Accéder au contenu principal

La joie dans les épreuves ? Hein ? Comment ?


Comme je n'ai pas trop l'temps d'écrire un post ces temps... je vous mets un réchauffé, que vous aurez peut-être déjà lu lorsqu'il a paru dans le journal de la LLB (Ligue pour la Lecture de la Bible) Suisse ce printemps. 
Voilà voilà ☺

Y a un verset qui me laisse souvent perplexe (parmi d’autres bien sûr), car je ne sais pas trop comment l’appliquer : « Considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés… » Jacques 1v.2 
Voilà, je m’imagine déjà citer ce verset à cette amie chrétienne qui est en pleine dépression, ou à cette autre qui a des soucis énormes avec ses enfants, ou à celle-ci, qui vient de subir un deuil, ou même à celle qui vient de faire brûler son dîner… Oui, je veux bien croire à ce texte, puisqu’il est dans la Bible, La Parole de Dieu ! Mais alors, comment le vivre, comment vivre cette joie dans la souffrance ? Comment est-ce possible ?
Il y a deux ans, j’ai vécu des mois et des mois dans les angoisses… et franchement,  difficile d’être joyeuse dans ce cas. J’vous l’assure. En tout cas pour moi. Hum. Non seulement je ne l’étais pas, mais j’en voulais à Dieu ! Pourquoi, mais pourquoi me fait-Il vivre des moments si difficiles ? J’ai une famille, je dois m’en occuper, et tout le monde souffre de mon mal-être ! Si quelqu’un était venu me dire : « Mais  regarde ça comme un sujet de joie, tu es chrétienne voyons… ! »,  je crois que je l’aurais rayé de mes amis Facebook. C’est dire. Et pour longtemps. Et qu’en plus, cela m’aurait enfoncée, direct, plus bas dans ma déprime en me disant que oui, je suis vraiment une mauvaise chrétienne, qu’est-ce que le Seigneur pourrait bien encore faire de moi ?
Toujours dans la joie, même quand les temps sont sombres ? Dur !
Ah, oui ! C’est mieux de lire le verset dans son contexte, j’ai appris ça une fois. Je continue donc au verset 3 : «… sachant que la mise à l’épreuve de votre foi produit la persévérance. ». Eh ben, moi, personnellement, à choisir entre les deux, je crois que je citerais plus facilement ce verset-là à quelqu’un qui est dans la souffrance. Vous ne trouvez pas que cela permet de prendre une certaine distance face à notre vécu, de le voir du côté de Dieu ? Je crois que je zapperais le verset 2 pour aller directement au suivant (je ne sais pas si c’est bien… mais, bon. J’veux garder mes amis Facebook moi). Car quand j’étais mal, je savais au fond de moi, que Dieu permettait cela pour un but. Même si franchement, je n’avais pas envie du tout de vivre ces difficultés. Quand même. Je ne suis pas masochiste.
Maintenant, en y repensant, vous savez quoi ? Oui, je suis (presque) joyeuse en sachant que je suis passée par là ! J’en ai même compris un peu le pourquoi en attendant de le savoir complètement une fois dans l’Eternité. Mais ce n’est pas pour ça que, lors de la prochaine épreuve, je vais sauter de joie !
Mais si je continue de grandir en Lui je vais m’en rapprocher, à ce qu’il paraît. Y’a du boulot ! Et je vais essayer de Le laisser faire (j’ai appris qu’Il y arrive bien mieux que moi).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …