Accéder au contenu principal

PiercingS

Oui. Je sais déjà ce que vous allez penser en lisant ce qui suit. "Elle n'est pas mûre", "Elle n'assume pas son âge", "Elle est atteinte de jeunisme aigu", "Elle a peur de vieillir", et patati, et patata. Je ne peux pas absolument nier que je suis parfois immature, que j'ai parfois de la peine avec ce 4 en première position de 2 chiffres, que j'ai des épisodes  de crise de jeunisme ou qu'il m'arrive d'avoir quelques craintes devant mon Moi vieillissant... MAIS ! 
Ce n'est pas ça qui m'a poussée à faire un... PIERCING il y a 2 petites semaines ! OK ? En plus, j'étais encore bien jeune à l'époque, à peine 40 ans (depuis, j'ai déjà fêté mes 41, là, oui, peut-être qu'on aurait pu dire quelque chose...).
Bref.
1. Ma fille aînée rêve d'un piercing au nez depuis quelques années. Voilà quelques mois qu'on cherche concrètement où le faire (oui, au nez, ça on sait, mais dans QUEL lieu on va trouver quelqu'un pour faire ce TROU). Parce que c'est pas si simple. Le/la perceur/se ne doit pas avoir le pistolet-perceur-d'oreille (par crainte d'exploser le cartilage) mais un outil spécial perceur-de-nez, ou une aiguille. Eventuellement.
2. Ma fille n'étant pas encore majeure, je dois être présente pour signer un papier. Ben ouais. Ma fille a encore besoin de moi. Yehhhh.
3. Une fois nous allons zà Lôzanne. On s'était renseignée sur internet pour trouver DES lieux où ça se faisait. Déjà un doute percing perçait dans mon esprit en voyant leurs sites internet décrivants les endroits du corps possibles pour des piercings. Et ce sont TOUS les endroits du corps. Quand je dis TOUT, c'est TOUT. Bon. Ces sites zinternet sont affublés de têtes de pirates, de têtes de mort. Pas super joli joli. Pas vraiment à mon goût.  Plus qu'un peu mitigée d'y laisser ma fille. Bon. Nous voilà donc marchant à Lôzanne, mais avant de trouver ces fameux endroits, on monte un super plan : "On passe devant, on regarde dedans et si ça ne nous plaît pas, on continue tout droit, l'air de rien. OK ?". Futes-Futes les filles, hein ? Je voulais être prudente, vu ce que j'avais vu sur internet, n'est-ce pas...Je sais bien qu'on ne risquait rien mais bon. Et ben, on n'a pas poussé une seule porte, et sans se concerter.  C'était trop "space" comme on dit.
4. Les semaines passèrent. Ma fifille, en discutant avec des amies, découvre LA bijouterie où il y a une dame qui fait cela dans les règles, et qui s'y connaît. En plus dans le village de mon enfance. Elle s'empresse de prendre rendez-vous.
5. Et vendredi il y a 10 jours, on y va. Depuis qu'elle a pris rendez-vous, moi, je me demande si je ne vais pas le faire aussi. Voilà 10 ans au moins que l'envie est là. Mais mon homme n'étant pas chaud-chaud à cette idée, j'ai un peu zappé mon envie. Je dois avouer aussi que le manque de courage par peur de la douleur (et j'ai adoré mes accouchements pourtant) me freinait aussi.
Moi, gênée un peu à cette idée envers mon ado de fille, qui-elle-est-une-ado-pas-moi, je lui en parle : "Ça ferait quand même vraiment bête que je le fasse en même temps que toi, non ?" Et elle de me dire que non, il n'y a pas de soucis, et qu'en plus je ne mettrai pas la même boucle qu'elle de toute façon... Ouais. Mais je me dis que je suis aussi limite vieille pour ça, même à tout juste 40 ans....
6. Jour J. Je l'accompagne. Avec une de ses amies qui vient juste regarder. Moi, je sais toujours pas. Je veux déjà voir quelle tête elle fait quand on la transperce. Si elle a mal, hein. Je signe le papier. Elle monte à l'échafaud. "Mais ça fait rien du tout !" qu'elle dit juste après, "Juste l'impression qu'on presse fort le nez !" Voilà, c'est beau, c'est là, le trou est fait.
7. Et moi j'hésite. ça fait vraiment bof si j'y vais aussi. Mais devant mon indécision, ses deux ados que  j'aime beaucoup m'encouragent "Maintenant tu y vas !! Vas-y !!".  Alors me voilà quelques secondes plus tard en train d'essuyer une larme, piercing au nez. C'est fait (la larme, j'en peux rien, c'est l'effet que ça fait quand on nous perce le nez, allez-y pour voir !).
8. Me voilà donc, toute contente, vraiment, de l'avoir fait. C'est ce que j'aime. C'était la dernière occasion.  Même mon homme a très bien accepté. Comme quoi, on se bonifie en vieillissant. N'est-ce pas.
Mon nez. Son nez.

9. Et OUI, je peux toujours me moucher ! NON, ça ne dérange plus après quelques jours d'adaptation.
10. Et vous savez quoi ? c'est que maintenant que je l'ai, il me semble que la moitié des femmes de ma ville en ont. Impressionnant. Rares sont les personnes qui ont remarqué ce bijou supplémentaire que j'arbore à présent.  Ou elles n'aiment pas, donc ne disent rien. Ou elles pensent fortement les phrases que j'ai citées plus haut. Sur ma fille c'est autre chose, c'est moins discret. Là, ça se voit. Bien plus. Et elle a reçu des compliments. Mais pas que.
Allez, un petit challenge pour vous pour la semaine qui vient : essayez de compter les nez percés que vous rencontrez, la quantité en est  surprenante quand vous y faites attention ! Si, si !
Nous méritons admiration de votre part, nous, les courageuses !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …