Accéder au contenu principal

On est fliqué !


Le temps me manque pour écrire un p'tit truc tout neuf pour mon blog. Du coup, je vous laisse ce texte que j'ai écrit pour "Le Lien Fraternel" mi-2011. A bientôt 😄

« Installer des caméras de surveillance dans une école privée c’est autorisé… mais cela ne plaît ni aux enseignants ni aux élèves… ils soutiennent que les vidéos sont utilisées pour les fliquer ». Voilà ce que je lis ce matin grâce à l’application d’un quotidien suisse sur mon IPhone, lors de mon p’tit café quotidien.
Puis, quelques minutes plus tard, lors de ma lecture biblique c’est ce verset qui me saute aux yeux, comme par hasarD : Malheur à ceux qui s’ingénient à cacher leurs desseins à l’Eternel  et dont les entreprises se font dans les ténèbres, à ceux qui disent : «  Qui peut nous voir ? Qui nous remarque ? » Esaïe 29 :15
Oui, par les temps qui courent, nous ne pouvons bientôt plus nous cacher ! On peut nous suivre à la trace grâce à notre téléphone portable (pratique, quand nous nous retrouvons sous une avalanche, mais pas très courant), on peut (presque) tout savoir de nous, simplement en écrivant notre nom sous « Google ». Et maintenant des caméras commencent à être installées dans les cours des écoles, dans les rues… et plus seulement dans les banques.
On est surveillés. De partout. N’importe qui peut savoir sur n’importe qui ce qu’il fait en bien (pas très intéressant) ou en mal (waouh, là, ça pourrait faire de supers sujets de discussion, accompagnés de regards outrés, d’exclamations choquées tout en se disant que nous, on est quand même pas si mal). Mais le revers de la médaille, c’est que nous aussi, nous devons surveiller nos faits et gestes. Mince alors.
Je me souviens d’il y a des années, plus d’une vingtaine à vrai dire (mais je n’aime pas trop compter ce genre de choses), j’ai travaillé dans une usine, où je devais plier des pièces en métal tout le jour. La même pièce, sans arrêt (fastoche !)… et je me rappelle qu’à un moment donné, la machine s’étant  déréglée, j’ai réalisé que je venais d’en faire des dizaines de mauvaises.  Etant ado, pas très bien dans ma peau, et très timide, je n’ai rien osé dire (bon, c’est peut-être une excuse, car il me semble qu’un truc de ce genre m’est arrivé plus récemment). Et voilà. J’sais pas ce qui s’est passé ensuite mais apparemment l’usine tourne toujours bien. Ouf, à ce moment là, pas de caméra de surveillance. Personne ne l’avait vu (et il n’y a rien sur internet…j’ai contrôlé).
Oui, nous sommes peut-être mal à l’aise, en sachant que tout un chacun peut tout connaître de nous, et lorsque nous apercevons une caméra (ou un radar !) nous surveillons nos gestes (ou notre vitesse : un p’tit coup  de frein au bon moment, et le tour est joué) !
Mais… nous oublions trop souvent que notre Dieu Saint, et qui exècre le mal nous voit 24h/24h, et que Lui, connaît même nos intentions cachées ! Impossible de lui cacher quoique ce soit, malgré tous nos efforts. Mais lui ne nous « flique » pas. Lui, se réjouit des belles et bonnes choses et souffre de voir le mal.
Du coup, j’me dis que si nous sommes OK devant Dieu (ce Dieu qui pardonne, et qui est Amour)… les caméras, internet et autres, ne devraient plus nous faire peur, non ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …