Accéder au contenu principal

J'étais à un festival.

Voilà. C'était le moment à mon âge. Une première. Les concerts, j'en ai fait pas mal. Mais pas de festival. J'ai donc embarqué mari, fiston 1er, manana 1ère et une de ses amies sous le bras, sans réticence aucune de leur part. J'voulais voir ça.

Et ça a bien commencé. J'étais pas la plus vieille. Ouf.

Voilà, mes impressions, qui ne manqueront pas de surprendre, peut-être, les habitués des festivaux -ls  :

Ce qui m'a fortement intriguée :


Recevoir des coups sur la tête bien inoffensifs au milieu d'un concert par de très très joyeux lurons, la bière reçue sur mes pantalons, le vomi arrivé subitement sur les chaussures de mon fils (il était au mauvais endroit au mauvais moment), les préservatifs aériens, le soutien-gorges atterrissant sur la scène et restant suspendu le restant du concert au pied du micro (c'était pas les miens, de soutien-gorges et de micro),  le snifage malgré nous de fumée de toutes sortes surtout celle pas vraiment permise par la loi n'est-ce-point, la chaussure à haut talon abandonnée toute seule au milieu du chemin, les jeunes vomissant dans les poubelles à 22h déjà, les litres d'alcool vendus et bus, les regards des gens pas si heureux que ça malgré ce festival qu'ils attendaient avec impatience.

Nous avons eu droit aussi à des cours gratuits que je n'avais pas demandé : comment rouler des pétards par terre au calme ou dans une foule en délire (jvous dis pas comme ça me démangeait là de lui faire une tape au dos de la main quand il était supra concentré pour préparé son joint, bousculé par les gens autour de lui. Fiston 1er, plein d'une sagesse digne de sa mère que je suis, qui l'avait perdue juste 1/4 de seconde, m'en a dissuadé en me disant que je risquais de me faire taper... Après réflexion je me suis dit que c'était clairement possible qu'il n'ait pas le même sens de l'humour que moi. C'est vrai. Le monsieur est devenu inoffensif peu après, dormant à moitié mais réussissant par je ne sais quel tour de force, à s'en refaire un quelque temps plus tard ! Moui. Epatée je fus.). J'ai aussi suivi des yeux quelqu'un qui transportait sur un mini plateau 8 bières, dans la même foule, zigzaguant entre les danseurs de toutes sortes sans renverser une goutte... et moi qui imaginait déjà la catastrophe... doué, va.



Je ne savais plus où regarder à travers les effluves de fumée : toutes sortes de gens, d'âge, de style différents. Du rappeur aux "woodstoquiens", bien vieux ceux-là. En passant par des rastas et des gens comme ma family. Quand même. Un bébé de quelques mois (dans ce bruit !!!). Des enfants de moins de dix ans qui avaient l'air de s'ennuyer ferme.

Après un concert.  
Ah oui. Accessoirement il y avait de la musique. De tous styles. Pour vieux pour jeunes. Mais surtout pas de classique. Fort fort la musique. Incompréhensible ce que les artistes racontaient au micro, même en français. Moi qui aime comprendre les paroles. Ce qu'on m'dit. C'était frustrant. Bon. J'ai tout de même apprécié beaucoup un groupe que manana 1ère aime bien. Contre toute attente. Justement le groupe du soutien-gorges. Bon. On a dansé, on a rigolé, on a crié pour se raconter des trucs et de temps en temps on se bouchait le nez pour garder notre esprit le plus clair possible, à l'abri des brumes qui nous encerclaient... 

Mais alors, est-ce que j'ai apprécié cette soirée, hein, devez-vous vous demander vous ? Oui, pour deux choses : 

1. la découverte d'une autre culture, d'un monde à part. Sans prendre l'avion. Intéressant. 
2. les bons moments de franche rigolade en famille. Rigolo. Ben ouais.


Est-ce que j'y retournerai ? C'est possible. Mais j'irai cette fois non pour observer la culture presque inconnue de moi mais pour écouter un groupe que j'aime tout en observant à nouveau cette culture presque inconnue de moi


Je pourrais aussi aller pour faire de la prévention. Tiens. Parce que ces jeunes, je les aime. Moi. Et c'est vrai que je ne vois pas l'intérêt à devoir endormir nos facultés pour arriver à faire la fête. Ou peut-être qu'ils croulent sous les difficultés, sous l'angoisse. Ou bien veulent-ils juste bien rigoler. Et vomir et être malade après. Mouais. Et après se souvenir de rien. Top. Bref, je ne comprends pas tout cet alcool. Et le reste.


C'est ici la journée que l'Eternel a faite, vivons-la dans la joie, exultons d'allégresse !

Psaume 118 : 24

Avec Dieu, je peux me réjouir chaque jour, c'est un effort à faire, c'est sûr. J'ai besoin de Son aide ! Mais sachant qu'Il tient tout dans Sa main : notre monde, ma vie, c'est plus facile. Ma confiance en Lui apporte la Paix en moi : ça enlève mes peurs quand je pense à l'avenir : Quelqu'un de plus grand que moi gère ce que je ne peux gérer, et comme il y aura forcément des moments difficiles dans ma vie, je sais qu'Il me donnera de la force pour les traverser.
Et pis en plus, je peux rire, m'amuser... Il aime nous voir heureux ! Il ne nous interdit pas de faire la fête, Il y met juste un cadre. Que nous restions maître de nous-mêmes. Pour notre bien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …