Accéder au contenu principal

Les araignées... et moi !

Il y a quelques jours je gardais mes 2 nièces de 2 et 5 ans.... nous faisions une p'tite "cabane" sous un arbre dans notre jardin, et elles n'acceptaient pas le fait qu'il y ait des toiles d'araignées accrochées au branche :"Dans ma cabane, il ne doit PAS y avoir de toiles d'araignées" que la grande me disait avec assurance ! Elles en ont fait des grimaces de toutes sortes en les voyant. Ça m'a fait rire ! Je devine aisément que leur maman ne doit pas aimer trop les araignées non plus.
Et bien moi aussi, j'ai été élevée par une maman anti-arachnide. Ben oui. Brusquement et sans crier gare, des cris fusaient dans notre maison, et on savait en général le pourquoi : une de ses bestioles pleines de pattes traînait quelque part. Si mon papa n'était pas dans les parages, c'est armée de son aspirateur que mon aventurière de maman leur fonçait dessus... (euh, est-ce qu'elles survivent au sac de poussière et ressortent par le tuyau parfois ?) ! Je me souviens qu'une fois, l'araignée en question était tellement grosse, que ma maman a appelé mon papa à la rescousse en hurlant "Je l'entends même marcher !!!". Bon, je devais être un peu sourde, car moi, je n'ai rien entendu. Je me souviens juste qu'elle était noire, poilue, de 4-5 cm de diamètre. Un beau spécimen helvétique quoi !
C'est dans cette ambiance, entre autres (!), que j'ai grandi. Donc, me voilà adulte et... arachnophobique.
Et.... je suis partie en Afrique quelques années, en famille, avec Salomé d'abord, puis Simon bébé. Lors de nos voyages au sud du pays, nous logions dans une maison missionnaire. Les toilettes et la douche étaient là,  dans la "p'tite cabane au fond du jardin" (en hommage à Francis Cabrel, même si on ne pouvait pas appeler ce lieu jardin, mais plutôt "brousse" et que c'était pas au fond, mais au milieu... encore heureux). Et là, il y avait toujours 2-3 superbes spécimens de quasi 10 cm de diamètre, mais un peu plus fins qu'une mygale. Tout d'même. Donc, c'est crispée, sur les toilettes, les yeux fixés sur ces bêbêtes, que... ben voilà. Bref, tant qu'elles ne bougeaient pas, ça allait. La douche était au même endroit. Et à 17h, il fait nuit. Alors nos ablutions se faisaient avec un minimum de lumière. Disons que je m'y douchais rapidement, et que je n'y chantais pas, les yeux fixés sur ses êtres à 8 pattes collés au mur. Souvent, je ne m'essuyais pas les mains à l'essuie-mains près du lavabo, car une était à quelques centimètres. Je me souviens que je regardais avec admiration une missionnaire qui les écrasaient avec son tong, comme ça, sans sourcilier. Mais pour moi IMPOSSIBLE... et si je la loupais, et si elle me sautait dessus ? Bref, je ne pouvais m'imaginer la voir bouger... j'en avais froid dans le dos... j'en sentais presque ses papattes dans mon cou  !
Nous dormions tous dans la même chambre à cet endroit là. Une nuit, Simon a pleuré... Mon mari, en père exemplaire, s'est levé, a prit sa lampe de poche (pas d'autres lumières possible !) et il a poussé un cri : une énorme araignée était sur la  moustiquaire du petit lit de notre fiston. Avec son ombre, elle devait être encore plus impressionnante et elle... bougeait ! ARGGGHH ! Il a dû la mettre hors d'état de nuire avant de voir pourquoi bébé était en pleurs. Encore maintenant, je suis soulagée de n'avoir pas dû faire cette découverte par moi-même.
Bref, depuis notre retour en Suisse il y a 11 ans, je n'ai plus peur des araignées. Ici, elles sont presque toutes choupinettes. C'est tout juste si je ne leur fais pas des Areuhhh ! Je ne les écrase toujours pas, car leur état disons.... pas très joli joli après coup me dégoûte (elles sont plus belles avant). Il paraît aussi qu'elles mangent les moustiques. Pratique. Mais n'exagérons rien, je n'en mangerai JAMAIS ! (Euh... ben ouais, c'est évident pour vous aussi ? OK) Et c'est clair que si elles sont pas mal grandes (comme celle que ma maman entendait marcher), je préfère toujours qu'on les tue (le on c'est mon mari !) ou qu'on la jette dehors. Mais les petites je les prends même dans les mains, les observe. Fière de moi.
Nous avons même eu une araignée domestiquée lorsque, l'année passée durant quelques mois,  Nathan en a nourri une chaque jour. Elle vivait dans sa belle toile, peinard, vers la fenêtre de la chambre de mon fiston (A l'extérieur. Heureusement. Quand même), attendant qu'il veuille bien l'engraisser. Elle a eu des mouches en overdose. Et devint proche de l'obésité. Je devins une de ses fans, quand je l'observais préparant son dîner... Fabuleux. Et vraiment, le hasard serait-il capable de faire pareille merveille ? Le hasarD avec un grand D, oui !
Ma fille est tendue depuis la vue de cette araignée le lendemain de ce post !
 La seule de la famille qui en a horreur, c'est Salomé. Elle ne peut pas dormir s'il y en a une dans sa chambre et, surprise par une de ces bestioles, elle pousse des hurlements de toutes sortes(c'est toujours intéressant d'observer tout ce qui peut exister comme cris)... et appelle son père à la rescousse !
Un p'tit stage en Afrique pour notre fille, ça pourrait lui faire du bien ;)
Et pour mes nièces aussi, tiens !

Commentaires

Allison a dit…
Cette semaine j'en ai combattu plusieurs des immenses araignées chez moi! L'autre soir... paisiblement regardant une série tv, je resaute de voir une IMMENSE courir dans mon salon. C'est minuit mais je crie en haut voix... Kurt sort du lit à moitié endormi et tente de la tuer (je crie à côté mais sans vraiment lui aider), Emily garde l'entrée de sa chambre pour qu'elle ne pénètre pas son lieu saint... voyons! Misère… il y a une après l’autre et je ne dors plus… Kurt non plus puisque je le réveille tout les 20 minutes. C’est bientôt l’Afrique!
Evi a dit…
Je ne pensais pas mettre de commentaire au sujet des araignées, mais ce matin j'ai fait une rencontre tellement surprenante que je dois la partager. En dépliant un nouveau slip tout droit sorti du tiroir, que vois-je là, quelque chose de noir, sans doute un fil d'un autre vêtement, NON, arghhh, une araignée... dans mon slip! Horreur! Le frisson dans le dos quoi, en me remerciant d'avoir eu les yeux déjà bien ouvert. D'orénavant je secouerai chaque matin mon slip avant de le mettre, et surtout les noirs ;)

Posts les plus consultés de ce blog

Voilà un peu plus de deux semaines...

Un peu plus de deux semaines que nous devons "rester à la maison". Sortir le moins possible, juste pour les courses, le travail (si pas possible en télétravail, hein), aider quelqu'un,... Voilà. Et ne pas se retrouver à plus de 5 dans un endroit public à la condition de rester à 2 mètres l'un de l'autre, et à avoir les mains nickel. Propres. Sèches et gercées. Moches quoi.
Et si c'était que les mains ! Les cheveux poussent. Sur toutes les têtes. Mais il n'y a pas de coiffeur. Mon Nommamoi qui y va tous les 3 semaines pour se les couper à 2-3 mm, commence à avoir une coupe en brosse du plus bel effet. Dans mon cas, le plus grand problème sont ces poils du visage qui ne restent pas sagement en quarantaine (ils ont rien compris), ils sortent sans raison valable et je me dois de les exterminer... normalement c'est mon esthéticienne à qui je confie cette lourde et précieuse tâche.  Voilà un peu plus de deux semaines...
Que ma vie, que nos vies ont totalem…

Monotone.

Ben ça n'a pas duré. J'ai écrit le texte ci-dessous fin août. J'ai hésité à le publier. C'était trop beau pour être vrai. Rien. Plat. Alors faut pas que je me plaigne à présent si cette période a duré à peine deux semaines. Depuis lors, nouvel engagement de bénévolat qui me booste, et différents soucis qui nous sont tombés d'ssus. Haha. La vie quoi. Mais je vous laisse avec mon texte d'un autre temps... :
Monotone. Ne trouvez-vous pas que parfois la vie est monotone ? Une période de la vie houleuse s’en est allée. Les vacances tant attendues sont derrière. Certains soucis importants deviennent tout mignons ou on a enfin réussi à les lâcher et à s'exclamer avec confiance : - Seigneur occupe-t-en ! Tu fais mieux que moi ! La vie reprend, avec son train-train quotidien : se lever, réfléchir aux courses, faire les repas, les lessives, aller chaque dimanche au culte, essayer de prendre un moment chaque matin pour son culte personnel, s’occuper du jardin qui pousse to…

Un héros chez moi

J'ai un héros chez moi.
Qui m'a déjà sauvé la vie tant de fois. Encore et encore.
Qui arrive en courant à chaque cri. A chacun de mes appels à l'aide.
En roulant les mécaniques. Sûr qu'il va pouvoir, encore une fois, me sortir de la terreur.

Il est vrai que j'ai quelques "serial killer" chez moi : je retrouve dans mon jardin, des corps vivants amochés, des cadavres, ou des morceaux de cadavres plus ou moins vieux, plus ou moins odorants, plus ou moins jolis à voir. Musaraignes, mulots, chauve-souris, grenouilles, oiseaux... Merci Chatnana et Chatmec. C'est pas drôle et ça fait mal au coeur.  J'ai même retrouvé un dinosaure se délectant d'une tête de souris. J'ai parlé de ma tortue. Dégueu.

Non, je n'ai pas peur de ces "serial killer". Ils sont même plutôt sympas, même s'ils ont tendance à miauler pour rien et à ne pas comprendre qu'ils n'ont pas besoin de pleurnicher derrière la fenêtre pour rentrer si la porte à …