Accéder au contenu principal

Photos de famille

ou Arrêt sur image.

Manana 1ère est là pour quelques jours. Fabuleux. Après 21 mois, la revoir et la ravoir, réentendre ses pas, ses bruits, sa voix, bref revivre avec elle est un bonheur avec un grand B.
Cette semaine, plusieurs choses à faire avec elle.
Dont les indispensables photos de famille !

Me voilà donc à préparer tous les membres de ma famille quelques jours avant. A les coacher pour les préparer psychologiquement à la chose. A leur rappeler de me rappeler, au moment où nous serons tous les 6, à immortaliser notre family tant aimée. Vu leur enthousiasme sans nom (!),  je me mets des mots partout, dans mon agenda, sur des post-its, m'envoie même un mail et j'écris en gros sur une feuille A4 que je laisse traîner sur la table à manger : PHOTO DE FAMILLE !
Reste un moment M où nous serons tous présents ce dimanche en fin d'après-midi, lors de la grande fête de famille pour la fin de "caté" de mes deux petiots (instruction biblique qu'on dit par chez nous). Après, fini. Demain, à nouveau départ de Manana 1ère, larmes et tristesse et tutti quanti. Mais c'est demain.

Aujourd'hui est le jour J du moment M :

- Mams, il faut que je parte bientôt !
- Oui, mais avant que tu partes, photo de famille !!!, rappelais-je

- Eh, Manana 2e, nous ferons une photo de famille, ne va pas trop loin !, dis-je
- Roooonnn, mais pourquoâââââ ?!?!

- Eh, mon Nommamoi, rappelle-moi qu'on fasse vite une photo de famille avant le départ de Fiston 1er !
- Ouais ouais (la motivation est bien là, je la sens je la sens, bien cachée au tréfonds de son moi)

Fiston 1er et Manana 1ère pensent s'en aller. J'engage une photographe qui est juste à côté de moi. Ma Mamanamoi. Je groupe mes troupes. Un-deux-trois-quatre-cinq et six ! On y est, on trouve vite un coin sympa dans cette nature luxuriante faite par notre Créateur exprès pour nous (et pour les photos de famille).

Je stresse intérieurement. Je suis totalement gaga des photos de famille. Totalement. J'adore ça. Sur Pinterest j'ai même un tableau exprès pour ça avec plein d'idées. Une famille. Je trouve cela tellement beau. En plus, jamais de chaussettes qui traînent sur les photos. Mais des sourires, la joie de vivre, l'amour, la rigolade, bref que le beau de la vie familiale transparait.
Je coache mes jeunes avec un enthousiasme extérieur (et un stress intérieur, bien me contrôler pour que tous soient motivés au maxxxx), j'essaie de ne pas m'énerver contre les récalcitrants. De les faire sourire. Certains font des reproches aux autres qui ont fait une sale tronche sur la dernière photo faite il y a 7 mois. Nooooonnnnn, gros stress intérieur de moi, si ça commence comme ça, impossible de révéler la beauté qui est en nous !
On se met en position. Sourire à l'envers pour certain. Certains sérieux. D'autres font les fous. Ma Mamanamoi commence à mitrailler. Fiston 1er se retrouve par terre, une jambe tenue par une partie de la famille. On ne comprend pas trop comment. Ma Mamanamoi continue de mitrailler. Puis on se retourne, dos à elle. Pratique. Nous pouvons faire la "tronche"qu'on veut.  Puis on se retrouve le dos nu (je passe les détails). Puis, enfin, comme d'hab, quand tout le monde croit avoir fini, je clame, pleine d'entrain :
- Non, encore quelques-unes, face à l'appareil photo !

Mon mari n'est plus vraiment motivé. Et là, je ne mentionne même pas ma descendance. Mais il sait, mon Nomme, il sait que si je veux ça, c'est que c'est comme ça pis voilà. Donc vaut mieux à ce moment-là donner le meilleur de soi. Sinon on s'en sortira pas. Tout le monde s'y met. Enfin, je l'imagine.
- Bon, c'est bon, clame d'un air décidé mon Nommamoi qui en a cette fois bien marre.
Moi, j'aurais encore continué quelques heures. Pour mettre le max de chance de mon côté.
Mais Mamanamoi m'assure qu'il y en a au moins une trentaine, il y en aura des bonnes dans le tas. Je la crois (c'est ma maman quand même, et une maman dit pas de bêtise).
Cette fois, tout le monde se sent libéré. Heureux, joyeux. Et pfuit, partent vaquer à leurs activités. Moi je suis contente. C'est dans la boite.

Tout le monde s'y est mis ?
Non.
Sur les photos que j'avais crues bien, un singe que je ne nommerai point (Fiston 1er) s'y est glissé. Un beau singe bien expressif.
Mais bon. Elles sont rigolotes ces photos. J'en pleure... de rire. Quand même.
Et par chance, il y a toujours celles où nous sommes tous de dos. Bras dessus-bras dessous. Cela montre notre amour familial sans faille (étrange, il manque quelques jambes !?).

Les photos de famille. J'aime ça. Vraiment. Je ne m'en lasse pas de les regarder.  Et j'oublie même la bataille que ça a été avant, pendant.
Cet arrêt sur image de notre vie familiale peut faire croire à certains que notre famille est parfaite. Que chez nous les relations sont sans taches, sans mots plus haut que l'autre, sans chaussettes qui traînent. C'est faux.
Mais cela montre la valeur de la famille. Il n'y a rien de plus beau. Malgré tout.
Malgré tout ce qui entache notre quotidien.
Et j'en suis fière. Je suis fière de ma famille. Tellement. Cela vaut la peine de se battre pour la maintenir ensemble.

Ahhh, j'oubliais, merci Mafamilyamoi d'avoir fait des efforts pour cette photo. Vous savez comme ça compte pour moi. MERCI !
Et merci à ma photographe de maman qui a bien rigolé lors du mitraillage (haha !).

Le p'tit mot spi :

Se battre. Se battre pour notre famille. Se battre dans la prière pour elle. Mettre Dieu dans l'équation.
Oublier nos rancoeurs. Pardonner. Demander pardon. Rester humble.
Accepter que mon Nommamoi n'est pas toujours le Prince Charmant. Accepter que je ne sois pas toujours une jolie et douce Princesse. Accepter que nos Zenfantsànous ne soient pas parfaits (tant pis pour les chaussettes, je ne râlerai plus ! Uhm !).
Accepter notre imperfection. La mienne, celle des autres.
Et surtout, laisser la place à Dieu. Pour qu'Il pallie à nos manques.
Merci pour la famille, Seigneur, pour MA famille.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …