Accéder au contenu principal

Je suis une rareté !

Et ça devrait être une merveilleuse nouvelle gratifiante... cela a été plutôt un p'tit choc. Oui, s'il y a une chose que j'ai vraiment réalisé durant ces vacances, c'est que je suis une denrée... rare. Enfin, jusqu'à il y a 1-2 ans, ça ne me gênait pas le moins du monde. Du tout. Mais plus mes enfants grandissent, plus j'approche de la quarantaine, plus j'ai l'impression qu'ils ont leur vie à eux et que je suis surtout là pour l'intendance de la maison (!), plus c'est un besoin pour moi d'avoir aussi ma vie à moi en dehors de mon foyer... et ça s'appelle peut-être la crise de la quarantaine... ;) 
Voilà de + en + souvent ce que j'ai l'impression d'être...  !
1. Bon... tout d'abord un article lu dans un magazine suisse... a ouvert mes yeux sur mon état de mère exceptionnelle ! "En Suisse, 1 femme sur 5 est mère au foyer à plein temps". Quoi ? Je fais partie des 20% de mères qui n'ont AUCUN travail rémunéré ?
C'est-à-dire, que d'après ce magazine, nous vivons, mon mari et moi, selon  "le modèle marital des années 50, qui place les époux dans un rapport d'échange (l'époux assure les ressources financières, l'épouse les ressources familiales)". Bref, si j'ai bien compris, nous sommes des "retardés" de + de 60 ans !?!
Le titre de cet article, en plus, est "Travail au foyer : attention, danger !" No comment. Bon, je peux déjà être contente qu'ils appellent notre présence au foyer "travail" !
Du coup ça m'a fait réfléchir, et j'ai fait le compte de mes amies qui n'ont pas de travail rémunéré... et oui, les doigts d'une main suffisent amplement pour en faire le compte.
2. J'ai fait connaissance avec de nouvelles familles helvétiques cet été et oui.... aucune, je dis bien aucune des femmes rencontrées étaient une rareté comme moi.
3. J'ai revu des p'tites cousines françaises que je n'avais plus vues depuis... plus de 10 ans, toutes mamans et... personne n'était autant exceptionnelle que moi.

BREF, toutes ont un travail rémunéré, et pour beaucoup des pourcentages de plus de 50%...
Et figurez-vous que leurs enfants sont... NOR-MAUX ! Mais oui !  
Enfin, vous qui me lisez, pour la plupart vous n'êtes  pas une rareté, alors vous le saviez !!!
Mais moi, je suis une exception, et je n'ai plus trop envie de l'être.
Mais je sais aussi, ayant fait quelques remplacements de 30-40% pendant plusieurs mois les 2 dernières années, que travailler ben... c'est pas de tout repos. Il faut s'or-ga-ni-ser. Mais, avoir son salaire, sentir que son travail est apprécié, ça fait du bien.
A la maison, nos chers enfants trouvent tellement NORMAL que je m'occupe de tout leur petit confort... gratis, et toujours dans la bonne humeur, bien sûr.(Evident, car je suis exceptionnelle ! Uhm !)
Je trouve aussi, vu leur âge, que c'est le moment que je sois un peu moins sur leur dos, que je les responsabilise un peu plus, qu'ils aident aussi un peu plus dans le ménage... ils aident déjà, et toujours avec joie et empressement bien sûr (vu qu'ils ont une mère exceptionnelle !) mais c'est vrai qu'ayant le temps, je ne leur demande pas énormément.
Bon, pour ceux qui ne me connaissent pas, ces plus de 10 ans au foyer, n'étaient pas que tourné sur ma famille. Je fais partie d'un groupe d'étude de la Bible, je suis monitrice d'école du dimanche, hôtesse à des rencontres de dames, je fais partie d'un comité d'une mission. Bref, je vois quand même du monde et je ne m'ennuie pas à la maison... (quoique toujours un peu plus quand même !). 
Mais là, j'ai envie de passer à autre chose, j'ai envie de voir d'autres têtes, j'ai aussi envie de contribuer aussi sur le plan financier, et d'apprendre avant que mes cellules grises soient totalement hors-circuit... s'il n'est pas déjà trop tard !;)
Conclusion : Dans cet article (que franchement je ne trouve pas exceptionnel mais du coup il m'inspire quand même !), il parle du travail  dit "non productif"... Attention à sa signification il pourrait éventuellement vous mettre en rage : c'est-à-dire les tâches ménagères, le bénévolat, l'éducation des enfants...
Tout ce que je fais depuis 15 ans est non-productif... LA BAFFE ! 
Pourtant il me semble que conduire avec toute l'énergie que j'ai (ou pas !) mes enfants sur la voie d'êtres adultes responsables et si possible bien dans leurs baskets, ça ne peut aucunement s'appeler travail non-productif ! Non ?  (Dans notre monde, cela s'appelle productif, seulement s'il y a une histoire d'argent derrière...  c'est fou tout d'même.)
Mais ils avouent quand même (!) que ce n'est pas forcément tout rose de travailler : Or le travail hors de la sphère privée n'est pas forcément émancipateur ... on devrait se demander en parallèle dans quelle mesure celui-ci ne renvoie pas également à une forme d'aliénation.
Bon, en attendant que je trouve une activité rémunérée qui me plaît (pas plus de 40%) et qui ne m'aliène pas (!), qui convient au mieux à notre famille, il faut vraiment que je me souvienne que c'est malgré tout un privilège de pouvoir rester à la maison, il faut que je profite de cet état d'être une rareté exceptionnelle (!). J'ai de la chance de pouvoir m'organiser comme je veux et d'être en général dispo pour mes enfants...
Je suis convaincue que c'était le meilleur choix pour nous que je reste à la maison jusqu'à maintenant, je ne regretterai jamais cela, c'était une évidence pour moi.
 Mais voilà, la dure réalité est qu'après 15 ans d'arrêt presque total, il va falloir lutter pour retrouver du travail ! 
Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai des cahiers et des livres à recouvrir, des cadeaux d'anniversaire à chercher sur internet, et pourquoi pas un p'tit moment pour lire mon roman ? 
C'est pas bô la vie de mère au foyer  ?

Commentaires

Evi a dit…
Chère Sarah! Je dirais même que en plus d'être exceptionnelle tu dois être super-qualifiée et hyper-expérimentée en la matière. Moi je n'y connais rien dans le domaine, car lorsque je suis une fois pendant deux ou trois jours(que) au foyer, je tourne en rond et ne sais absolument pas comment m'y prendre au point que je me réjouisse de retourner au travail et de retrouver mon organisation habituelle. N'importe quoi, je te dis, même le diner n'est pas prêt à l'heure! Si je devais toutefois arrêter de travailler un jour, je viendrai prendre un cours pour "mère au foyer" chez toi :D
evalor a dit…
Jouis ma chère fille encore et encore de ces moments privilégiés de mère au foyer... juisqu'à ce que tu trouves vraiment un travail qui te passionne! Tu es unique ma fille et je t'aime!
En tous les cas, je ne regrette pas d'avoir été à la maison pour ma famille!
Bisous et merci pour tes articles, c'est vraiment super!
Allison a dit…
Et après avoir lu tout ce récit je peux que dire ... bienvenue au club de la crise des 40...on est nombreuse!
Fab a dit…
Ben, en tout cas, j'aimerais dire et confirmer ici que ton travail de mère au foyer porte ses fruits: j'ai trouvé tes enfants merveilleux, ouverts, équilibrés, porteurs en eux de ces fondations solides, cimentées dans l'amour et l'assurance que quelqu'un a été là pour eux, pour les accueillir, les écouter et les faire "pousser" droit dans la vie...parole d'enseignante qui voit passer toutes sortes d'enfants et de milieux familiaux....(oui, je sais ,il ne faut pas schématiser ni généraliser, ce serait trop simple...mais quand même). Chère Sarah, je te souhaite de trouver ton équilibre dans cette étape de vie où tu ressens le besoin de t'épanouir pour toi, avec un travail extérieur qui sera du sur-mesure, le moment venu!! Bisous tout plein...;-)

Posts les plus consultés de ce blog

Un weekend épuisant

Ma chère Cunégonde !
Oh, je n'y croyais plus. Je commençais même à douter de t'avoir réellement croisée un jour. Parfois ma mémoire me joue des tours... mais oui, ta lettre m'a confirmé non seulement que tu existes mais aussi que je n'ai pas complètement perdu la tête ! Quel soulagement !
Oui, je suis grand-mère ! Mon changement de statut s'est fait il y a 10 jours, mais non sans mal ! Ah oui, ça a été bien compliqué, éprouvant pour mes nerfs... Ahhh, je ne sais que te dire, mais parfois je regrette un peu mon époque (ouhhhh là, première symptôme de mon état vieillissant) sans smartphone, sans infos à la seconde. Bref.
Je vais te narrer en grande ligne, pour ne pas te prendre trop de ton temps (j'ai bien compris que tu n'avais pas que moi à penser), ce weekend qui m'a fait changer de statut.

Déjà nous avons eu une chance inouïe : Fiston 1er nous a tenu au courant du déroulement  de l'accouchement durant plus de 24 heures. Depuis le vendredi soir, n…

Bientôt mémé

Ma chère Cunégonde,
J’attends de tes nouvelles et toujours rien. Tu n’as pas trouvé un moment pour m’écrire ? Franchement, là, je ne comprends pas trop. Es-tu encore de ce monde ? Bien que j'exerce ma patience depuis la naissance de ma descendance, c'est pas encore top, je suis du genre stressée qui veut que tout soit fait de suite. Mais je me sermonne quelque peu et je me dis qu'il n'y a probablement pas que moi qui compte dans ton monde. Et je sais que tout le monde ne fonctionne pas comme moi, je l'apprends chaque jour. 
Bref, je t'écris car j'avais besoin d'épancher toutes ces émotions qui tressaillent à l'intérieur de moi... qui tressaillent ? Plutôt qui explosent. Tu te souviens de ce jeu de l'époque de notre jeunesse avec lequel on jouait quand on allait boire un pot : un flipper ? Eh ben j'ai l'impression que plein de ces boules virevoltent en moi. Il suffit que je pense au sujet du moment pour que je sois toute tourneboulée et q…

Un héros chez moi

J'ai un héros chez moi.
Qui m'a déjà sauvé la vie tant de fois. Encore et encore.
Qui arrive en courant à chaque cri. A chacun de mes appels à l'aide.
En roulant les mécaniques. Sûr qu'il va pouvoir, encore une fois, me sortir de la terreur.

Il est vrai que j'ai quelques "serial killer" chez moi : je retrouve dans mon jardin, des corps vivants amochés, des cadavres, ou des morceaux de cadavres plus ou moins vieux, plus ou moins odorants, plus ou moins jolis à voir. Musaraignes, mulots, chauve-souris, grenouilles, oiseaux... Merci Chatnana et Chatmec. C'est pas drôle et ça fait mal au coeur.  J'ai même retrouvé un dinosaure se délectant d'une tête de souris. J'ai parlé de ma tortue. Dégueu.

Non, je n'ai pas peur de ces "serial killer". Ils sont même plutôt sympas, même s'ils ont tendance à miauler pour rien et à ne pas comprendre qu'ils n'ont pas besoin de pleurnicher derrière la fenêtre pour rentrer si la porte à …