Accéder au contenu principal

J'étais à un festival.

Voilà. C'était le moment à mon âge. Une première. Les concerts, j'en ai fait pas mal. Mais pas de festival. J'ai donc embarqué mari, fiston 1er, manana 1ère et une de ses amies sous le bras, sans réticence aucune de leur part. J'voulais voir ça.

Et ça a bien commencé. J'étais pas la plus vieille. Ouf.

Voilà, mes impressions, qui ne manqueront pas de surprendre, peut-être, les habitués des festivaux -ls  :

Ce qui m'a fortement intriguée :


Recevoir des coups sur la tête bien inoffensifs au milieu d'un concert par de très très joyeux lurons, la bière reçue sur mes pantalons, le vomi arrivé subitement sur les chaussures de mon fils (il était au mauvais endroit au mauvais moment), les préservatifs aériens, le soutien-gorges atterrissant sur la scène et restant suspendu le restant du concert au pied du micro (c'était pas les miens, de soutien-gorges et de micro),  le snifage malgré nous de fumée de toutes sortes surtout celle pas vraiment permise par la loi n'est-ce-point, la chaussure à haut talon abandonnée toute seule au milieu du chemin, les jeunes vomissant dans les poubelles à 22h déjà, les litres d'alcool vendus et bus, les regards des gens pas si heureux que ça malgré ce festival qu'ils attendaient avec impatience.

Nous avons eu droit aussi à des cours gratuits que je n'avais pas demandé : comment rouler des pétards par terre au calme ou dans une foule en délire (jvous dis pas comme ça me démangeait là de lui faire une tape au dos de la main quand il était supra concentré pour préparé son joint, bousculé par les gens autour de lui. Fiston 1er, plein d'une sagesse digne de sa mère que je suis, qui l'avait perdue juste 1/4 de seconde, m'en a dissuadé en me disant que je risquais de me faire taper... Après réflexion je me suis dit que c'était clairement possible qu'il n'ait pas le même sens de l'humour que moi. C'est vrai. Le monsieur est devenu inoffensif peu après, dormant à moitié mais réussissant par je ne sais quel tour de force, à s'en refaire un quelque temps plus tard ! Moui. Epatée je fus.). J'ai aussi suivi des yeux quelqu'un qui transportait sur un mini plateau 8 bières, dans la même foule, zigzaguant entre les danseurs de toutes sortes sans renverser une goutte... et moi qui imaginait déjà la catastrophe... doué, va.



Je ne savais plus où regarder à travers les effluves de fumée : toutes sortes de gens, d'âge, de style différents. Du rappeur aux "woodstoquiens", bien vieux ceux-là. En passant par des rastas et des gens comme ma family. Quand même. Un bébé de quelques mois (dans ce bruit !!!). Des enfants de moins de dix ans qui avaient l'air de s'ennuyer ferme.

Après un concert.  
Ah oui. Accessoirement il y avait de la musique. De tous styles. Pour vieux pour jeunes. Mais surtout pas de classique. Fort fort la musique. Incompréhensible ce que les artistes racontaient au micro, même en français. Moi qui aime comprendre les paroles. Ce qu'on m'dit. C'était frustrant. Bon. J'ai tout de même apprécié beaucoup un groupe que manana 1ère aime bien. Contre toute attente. Justement le groupe du soutien-gorges. Bon. On a dansé, on a rigolé, on a crié pour se raconter des trucs et de temps en temps on se bouchait le nez pour garder notre esprit le plus clair possible, à l'abri des brumes qui nous encerclaient... 

Mais alors, est-ce que j'ai apprécié cette soirée, hein, devez-vous vous demander vous ? Oui, pour deux choses : 

1. la découverte d'une autre culture, d'un monde à part. Sans prendre l'avion. Intéressant. 
2. les bons moments de franche rigolade en famille. Rigolo. Ben ouais.


Est-ce que j'y retournerai ? C'est possible. Mais j'irai cette fois non pour observer la culture presque inconnue de moi mais pour écouter un groupe que j'aime tout en observant à nouveau cette culture presque inconnue de moi


Je pourrais aussi aller pour faire de la prévention. Tiens. Parce que ces jeunes, je les aime. Moi. Et c'est vrai que je ne vois pas l'intérêt à devoir endormir nos facultés pour arriver à faire la fête. Ou peut-être qu'ils croulent sous les difficultés, sous l'angoisse. Ou bien veulent-ils juste bien rigoler. Et vomir et être malade après. Mouais. Et après se souvenir de rien. Top. Bref, je ne comprends pas tout cet alcool. Et le reste.


C'est ici la journée que l'Eternel a faite, vivons-la dans la joie, exultons d'allégresse !

Psaume 118 : 24

Avec Dieu, je peux me réjouir chaque jour, c'est un effort à faire, c'est sûr. J'ai besoin de Son aide ! Mais sachant qu'Il tient tout dans Sa main : notre monde, ma vie, c'est plus facile. Ma confiance en Lui apporte la Paix en moi : ça enlève mes peurs quand je pense à l'avenir : Quelqu'un de plus grand que moi gère ce que je ne peux gérer, et comme il y aura forcément des moments difficiles dans ma vie, je sais qu'Il me donnera de la force pour les traverser.
Et pis en plus, je peux rire, m'amuser... Il aime nous voir heureux ! Il ne nous interdit pas de faire la fête, Il y met juste un cadre. Que nous restions maître de nous-mêmes. Pour notre bien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un héros chez moi

J'ai un héros chez moi.
Qui m'a déjà sauvé la vie tant de fois. Encore et encore.
Qui arrive en courant à chaque cri. A chacun de mes appels à l'aide.
En roulant les mécaniques. Sûr qu'il va pouvoir, encore une fois, me sortir de la terreur.

Il est vrai que j'ai quelques "serial killer" chez moi : je retrouve dans mon jardin, des corps vivants amochés, des cadavres, ou des morceaux de cadavres plus ou moins vieux, plus ou moins odorants, plus ou moins jolis à voir. Musaraignes, mulots, chauve-souris, grenouilles, oiseaux... Merci Chatnana et Chatmec. C'est pas drôle et ça fait mal au coeur.  J'ai même retrouvé un dinosaure se délectant d'une tête de souris. J'ai parlé de ma tortue. Dégueu.

Non, je n'ai pas peur de ces "serial killer". Ils sont même plutôt sympas, même s'ils ont tendance à miauler pour rien et à ne pas comprendre qu'ils n'ont pas besoin de pleurnicher derrière la fenêtre pour rentrer si la porte à …

Monotone.

Ben ça n'a pas duré. J'ai écrit le texte ci-dessous fin août. J'ai hésité à le publier. C'était trop beau pour être vrai. Rien. Plat. Alors faut pas que je me plaigne à présent si cette période a duré à peine deux semaines. Depuis lors, nouvel engagement de bénévolat qui me booste, et différents soucis qui nous sont tombés d'ssus. Haha. La vie quoi. Mais je vous laisse avec mon texte d'un autre temps... :
Monotone. Ne trouvez-vous pas que parfois la vie est monotone ? Une période de la vie houleuse s’en est allée. Les vacances tant attendues sont derrière. Certains soucis importants deviennent tout mignons ou on a enfin réussi à les lâcher et à s'exclamer avec confiance : - Seigneur occupe-t-en ! Tu fais mieux que moi ! La vie reprend, avec son train-train quotidien : se lever, réfléchir aux courses, faire les repas, les lessives, aller chaque dimanche au culte, essayer de prendre un moment chaque matin pour son culte personnel, s’occuper du jardin qui pousse to…

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi.
Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et précieuse tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines...
Que ma vie, que nos vies ont totalem…