Accéder au contenu principal

GEEK. L'insulte suprême. Chez moi.


- Geek. T'es un geek !
Le summum de l'insulte. Actuelle. A la mode. Dans mon entourage proche. Très proche.
- Geek. Geek. Geek.
Quand je montre à mon frère mes trouvailles très pratiques sur l'iTruc.
- C'est qu'un gros geek.
Quand mon fils parle d'un pote qui est un gros fan des jeux en ligne.
- T'es qu'une geek.
Quand je n'écoute qu'à moitié un de mes enfants car je suis en train de lire mes mails.
- Arrête un peu de geeker !
Quand je dis pour la Xe fois à fiston d'arrêter de jouer à Minecraft car il est tard et que pour la Xe fois il me dit "j'finis vite un truc".
- Quel geek !
Fiston 1er à Fiston 2e quand enfin il arrive à table après avoir fini "vite un truc"... et là ça part souvent en vrille, en pas-mamours fraternels du tout...
- Toi, t'arrêtes pas de geeker !
Quand Fiston 1er, 2e, Manana 1ère, 2e, voient leur père affalé sur le canapé après une journée de boulot "affalante" en train de lire avidement les résultats sportifs du jour pour se dé-con-trac-ter.
- Oh, mais t'arrête une fois de geeker !
Quand j'amorce un gros dodo réparateur sous les plumes et que mon homme-à-moi-le-même-qui-lit-les-résultats- sportifs-après-une-journée-de-boulot et tatati et tatata... vient de faire tinter son iTruc sous les mêmes plumes en regardant les derniers mails du jour.
- Ohhh, mais j'en ai marre, vous êtes toujours en train de geeker !

Quand Manana 1ère n'avait pas encore d'iTruc et qu'elle nous regardait le matin à déjeuner lire les nouvelles sur le journal notre iTruc... et oui, Manana, les temps changent, il faut te mettre à la page !
- Ohhhh, mais toi aussi tu geeks tôt le matin !
Quand moi-maman voit Manana 1ère voir les dernières images d'Instagram sur son iTruc apparues durant la nuit car ses abonnés de ce côté-là de la terre ils vivent quand on dort.... quelle idée.

Voilà ce qui se passait chez nous, tout le temps. Le nom le plus utilisé dans notre famille était un geek. Le verbe, geeker.  Et ça n'arrêtait pas.
Et ça se jaugeait, et ça se jugeait (le dire très vite, à haute voix, un exercice de prononciation sympa si vous vous ennuyez à lire tout mon char-à-bia geek !). Et ça se mettait des notes. Toi, tu es plus geek que moi. Lui plus qu'elle, elle plus que lui. Et même, mes neveux commençait à s'y mettre (quelle idée de me traiter de geek quand je réponds à un sms de Fiston 1er)... ça commençait gentiment à déborder de ma family de geeks. Et ça s'énervait. Et ça se vexait.
C'était à-qui-était-le-moins-geek-il-avait-gagné. 

MARRE DE MARRE. J'EN AI EU MARRE !!!!
D'abord j'ai essayé de défendre un peu l'utilisation que j'/nous en fais-ais/ions de nos écrans. En général, c'est question pratique. On en a besoin. Pour tout ! Pour se renseigner sur l'actualité, pour sauvegarder nos méninges de l'Alzheimer (rien de tel qu'essayer de battre un membre de notre famille élargie de geeks au Scrabble, en l'occurrence mon père, quel challenge), envoyer une liste de choses "à faire" par email à son mari (vu que ça lui arrive de lire ses mails, qui sait si l'envie lui prend de poncer une table pendant que je dors !), faire un sms par wattsapp à ses enfants par le groupe "family" pour qu'ils viennent à table...(ou stopper le wifi ça marche à tous les coups, il y a tout à coup des signes de vie un peu partout !!!!) faire les paiements, donner des nouvelles, organiser des pique-niques, faire des photos pour nos vieux jours, customiser les dites photos pour Instagram,  voir les derniers potins sur FB, faire son blog, répondre à une invitation, deleter les multiples pubs reçues, voir la dernière vidéo de Cyprien (poussés par notre descendance mais ça vaut l'coup en général), trouver la réponse à la question "Dis, maman, comment est mort Hitler ?"... BREF !!!! L'écran, la toile fait partie de nos vies à présent. C'est notre cerveau. Notre mémoire. Notre entraîneur de mémoire. Une partie de notre vie sociale. Un moyen de communication phénoménal. Bref. J'ai dit. Voilà.

Mes n'enfants à moâ. Mon n'homme à moâ. Maintenant on arrête de se traiter de GEEK ! 

Soit, on ne l'est pas : sens de base : ceux qui ne peuvent se décoller de l'écran, même pour ses besoins élémentaires genre : se nourrir-dormir-aller faire ce qu'il y a à faire aux WC- remplir le frigo-putzer sa maison-aller travailler- vider sa boite aux lettres-avoir une vie sociale...

Soit, on l'est tous : dans notre coin de pays très rikiki qu'est notre family, GEEKER c'est simplement utiliser un appareil qui a un écran. 
Donc, on est tous des GEEKS. Point. 

Alors voilà. Depuis. Le calme est revenu. On ne se traite plus de geek. Puisqu'on l'est tous. C'est tout. 

Il nous arrive même de nous parler sans écran interposé. 
Comme dans l'temps. C'est vintage (heureusement, le vintage est à la mode !). 

C'est le bonheur. Alors là on sait qu'on n'est pas des vrais de vrais. De geek. Yess.

Bon. Bande de geeks, vous avez fini de fixer votre écran ? Qu'est-ce que vous attendez ? Occupez-vous de votre famille, de votre voisin, de votre chat... ils n'attendent que ça (à moins qu'ils soient en train de geeker, là, il vaudrait mieux que vous les laissiez en paix).

Very important !  
Je suis pour : un bon livre, une balade au soleil, un moment de méditation avec ma Bible, un café entre amies, un bla-bla sympa avec mon ado, une soirée en amoureux. 
Oh ! Que c'est bon de savoir mettre les écrans de côté !

Commentaires

Oh, comme c'est bien dit ! Alors, pour ne pas risquer de me "geeker" moi aussi, je ne fais que passer très très très vite pour te faire ce petit Geekou. To geek or not to geek... ? Bisettes françaises à toi, Marie-Jo qui commence à remonter la pente... enfin. Merci mon Dieu !

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …