Accéder au contenu principal

Lâcher prise


Lâcher prise ne signifie pas arrêter de se soucier des autres,
mais refuser d'agir à leur place.

Lâcher prise, ce n'est pas me détacher,
mais c'est me rendre compte que je ne peux diriger quelqu'un d'autre.

Lâcher prise, ce n'est pas enseigner autrui,
mais c'est lui permettre d'apprendre les conséquences de ses actes.

Lâcher prise, c'est admettre son impuissance,
ce qui signifie que le résultat ne dépend pas de moi.

Lâcher prise, ce n'est pas essayer de changer ou de blâmer quelqu'un d'autre,
je peux seulement me changer moi-même.

Lâcher prise, ce n'est pas s'occuper de quelqu'un,
mais s'intéresser à quelqu'un.

Lâcher prise, ce n'est pas décider pour autrui,
mais être un soutien.

Lâcher prise, ce n'est pas juger
mais permettre à un autre d'être un être humain.

Lâcher prise, ce n'est pas essayer de déterminer tout ce qui va arriver,
mais c'est permettre aux autres d'influencer sur ce qui va leur arriver.

Lâcher prise, ce n'est pas être protecteur,
mais permettre d'affronter la réalité.

Lâcher prise, ce n'est pas renier, mais accepter.

Lâcher prise, ce n'est pas harceler, gronder ou argumenter,
mais chercher mes propres défauts et les corriger.

Lâcher prise, ce n'est pas adapter toutes choses à mes désirs,
mais c'est prendre chaque jour comme il vient.

Lâcher prise, ce n'est pas critiquer et diriger autrui,
Mais essayer de devenir ce que je rêve d'être.

Lâcher prise, ce n'est pas regretter le passé,
mais grandir et vivre pour l'avenir.

Lâcher prise, c'est craindre moins et aimer davantage !

Tiré du livre « Eveil à la grâce » de Charles R.SWINDOLL

Commentaires

Allison a dit…
I love Swindoll, he has such a great way of expressing his thoughts. A beautiful picture to start the day! xoxo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …