La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


jeudi 5 novembre 2015

Il y a des jours comme ça...

Il y a des jours comme ça, où on se pose pas mal de questions sur son état mental. Pas sur celui de l'autre, mais sur le sien.  J'en rigole, un peu, avec une pointe d'inquiétude.
Voyez plutôt :

L'autre jour, dans mon supermarché préféré, je remplis, comme d'hab, mon caddie, tout en zieutant du coin de l'oeil les décos de Noël -seulement pour essayer de me faire à l'idée que c'est déjà le mois prochain, je vous assure-, puis en me focalisant sur les actions, ... comme d'hab, quoi. Et le caddie se rempli au rythme de mes trouvailles, au rythme de ma liste aussi. 
Pour mieux virevolter dans les étalages, je laisse un instant mon caddie quelque part -en lui expliquant bien que je veux le retrouver à sa place-, cherche quelques menus choses oubliées, puis je repars, caddie en main, ohhh, c'est vrai, encore ça, on en a plus, et du pain, et du fromage, et encore ci... machinalement j'entasse. Comme d'hab.
Mon regard tout à coup se pose sur le contenu du caddie. A la surface, je reconnais. Dessous, non. Oohhhhh, non.... ça faisait longtemps que ça ne m'était arrivé (au moins 6 mois ! Oui, bon.), j'ai ramassé le caddie de quelqu'un d'autre ! Et ça fait un moment en plus, vu les 4-5 choses que j'ai rajoutée dedans !
Je soupire, mal à l'aise, puis je regarde autour de moi, et vois assez rapidement un couple de retraîtés qui cherche quelque chose... Ils ne virevoltent pas mais se déplacent en sautillant, le nez en l'air et la tête qui tourne sur elle-même, telle celle d'un hibou... C'est eux. Deux contre une. Moi. 
Bon. Allons-y. Courage. Je m'approche. 
- A tout hasard, est-ce que vous cherchez votre caddie ? 
Ils ouvrent de grands yeux surpris et la réponse ne tarde pas (elle vient presque avant ma question) :
- Oui oui.  
Je suis contrite, désolée, le monsieur trouve ça très rigolo, la dame moins, et moi je suis dans mes tous petits souliers (du 40, c'est petit ??)... Je retrouve mon caddie où je ne me souvenais plus l'avoir laissé, transfère les quelques articles, leur demande si il reconnaisse le contenu de leur caddie, pas qu'ils paient encore mes achats... (en même temps ça aurait été sympa de leur part). Je rigole avec le mari. La femme sourit imperceptiblement. 
Après la caisse, c'est avec eux encore que je voyage dans l'ascenseur jusqu'au garage, tout serrés serrés avec nos précieux caddies que nous n'avons pas lâchés, ni l'un ni l'autre (je leur ai conseillé de faire ainsi pour éliminer tout risque de récidive de ma part...). Je me suis fait un nouveau copain, sa femme m'a expliqué un peu son aventure de recherche de caddie volé par moi, puis on a rigolé. Les trois. Et on s'est quitté avec des petits signes de la main et des sourires. Bon, ils auront une histoire à raconter. Eux aussi. 

L'autre c'était hier. A la maison. Juste avant de partir au boulot. Pffff. Du dimanche soir au mercredi vers 13h15, l'ordinateur qu'utilise Fiston 2e est sous clé, dans un coffre, cadenassé (non non on ne l'a pas entouré de chaînes, le cadenas suffit). Seule solution qu'on ait trouvé pour qu'il ne soit pas toujours en train de jouer et qu'il se concentre sur ses devoirs au moins en début de semaine. Bref. Cela marche très bien. Sauf que hier, j'ai sorti le clé de sa cachette à l'avance, l'ai mise sur mon bureau (je m'en souviens très bien), pour la mettre sur les escaliers en prévision d'ouvrir ce coffre (je ne me souviens plus si je l'ai vraiment fait). A l'heure H, environ 30 minutes après que je l'ai eue dans mes mains, lorsque Fiston me la réclame, je m'exclame : 
- Pas de souci, j'y ai pensé qu'est-ce que tu crois, elle est sur les escaliers. Tu as une maman formidable qui pense à tout. 
Elle n'était pas sur les escaliers. Ni ailleurs, que ça soit dans la poubelle, dans le lave-vaisselle, dans mes poches, sous les toilettes (!), dans les boites que je ne touche jamais, dans mon sac à main, sous la table à manger, dans mon estomac, sous les coussins du salon, dans l'auge du chat, vers notre four à raclette, NULLE PART !!! Mon fils s'est fâché (mais étonnamment pas tant que ça vu les circonstances..., après coup je l'ai même félicité de son attitude qui est restée sympa !) et a commencé de tout retourner, moi j'étais mal : 
1. car Fiston 2e est chaque fois super content de pouvoir enfin jouer le mercredi après-midi et que c'est en plus son ordi tout neuf de moins d'une semaine qu'il s'est acheté avec ses sous durement économisés en vendant des oeufs, en tondant le gazon et aussi en repassant (mais là, du progrès reste à faire)
2. parce que ma mémoire ne me rappelait pas où j'avais posé cette &%ç/*"&% de clé ! J'ai eu beau lancer des demandes vers le ciel (Lui, Il sait où elle est !!!)... niet.
J'ai dû partir bosser. Mon esprit tournait à toute vitesse, sans rien sortir comme solution, ma collègue a tenté de m'aider en me posant des questions, niet. Je téléphone à mon fils pour qu'il contacte mon beau-père qui doit bien avoir un truc pour faire exploser le coffre  pour casser ce cadenas. Mon  p'tit der s'apprêtait à percer le cadenas avec une perceuse ! Je lui ai expressément recommandé de ne pas faire ça (m'imaginant le métal giclant et le rendant aveugle !).  
Grand-père malheureusement pas dispo.
Mon fils, qui est très débrouille (je le réalise de plus en plus !) et qui aime chercher des solutions (surtout quand il y a un beau susucre au bout),  après avoir essayé de scier le cadenas et réussi à se blesser,  va  dans la maison voisine demander s'ils ont un outil quelconque, mais la voisine demande à l'ouvrier qui est sur son toit, en train de changer une fenêtre, s'il n'aurait pas une solution !!! Le gars lui répond qu'il peut venir meuler le cadenas....
Il descend du toit, vient chez nous, ils sortent ma caisse, et le cadenas est meulé. 
Il a dit à mon fils qu'il avait l'impression de faire un casse.
Et Fiston 2e est fabuleux, il lui a juste expliqué qu'on ne retrouvait plus la clé, pas de détails. Ouf.

Et p'tit der est heureux.
Et mon coffre est entier.
Et la clé n'est toujours pas retrouvée. Elle s'est réellement volatilisée !!! 
Par contre, est-ce que vous avez une solution pour mon cerveau ?
Dites-moi que je ne suis pas la seule à qui ça arrive (à mon âge donc)!
Merci.

Le p'tit mot spi :

J'oublie, tu oublies, il oublie...
Mais Dieu se souvient !
Oui, même si on a l'impression qu'il nous a oublié parce que ça ne marche pas comme nous l'aimerions dans nos vies, sache que TOUT est dans Sa main. 
Le verset suivant était le préféré de Manana 1ère quand elle était petite... je me suis souvent demandé si elle craignait que... je l'oublie !!!
"Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? N'a-t-elle pas compassion du fils qui est sorti de son ventre ? Même si elle l'oubliait, moi (Dieu) je ne t'oublierai jamais."
Esaïe 49 : 15

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire