, je crois vraiment que j'ai accepté enfin, après une bonne dizaine d'années, les sols jonchés de chaussettes. 
Je dois dire aussi, tout de même, qu'il y en a tout de même de moins en moins. L'amélioration est là. 

Une des raisons est probablement qu'un de mes jeunes, marié, laisse traîner ses chaussettes ailleurs. 

Mais hier, j'en ai trouvé UNE belle grande à un endroit improbable : faisant les nettoyages dans les locaux de notre assemblée évangélique, je l'ai extirpée de sous un matelas dans la salle des jeunes. Ben voyons. Et je sais que ce n'est pas une des nôtres. A la sortie du culte ce prochain dimanche, tel le prince avec le soulier de vair de Cendrillon, chacun me donnera son pied pour que je trouve le long pied à qui elle appartient. Na. Mais l'heureux élu ne sera pas mon prince, j'en ai déjà un. (oui, cette chaussette ne peut qu'appartenir à un homme ou... pauvre femme)

Voilà, je crois tout simplement que je vais clore mon sujet chaussettes à présent. Vous en avez assez lu depuis le temps. 

Mais, après mûre réflexion tout en écrivant, je sais pourquoi je n'ai plus écrit. C'est simplement que... le va-et-vient constant de mes jeunes dans la maison, depuis la fin de leurs examens/cours en juin,  jusqu'à la reprise de l'année académique mi-septembre n'en finit pas. Je n'ai aucun rythme. Je ne suis jamais seule. Pouvant être dérangée dans mes écrits à chaque instant pour écouter d'une oreille qui se veut attentive les dernières réflexions ou le programme de l'un ou l'autre qui a encore changé. 
Pour écrire, je devrais fuir de chez moi. En fait. 

Je vais essayer de m'y remettre. Promis. Peut-être sous une forme différente, j'y réfléchis.

Le p'tit mot spi
Tant de choses que nous ne comprenons pas ici-bas ! Les injustices criantes dans tous les coins du monde, trop d'innocents qui souffrent, tellement de choses qui nous révoltent. Nos cris au Seigneur pour que tel ou telle chose se passe, qui nous parait bonne pourtant, et la réponse à mes prières (comme je veux, hein) qui tarde, tarde tellement. Apprendre la confiance, encore et encore. Se rappeler que ce Dieu qui s'est donné pour nous, tient tout dans sa main d'amour, et qu'un jour justice sera faite, qu'un jour on comprendra. Mais, patience, seulement au Ciel probablement. Se rappeler que vivre dans ce monde n'est pas une fin, alors ne pas miser sur ce monde, mais sur celui d'après. Garder confiance, et espérance. En Celui qui nous a fait et qui nous aime tellement, tels que nous sommes. 

« D’une façon merveilleuse et incompréhensible, même ce qui se fait contre la volonté de Dieu, ne se fait pas en-dehors de sa volonté. »
Jean Calvin

'Oui, mon âme, repose-toi sur Dieu, car c’est de lui que vient mon espérance. Oui, c’est lui mon rocher et mon salut, ma forteresse: je ne serai pas ébranlé. Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire; le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu. En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, épanchez votre cœur devant lui! Dieu est notre refuge. ' Psaumes 62:6-9



Book news : Ma tribu, les chaussettes, moi... et Dieu dans tout ça ?  Il me reste une trentaine de livres chez moi, je suis reconnaissante ! Il est toujours en vente dans les meilleures librairies ou en me contactant ! --> www.sarahsimonin.com 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Un héros chez moi

J'ai un héros chez moi.
Qui m'a déjà sauvé la vie tant de fois. Encore et encore.
Qui arrive en courant à chaque cri. A chacun de mes appels à l'aide.
En roulant les mécaniques. Sûr qu'il va pouvoir, encore une fois, me sortir de la terreur.

Il est vrai que j'ai quelques "serial killer" chez moi : je retrouve dans mon jardin, des corps vivants amochés, des cadavres, ou des morceaux de cadavres plus ou moins vieux, plus ou moins odorants, plus ou moins jolis à voir. Musaraignes, mulots, chauve-souris, grenouilles, oiseaux... Merci Chatnana et Chatmec. C'est pas drôle et ça fait mal au coeur.  J'ai même retrouvé un dinosaure se délectant d'une tête de souris. J'ai parlé de ma tortue. Dégueu.

Non, je n'ai pas peur de ces "serial killer". Ils sont même plutôt sympas, même s'ils ont tendance à miauler pour rien et à ne pas comprendre qu'ils n'ont pas besoin de pleurnicher derrière la fenêtre pour rentrer si la porte à …