Accéder au contenu principal

Mon coeur d'adulte.

Je me souviens...
Je devais avoir 7-8 ans le jour où j'ai su que je pourrais commencer les leçons de... flûte à bec. 
Quelle joie dans mon cœur ce jour-là. Je me souviens que, quand ma maman m'a dit que c'était ok, j'étais dans leur chambre à coucher et que j'ai sauté de joie sur leur lit comme sur un trampoline - et cela m'étonne vraiment que j'ai eu la permission. Mais à cet âge j'étais légère, pas de risque de faire exploser les lattes.  
Bref. Le joie remplissait mon cœur. Rien d'autre. Je n'étais QUE joie. Joie confiante. 

Maintenant je suis adulte. 
Aujourd'hui est un jour un peu fou pour moi. Je me réjouis. 
En ce moment je suis en train pour Lausanne, pour passer la moitié de la journée avec une chère amie. 
Et l'après-midi j'ai rendez-vous à l'atelier de mon illustratrice préférée. Mon éditeur sera aussi là. Et nous découvrirons les premières illustrations pour mon livre (voir plus d'info sur mon blog à droite).
Incroyable ! Je n'arrive pas encore à dire "mon" livre. Il me semble que je n'en ai pas le droit. Que quelqu'un va s'exclamer, outré : 
- Mais tu crois quoi ? Tu es gonflée ! TON livre ? Hahaha !

En même temps il n'a pas tout tort, l'hypothétique "quelqu'un" : je devrais plutôt dire "notre" livre. Car on est au moins 4 à se pencher dessus et à y travailler : L'éditeur. La correctrice. L'illustratrice. Et moi. 
Bref. Cette rencontre est comme assister à la première échographie de ton bout de chou. Tu réalises que tu as vraiment un bébé, là, dans ton ventre. Et qu'il va naître un jour.
Mon cœur est joyeux. Vraiment. Mais pas rempli de joie. Pas au point de sauter sur mon lit. En plus je n'ai pas de budget pour le réparer. 
Non. Mon cœur est devenu adulte. Ce n'est plus un cœur d'enfant totalement confiant. J'ai des craintes. Des retenues. Qui éteignent ma joie. Un peu. Je regrette ce cœur d'enfant. Maintenant pour un truc de ouf, mon livre (j'ai dit mon ?), qui sortira dans quelques mois, je n'arrive pas à me réjouir pleinement. Mais j'en approche. Comme il y a longtemps plus.  
Je me sentais comme un jardin en hiver.  Grise.  Triste. Froide. Et ralentie.
Oui, car l'Ennemi a tellement essayé d'écraser cette joie et de la remplacer par la peur, la culpabilité, le découragement. Il m'a oppressée durant des semaines. 
Je savais que mes craintes n'étaient pas saines ni justes. Mais je n'arrivais pas à m'en défaire... C'était comme avoir un voile noir, lourd & collant sur moi qui me freinait et m'empêchait de voir les belles choses de la vie... Je ne pouvais donc que me fixer sur moi , mes défauts et mes manquements... Je ne pouvais voir au-delà. C'était ça. 
L'Accusateur m'oppressait. Et s'en réjouissait.
J'ai pourtant prié, crié à Dieu mais rien ne changeait, je me sentais toujours dans le noir. Pour finir je Lui ai demandé que je puisse trouver quelqu'un qui prie avec moi pour que je retrouve la Paix. Depuis trop longtemps elle m'avait quittée puis s'en était allée tellement loin que je me demandais si elle existait vraiment. 

A peine 14 heures après ma prière, quelqu'un s'est proposé de prier pour moi. Comme ça, tout à coup. Au milieu d'une discussion. Et je ne m'y attendais pas.
Et toute cette oppression, cette grisaille, ce noir autour de moi a disparu en douceur. Laissant gentiment la place à la Paix. 

Je suis faible mais la puissance de Dieu s'accomplit dans la faiblesse. 2 Corinthiens 12: 9
et puis
Ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné mais un esprit de force, d'amour et de sagesse. 2 Timothée 1 : 7

Cette Paix tellement éloignée est revenue. Ce voile noir & collant a disparu. 
Merci Jésus.

Il dit : Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. Matthieu 18 : 19-20

Maintenant je me réjouis presque comme un enfant. Vraiment. A la place de faire du trampoline sur le lit de mes parents, j'en pleure presque de joie. 
Mais je me retiens. Je n'ai pas de mascara waterproof. 
Adulte que je suis. 

PS : vous ne connaissez pas cette Paix ? Demandez-la ! Dieu la donne gratuitement à qui veut croire en Lui ! Philippiens 4 : 6-8 

Commentaires

Marie-Jo Tardif a dit…
Chère Sara, je me réjouis avec toi ! Bravo, super ! Toute cette tentation de noirceur, de découragement, je l'ai vécue aussi (cela m'arrive encore) et comme toi, grâce à Dieu, j'ai pu retrouver la Paix.
Plein de belles choses et de succès pour ton oeuvre ! Grosses bises et bon dimanche, amitiés, Marie-Jo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …