Accéder au contenu principal

Gros mots

Bon. J'ai appris dernièrement par une remarque dans l'carnet d'mon p'tit gars, qu'il n'était pas parfait. Voilà.
Il faut que je reprenne bien ma respi(ration) pour continuer ce post. C'est dur.
Mon fils me raconte en rentrant de l'école, pas très fier mais-pour-pas-l'montrer-trop-quand-même-avec- un-p'tit-sourire-car-il-a-son-égo-perso : 
- Maman... J'ai une remarque du prof dans mon carnet.
Ok. L'année scolaire commence bien. A peine 3 semaines d'école et... Voilà. Tout nouveau prof. Nouvel classe. Mon fils fait des points. Supeeeeer !
Moi, d'une zénitude palpable (ça ne sert à rien de s'énerver, car je vois bien en voyant la mine de mon garçon qu'il essaie de cacher sa honte... et que la remarque en question a déjà fait son plein effet)
- Ahhhhhh. Ok. Pourquoi ?
- Ben.... j'ai dit un mot vulgaire.
Ouhhhhh là là. Vulgaire. Déjà le premier choc est qu'il utilise justement ce terme : vulgaire. Dans notre famille, de classe moyenne, on utilise peu ce terme. Ou pas. Ok. Zen ma vieille. Zen.
- Quoi comme mot ? (aïe aïe aïe)
- Ben, j'peux pas l'dire sinon tu vas m'gronder !
Oui, là, je suis assez d'accord avec lui. Chez nous, on ne dit pas de vilain mot. Bien sûr.

Bon, je dois tout d'même avouer que moi, en mère imparfaite, parfois "Selles" m'échappe, en cas de force majeure (c'est-à-dire "Merde", je fais l'effort de trouver des synonymes ici pour ceux que ça pourrait choquer)
Parfois même, si je suis vraiment au bout de mes ressources patientesques, je dis euhhhhh : "Ohh ! Tu m'fais aller au WC" (c'est-à-dire "t'es chiant" pour la traduction au cas où). Oui, je sais, c'est pas sympa.
Mais c'est vrai que ça s'arrête là. Au niveau des intestins. 
En règle générale.
Mais apparemment, la grossièreté utilisée venait encore plus des bas-fonds (si c'est possible. Moui)
- Mais non, j'vais pas t'gronder, juste cette fois tu peux me le dire..."
- Ben uhm, j'ai dit "ta gueule" (ah, non, c'était plus haut).
D'accccccoooooordddd. Et je lui demande à qui.... j'ai pas trop suivi, mais apparemment, c'est un copain, à la gymnastique qui l'a énervé, et le terme est sorti. Ou  c'est lui qui l'a énervé, parce que ben... bon. Ils se sont énervés. Quoi.
- Eh ben j'suis trop trop super contente !
Il me regarde assez interloqué disons.
- Ben oui, il a eu super raison d'écrire une remarque, ton prof. J'ai envie de lui écrire MERCI.. On ne parle pas comme ça à quelqu'un, même si tu ne le supportes pas. C'est tout.
Et là, le déballage commence. Frère, soeur présents, de leur second job "police secrète", me disent que ça lui arrive assez souvent , qu'il dit parfois " ta bouche", même "péripatéticienne" (bon, vous avez compris). Mon fils est dans ces tout p'tits souliers.
Bon, je suis pas naïve. Pour ça au moins. Je sais même que c'est pas l'seul de mes enfants qui parle comme ça des fois. Donc je ne suis pas vraiment surprise. Je suis parfois arrivée pas loin d'un d'mes fistons qui était avec ses copains, et j'ai vaguement entendu ce genre de mot sortant de la bouche contenant mes gênes. Pas beau. Et dès qu'on voit sa génitrice, regards mal à l'aise jetés en coin sur maman, regards prudents, un peu apeurés (elle a entendu ou non ? Qu'est-ce qu'elle va dire ?). 
Des fois, j'me contente de dire :"Eh ben, c'est beau !", parfois je sermonne dur (selon le degré de vulgarité du mot en question) et redonne un cours de vocabulaire intensif. 
Je crois que le pire mot que j'ai entendu, franchement, c'est quand mon aîné de fils à l'âge de 6-7 ans était avec des potes, me croyant hors de portée d'ouïe, et qu'il a parlé de moi en m'appelant "ma mèrrrrrrre, d'un air détaché, cool et adulte (qui n'a plus besoin de maman).
ARGHHHHH !!!! Bon, depuis, je l'ai digéré. Mais ce fut presque un traumatisme pour moi.
Et j'essaie depuis toujours de cadrer  le langage de mes gars, qui sont noyés à l'école dans ce langage  moche et pas sympa. Depuis tout petits, dès que j'entends un de ces mots sortir de leur bouche, je leur fais la traduction (pour péripatéticienne, j'ai pas utilisé ce terme là, soyez certains...), en espérant que ça les freine dans leurs élans langagemiques. Voilà. 
Mais maintenant, ils ont aussi appris la prudence. 
Quand le chat est loin, les souris dansent.

Et je suis trop contente que le prof soit sévère sur ce point là. Merci, prof ! Vous m'aidez bien.
Et si mes enfants m'appellent "mère", ben voilà, quoi. C'est vrai que j'suis leur mère. C'est déjà pas mal qu'ils me nomment ainsi. Il pourrait m'appeler "Cette femme-là, qui fait mon ménage...", "C'te dame qui m'dit c'que j'dois faire..." "C'te gonzesse qui m'ordonne de faire mon lit et ramasser mes chaussettes" bon, c'est vrai que le terme "mère" implique tout ça.
Ou, j'y pense, ils pourraient me nommer pire encore : "LA mère". Ouais, là, l'horreur.
Mais le terme "maman", implique l'affection, l'amour en plus, non ?
Bon, toilette ! (chiotte), l'heure passe...

Je me suis bien amusée en écrivant ce post. 
Mais promis, je monterai dans de plus hautes sphères pour les prochains ☺.
Ah, si vous croisez mon fils, 
merci de ne pas mentionner le sujet de ce post ! Merci !

Commentaires

Allison a dit…
:D Oh, COURAGE! xoxoxoxo

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …