Accéder au contenu principal

Rêves avortés

Qui, je vous demande bien qui, n’a jamais vécu le début d’un rêve tant espéré qui, tout à coup  disparait… VIOUP ? Loin, liquidé, enterré. A jamais. Punkt. Schluss. The End.
Nous avons tous dans notre esprit, à un certain moment de notre vie ce rêve  (je ne pense pas me tromper de beaucoup) :
Ma famille sera superbe (aucun problème de poids, d’acné, ou de pilosité), dont chaque membre s’entendra à merveille, s’entraidera avec le sourire et dans la bonne humeur : maman ne perdra jamais patience et mitonnera de bons petits plats appréciés de tous. Chaque enfant, ainsi que mon mari évidemment, reconnaissants pour le travail de maman-parfaite, rangeront consciencieusement leurs vêtements sans-trous-sans-taches dans l’armoire le dressing et seront toujours en santé (pas de vomissement crépissant les murs !).
Ma famille merveilleuse vivra forcément dans une superbe villa à la campagne (on ne réalise pas à ce moment-là tous les trajets qu’il faudra faire), près d’un joli ruisseau (jamais, au grand jamais, par les nuits d’orage il inondera ma cave, quelle idée !), avec quelques animaux qui jamais ne laisseront de poils, liquides suspects divers et p’tit (ou gros) cacas-pipis à un endroit pas vraiment propice à ça. Bien sûr, cette villa aura une superbe piscine (ah ? il faut nettoyer ?), à 28°C au moins (oui chaque membre de la famille appréciera cette température), un merveilleux jardin (sans entretien), et  nos voisins seront vraiment super sympas.
Bien sûr, toujours sur la même longueur d’onde avec ma moitié, mon alter ego dirais-je, il me  comprendra et je me  sentirai aimée, toujours je recevrai exactement le cadeau surprise que je désirais de sa part sans que je l'aide, et pas seulement à mon anniversaire, qu'il n'oubliera jamais. Naturellement,  je lui rendrai la pareille sans effort  (logique, il rangera toujours bien dans son armoire et je lui ferai des bons p’tits plats…). Nous partirons régulièrement en amoureux au resto, en weekend, au ciné (ahhh, ça coûte ?).
On aura le temps, on ne sera jamais fatigué, pour entretenir THE flamme of NOUS.
J’aurai un boulot hyper gratifiant où je serai toujours au top, justement et/ou grassement payée, avec des collègues formidables (qui baisseront les stores, ouvriront-fermeront les fenêtres comme vous le désirez, tous le même thermostat corporel. Yehhhh).
J’aurai une église supra accueillante avec plein d’amis, avec de la musique qui conviendra à tout le monde, où là aussi, chaque membre, comme moi-même, sera plein plein d’amour pour Dieu, pour les autres. Pas trace d'égoïsme. Chaque dimanche s’y ajouteront de nouveaux amis où ils y seront very encouragés et ne rêveront que d’y revenir.
Je pourrai vivre bien sûr des vacances féériques et/ou d’entraide dans le tiers-monde, en famille (ils m'auront tous aidé parfaitement pour les bagages).
Tout ça bien sûr, dans un pays en paix, propre, sans peur du lendemain, car en plus mes enfants seront forcément motivés, travailleurs, et auront des buts sains pour leur avenir et seront armés pour faire de bons choix (la belle-fille par exemple)
Bref. Pas de bug. La perfection sur terre, je pourrais même dire le paradis sur terre.

Ça fait rêver, hein ?
Voilà, on a été créé comme ça,  avec cette envie, ce désir… de perfection, de paix, de santé. On a été créé pour le jardin d'Eden, vous vous souvenez ? (moui, ça porte assez loin)
Euhhh, si quelqu’un d'entre vous vit cela (surtout concernant les habits bien rangés dans l’armoire, hein ?), merci de me faire signe…
Plus j’avance en âge (et pour avancer, j'avance), 
plus je vois dans ma vie et autour de moi, 
qu’on est bien loin de cette per-fec-ti-tu-de
Décevant, hein ? 
Et nous devons apprendre à la vivre. Apprendre à la digérer, apprendre à l’accepter. 
Il y a un sens, parfois trop bien caché. Mais, j’en ai la certitude, Quelqu’un dirige tout ça.
Et en plus, c’est supra enrichissant, même et surtout si c’est supra dur. Argghhh.
Il suffit de ne pas se laisser écraser par tout ça, il suffit de savoir rebondir.
Quelle horreur ! « il suffit » parait bien simple, mais c’est SUPRA DUR !
Je pense à… 
-ce rêve enfin réalisé qui, à la place de nous apporter le bonheur tant espéré, nous apporte son lot de difficultés éprouvantes
-ces couples qui se déchirent 
-ces enfants qui ont des difficultés à l’école et/ou de comportement
-ce bébé tant désiré et déjà aimé et dont la grossesse ne va pas à terme
-cette enfant qui naît avec de graves problèmes de santé
-cette dépression qui ne nous lâche pas.
Ou tout simplement à
-mon mari qui n’a jamais pu faire son tour du monde tout seul (bon, il n’avait pas besoin de vouloir se marier si vite, il en est responsable), 
- mes enfants qui ne sont pas reconnaissants et qui n'aident pas assez comme je l'aimerais
- une maison qu’on a fait le choix de ne pas prendre malgré mon coup d’cœur. Parfois je me demande si on n’a pas laissé échappé l’occasion du siècle, mais comme elle est déjà vendue, c’est cuit. Au cas où vous auriez quelque chose à nous proposer , je suis là ☺!
-ce bien qu’on aimerait faire autour de nous et qu’on arrive pas ou difficilement à cause de notre caractère, notre vécu, notre manque de temps, notre fatigue,
Mais aussi à
-ces jeunes ados-adultes, qui ne trouvent pas leur voie ou/et qui sont mal dans leur peau, 
-cette maladie qui nous arrive dessus, telle la foudre
-l’ambiance familiale qui n'est pas vraiment celle espérée
-notre vie professionnelle qui nous tue à petit feu
-cette période de chômage qui n'en finit pas
-ces incompréhensions dans l’église faite de gens imparfaits (comme nous) 
-ces voisins qui nous gâchent la vie
-mon aînée qui souffre de ne presque plus revoir ses amies depuis la fin de l'école
-cette vie en solo qu'on ne supporte plus
-...
Il faut digérer, apprendre à composer, apprendre à accepter cette différence entre le rêve et la réalité.
Apprendre que moi d’abord, je ne suis pas parfaite, loin, très loin de là. 
Et ça aide pas.
Apprendre que je ne suis  pas "tout-puissante".
Apprendre de mes mauvais choix, accepter mon im-par-faic-ti-tude.
Et faire tout, quand même, avec ce que j'ai entre mes mains, et avec l’aide indispensable de Dieu, pour y arriver au plus proche, de cette per-fec-ti-tu-de.
Malgré tout, se battre. Faire son deuil. Garder espoir.
A tous mes rêves manqués… dont certains sont peut-être dûs « à mes actes manqués », parfois à mes mauvais choix mais bien souvent simplement à la vie sur notre planète bleue, qui ne sera JAMAIS parfaite.

Tout ça, je l'ai écrit en pensant à mes nombreuses amies dans les difficultés. Je vous aime ♥. 
Vous êtes dans mes prières. Courage.

Commentaires

Allison a dit…
Oui, ma fille est egalement triste de ne presque jamais voir sa copine chérie de la Courtine. Faut qu'elle puisse se rencontrer ce weekend...
Chris a dit…
Toi aussi... ta famille... tes projets et tes coups de coeur... vous êtes dans mes prières ;)

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …