Accéder au contenu principal

Quel monde laissons-nous à nos enfants ?

Voilà la question qui nous tient aux tripes, à nous, parents d’Europe, depuis 1 semaine.
Déjà avant, parfois, cette question nous venait à l’esprit. Déjà avant.
 Mais depuis cet horrible vendredi, cette question nous hante. Oui, l’horreur peut arriver vers chez moi, peut toucher ma famille, mes amis, moi-même.
D’un coup, la peur monte en nous. Ceux qui clament haut et fort « Même pas peur », je ne les crois tout simplement pas. Comment ne pas avoir peur de l’horreur qui peut survenir n’importe où, n’importe quand, à n'importe qui ? En quoi, en qui, ont-ils confiance pour proclamer « Même pas peur ? ».
Peut-être encore se disent-ils  que c’est seulement pour les autres ? Ou ont-ils foi en l’humain ? Mais l’humain est capable de tout ! Alors ils ne peuvent qu’avoir foi en quelqu’un de plus grand qu’eux ?!?
Voilà que les habitants d’un pays laïc, clament haut et fort depuis lors de prier. Incroyable. Ceux à qui il ne fallait souvent même pas parler de Dieu avant vendredi, ceux-là même réalisent qu’il n’y a plus que « ça » comme solution. Une aide plus puissante que nous.
Les humains réalisent tout à coup leurs petitesses, leurs faiblesses, leurs limites et que la vie n’est juste pas éternelle. Et c'est pas agréable du tout.
Les nouvelles, les témoignages de ce fameux vendredi nous assaillent. Nous écrasent.
Qui, de normalement constitué, n’aurait pas peur du mal personnifié ? En tout cas pas moi.

Espoir. Où est passé l’espoir dans un monde meilleur ? Espoir, doux nom, qui devient vintage depuis quelques jours, un mot à chercher dans les brocantes.
Et la confiance, confiance dans la vie, dans l’avenir, où est-elle ?

Nous pleurons, nous pleurons avec les familles, les amis,  avec ceux qui ont vécus ces horreurs et qui ne pourront plus jamais vivre la joie au cœur. Nous pleurons sur notre monde.
Nous, les bien pensants qui ne voulaient même pas accueillir les humains, nos prochains, qui fuient leur pays,… Nous oublions, avec l’horreur à nos portes, nous oublions qu’eux vivent ça au quotidien depuis des années. Nous oublions que la guerre est le quotidien de millions de personnes.
Nous oublions que tant de parents de par le monde sont obsédés par cette même question depuis tant d’années : « Quel monde laissons-nous à nos enfants ? ».
Et maintenant c’est près de chez nous. Tout près.

Nous nous laissons aller au pessimisme ambiant… Même la météo s’y met. Elle pleure de toutes ses larmes depuis longtemps retenues.


STOP.
Ne perds pas l’occasion de voir quelque chose de beau. La beauté, c’est la signature de Dieu.
Charles Kingsley

Détournez vos yeux de tout ce qui ne va pas sur cette terre. Efforcez-vous de regarder ailleurs.
Ecoutez la joie d’un enfant.
Savourez la chaleur de la flamme d’une bougie.
Emerveillez-vous de l’amour d’une maman.
Observez ces amies qui rigolent ensemble autour d’un café.
Regardez la compassion des gens pour ceux qui souffrent.
Admirez ce papa qui fait patiemment les devoirs avec ses enfants.
…cette vieille grand-maman aux yeux pétillants de vie.
Contemplez ce chat qui dort paisiblement.
…cette décoration d’automne colorée dans la grisaille
Ecoutez cette douce mélodie qui met un baume au cœur.
Observez que la majeure partie des humains ne tend qu’à la paix, l’amour, la joie, …

Je peux vous assurer que si le mal supplantait le bien, le monde ne serait plus depuis longtemps. Oui, Dieu le Créateur a tout sous contrôle. Il a la mainmise sur les événements passés, présents et futurs.
Je sais que certains sont en rogne contre ce Dieu qui permet des horreurs. Mais n’oubliez pas que Dieu nous laisse libres, Il ne veut pas de robots, il veut des humains qui choisissent qui ils veulent servir.
Comme nous, parents, qui avons quelques années pour conduire nos si doux chérubins notre descendance sur le chemin de la vie… après, ils sont libres d’agir comme ils le veulent. Nous pourrions les enfermer dans une pièce à double tour. Nous pourrions les tenir en laisse. Mais non, nous voulons pour eux la liberté. La liberté de choix. Comme Dieu le veut pour nous. Mais comme Lui, nous voulons le meilleur pour nos enfants, nous prions, qu’ils choisissent le bon côté. Et ce n’est pas toujours simple ! Nous souffrons quand ils font les mauvais choix. Comme Dieu souffre de toutes les horreurs sur cette terre, je peux vous l’assurer. Il ne nous a pas créé pour cela !!!!

Comme Lui, nos enfants, nous les faisons pour la VIE, et non pour la MORT.
Une pensée ici, pour les parents totalement désespérés, dont les enfants ont été responsables des pires atrocités, l’horreur absolue. Prions pour eux.

Oui, nous sommes faits à l’image de Dieu !
Nous aspirons au fin fond de nous à Ses qualités ! Nous aspirons tous à un paradis sur Terre !

Nous mourrons tous un jour. Nous ne savons juste pas comment, où, quand. Ce qui est sûr c’est que ce sera notre moment. Le moment M.
Jusque là, notre rôle est d’aimer notre prochain quel qu’il soit, de pardonner, d’être joyeux, de montrer l’exemple à nos enfants. En donnant de nous pour la paix, en partageant notre espoir. Dans nos familles d’abord, puis au travail, dans notre quartier, dans notre ville. C’est là que ça commence.

Prions.
Oui, prions pour le monde.
Mais d’abord prions notre Dieu-Sauveur-Créateur. Acceptons-le dans nos vies. Nous avons besoin de Son aide. Car nous aussi nous sommes capables du pire. Comme du meilleur.

Quel monde laissons-nous à nos enfants ?
Un monde où ils peuvent donner l’espoir, faire la différence. A eux de faire les bons choix. L’espoir est là, non seulement pour ce monde, mais surtout pour après, si ils prennent la décision de Le suivre.
Prions pour nos enfants.


Le p’tit mot spi qui vient directement de la Bible :

Vous, frères et sœurs, vous avez été appelés à la liberté, mais cette liberté ne doit pas être une excuse pour vos désirs mauvais ! Au contraire, mettez-vous au service les uns des autres avec amour. Toute la loi de Moïse est contenue dans un seul commandement : « Tu dois aimer ton prochain comme toi-même. » Mais si vous vous mordez et si vous vous blessez les uns les autres, attention, vous allez vous détruire ! C’est pourquoi je dis : laissez l’Esprit Saint conduire votre vie, ainsi vous ne suivrez pas vos désirs mauvais. Ces désirs mauvais luttent contre l’Esprit Saint, et l’Esprit Saint lutte contre ces désirs. Entre eux, c’est la guerre, et le résultat, c’est que vous n’arrivez pas à faire ce que vous voulez. Mais si l’Esprit Saint vous conduit, vous ne dépendez plus de la loi.
Ce que les désirs mauvais produisent, on le voit bien : ils mènent une vie immorale et mauvaise, ils se conduisent n’importe comment. Ils adorent les faux dieux, ils pratiquent la sorcellerie. Ils détestent les autres, ils se disputent, ils sont jaloux. Ils se mettent en colère, ils cherchent à passer devant tout le monde, ils se divisent en partis et en groupes opposés. Ils veulent ce que les autres possèdent, ils boivent trop, ils mangent trop et ils font encore bien d’autres choses semblables. Je vous avertis et je l’ai déjà dit : ceux qui font ces choses-là n’auront pas de place dans le Royaume de Dieu.
Au contraire, voici ce que l’Esprit Saint produit : amour, joie, paix, patience, bonté, service, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi. La loi n’est sûrement pas contre ces choses-là. Ceux qui appartiennent au Christ Jésus ont cloué sur la croix les désirs mauvais qui les entraînaient. Puisque l’Esprit Saint nous fait vivre, laissons-nous conduire par cet Esprit.
Galates 5 : 13- 25 ici

Eh bien, aussi vrai que je suis vivant, voici ce que je vous déclare, moi, le Seigneur Dieu : La mort des gens mauvais ne me fait pas plaisir. Ce que je veux, c’est qu’ils changent leurs façons de faire et qu’ils vivent. Je vous en prie, abandonnez vos habitudes mauvaises.
Ezéchiel 33 : 11 ici

Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit!
Romain 15 : 13 ici

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Première lettre à Cunégonde

Ma chère Cunégonde,
Te souviens-tu de la dernière fois où on s'est vues toutes les deux ? C'était à la gare, j'ai juste eu le temps de de te donner un peu des nouvelles de ma famille... tu as failli te coincer la robe dans la porte du train qui se refermait en t'y enfilant à la dernière seconde !
Honte à moi, et j'espère que tu ne m'en veux pas trop, voilà presque une année et demie que je ne t'ai donné de mes nouvelles !!!
Bon, en même temps, tu aurais pu m'en donner aussi.... en fait, comment vas-tu ? Toujours adepte des robes moyenâgeuses et du train ? J'ai l'impression pour ma part, que ta vie est bien calme à côté de la mienne... en as-tu même une, à part lorsque je te rencontre ? Veux-tu un jour m'en parler un peu plus ?
Bref, en attendant...
Oui ! Fiston 1er s'est marié l'année passée, à la fin de l'été, avec une jolie jeune fille appelée Bellenana 1ère. Ce fut une belle fête, après beaucoup de préparatifs stressants ! A …