Accéder au contenu principal

Printemps. Presque.

Voilà voilà me revoilà. En même temps que quelques petits signes printaniers...
Cela a bien sûr commencé par un p'tit réchauffement planétaire... 
Et la neige a commencé à fondre gentiment. 
Les trajets à pieds jusqu'à l'école, jusqu'au boulot, ont commencé a demander une petite dose supplémentaire de concentration. La glace, c'était rien. Rien, rien de rien. Car pendant cette période de fonte des neiges, il ne faut surtout pas lever ne serait-ce qu'une fraction de seconde les yeux du premier mètre devant ses souliers : et oui... le premier signe du printemps est l'apparition de fruits. De fruits dangereux, glissants, collants, puants, dégueux quoi. Ben oui. Les fruits des intestins des chiens qui jonchent les bords des routes et les trottoirs, les fruits des intestins des chats qui parsèment notre terrain. Chouette. (j'ai beaucoup hésité de mettre une photo d'un des fruits en question ici... mais je crois que vous n'avez pas besoin de ça pour savoir ce que c'est.)
Ce cap est passé, ouf. 
Les routes et trottoirs sont à présent nettoyés (merci ici à ceux qui le font, merci merci ! Ici, je profite aussi de me dire merci à moi-même, seule et unique personne sur 6 qui a le courage et l'honneur d'aller les cueillir dans notre jardin, de préférence tôt le matin, quand c'est encore gelé).
Quasi plus de risque. Ce qui fait la joie des oiseaux qui la siffle (la joie), des petites fleurs qui pointent courageusement leur bout de nez (ahh ?), en espérant y trouver enfin des rayons de soleil bien chauds, sans odeurs suspectes.

Mais ce que vous ne savez (peut-être) pas, c'est que cette année j'attends encore plus impatiemment cette saison. Je piaffe d'impatience. Me réjouissant, sautant de joie et criant d'allégresse. Rien qu'ça.
Oui, les alentours de notre nouvelle acquisition (notre maison donc), sont complètement à refaire. Tout.
Les arbres (ou plutôt la forêt) l'environnant ont tous été coupés en novembre passé pour qu'on ne passe pas l'hiver dans la nuit totale. 
Dans 2 petites semaines,  les machines vont arriver pour enlever leurs multiples racines, faire le terrassement, ajout de terre végétale, remise à neuf et à notre goût. Yehhhh.
Mon homme rêve déjà de son terrain de foot sans aucune crottes (ouiiiii, c'était ça ces fameux "fruits" !!), moi de planter arbres, plantes, framboisiers, muriers, fraisiers et tutti quanti. Mon grand de recevoir quelques piécettes après avoir tondu le gazon (là, j'vous dis, il faut encore beaucoup d'imagination). Voilà.
Je ne vais pas m'étaler sur mes multiples idées aussi géniales et fabuleuses qu'onéreuses, qui donnent des sueurs froides à mon mari... Ben oui. On fera juste le nécessaire et l'urgent cette année. Il parait que ça sert à ça (entre autres) un couple. A tempérer l'autre. A profiter de la sagesse de l'autre. A se compléter quoi. 
Donc, toutes mes supers idées attendront. Merci de compatir tout de même ☺.
Le futur terrain de foot de mon homme...
Mon p'tit der aussi. Il fourmille d'idées géniales. Il veut son jardin potager. Ok. Il aimerait un trampoline (géant le trampoline). Une piscine. Ah ouais. Cela mérite réflexion intensive n'est-ce pas. "Maman, on pourrait faire un étang aussi ?". Mmmmmhhhhh. Et un jacuzzi. Ben oui. Evident. 
Mais mon homme n'y adhère pas non plus. Aux idées de fiston. Pour la simple raison que notre parcelle n'est pas si grande que ça. Et qu'il faudrait sacrifier son terrain de foot. Pour mettre le trampoline à côté de la piscine -pratique pour faire THE plongeon-la piscine à côté du jardin-comme ça, c'est le top pour arroser-le jardin potager à côté de l'étang-comme ça, on peut arroser des deux côtés sans trop se fatiguer-et le jacuzzi, pour se reposer après avoir jardiné, nettoyé la piscine, sauté, fait du foot (ah non, on pourrait plus). Ouais. 

Voilà voilà. C'est le printemps. Et je suis impatiente. 
Dis mon homme, mes idées, elles ne sacrifieraient pas ton terrain d'foot, hein ?
Je veux juste m'assurer que tu le sais ☺!


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …